Cercle

7 Cercles

*NIVEAUX COSMIQUES*


Cercle La tâche de mortel d'atteindre les cercles de compréhension mentale et de contrôle de la personnalité vous incombe. Pendant toute cette période de communion avec votre Père céleste, l'Esprit intérieur parachèvera également les services qui lui sont assignés. Le but humain en tant que créature terrestre est alors atteint. Il ne vous reste qu'à consommer la phase finale d'harmonisation de votre mental avec l'Esprit intérieur.

Concentrez vos efforts afin d'être absolument assuré de votre nature et convaincu de votre triomphe sur les niveaux matériels de manifestation de la personnalité dans l'espace-temps. Croyez pleinement à l'ascendant de votre nature divine sur votre nature humaine et n'hésitez pas à l'affirmer.


Explication
La lecture des textes de ce site selon cette classification n'est pas exhaustive.
Commencez par le Cercle 7 et terminez par le Cercle 1.


Chapitre suivant

La réalisation totale de la personnalité sur un monde matériel est englobée dans la conquête des sept cercles successifs de potentialité des mortels. L'entrée dans le septième cercle marque le fonctionnement initial de la vraie personnalité humaine. La maitrise du premier cercle dénote la maturité relative du mortel. Bien que la traversée des sept cercles de croissance cosmique ne soit pas l'équivalent de la fusion avec l'Esprit intérieur, la maitrise de ces cercles marque le franchissement des étapes préliminaires à cette fusion avec l'Esprit intérieur.

L'Esprit intérieur est votre partenaire divin, le fragment de Tout Ce Qui Est, à égalité pour franchir les sept cercles — pour aboutir à une maturité humaine relative. L'Esprit intérieur fait avec vous l'ascension des cercles depuis le septième jusqu'au premier, mais progresse vers le statut d'activité autonome et de suprématie tout à fait indépendamment de la coopération active du mental mortel.

Les cercles psychiques ne sont ni exclusivement intellectuels ni entièrement morontiels. Ils concernent le statut de personnalité, les accomplissements mentaux, la croissance de l'âme et l'accord avec l'Esprit intérieur. La traversée réussie de ces niveaux exige le fonctionnement harmonieux de la personnalité entière, et non simplement d'une de ses phases. La croissance des fractions n'équivaut pas à la vraie maturation du tout; en réalité, les parties croissent proportionnellement à l'expansion de l'ensemble du moi — du moi tout entier — matériel, intellectuel et spirituel.

Quand le développement de la nature intellectuelle anticipe sur le spirituel, la situation rend les communications avec l'Esprit divin à la fois difficiles et dangereuses. Pareillement, un excès de développement spirituel tend à produire une interprétation fanatique et pervertie des directives spirituelles de l'habitant divin. Le manque de capacité spirituelle rend très difficile de transmettre à un intellect matériel les vérités spirituelles situées dans le superconscient supérieur. C'est à un mental parfaitement équilibré, logé dans un corps aux habitudes saines, aux énergies nerveuses stabilisées et aux fonctions chimiques équilibrées — quand les pouvoirs physiques, mentaux et spirituels se développent en harmonie trine — qu'un maximum de lumière et de vérité peut être communiqué avec un minimum de danger temporel et de risques pour le véritable bien-être d'un tel individu. C'est par cette croissance équilibrée que l'être humain fait, un par un, l'ascension des cercles de progression planétaire, depuis le septième jusqu'au premier.

Votre Esprit divin, ce fragment qui vous est attribué dès votre première décision morale, aux environs de l'âge de 5 ans, est toujours proche de vous et en vous, mais il est rare qu'il puisse vous parler directement comme un autre être vous parlerait. Cercle après cercle, vos décisions intellectuelles, vos choix moraux et votre développement spirituel rendent l'Esprit intérieur plus apte à fonctionner dans votre mental. Cercle après cercle, vous émergez ainsi des stades inférieurs d'association et d'accord mental avec l'Esprit intérieur, si bien qu'il peut de mieux en mieux imprimer ses images de la destinée, avec une clarté et une conviction croissantes sur la conscience évoluante de ce mental-âme qui cherche Dieu.

Chaque décision que vous prenez a pour effet soit de gêner, soit de faciliter la fonction de l'Esprit intérieur. Parallèlement, ces décisions elles-mêmes déterminent votre avancement dans les cercles d'accomplissement humain. Il est vrai que la suprématie d'une décision, sa relation avec une crise, a beaucoup de rapports avec son influence pour franchir les cercles; cependant le nombre des décisions, les répétitions fréquentes et persistantes, sont également essentiels pour être sûr que ces réactions formeront des habitudes.

Il est difficile de définir avec précision les sept niveaux de la progression humaine, parce que ces niveaux sont personnels. Ils varient pour chaque individu et sont apparemment déterminés par la capacité de croissance de chaque être humain. La conquête de ces niveaux d'évolution cosmique se reflète de trois manières :

  • Accord avec l'Esprit intérieur. En se spiritualisant, le mental s'approche de la présence de l'Esprit intérieur proportionnellement au franchissement des cercles.

  • Évolution de l'âme. L'émergence de l'âme morontielle indique l'étendue et la profondeur de la maitrise des cercles.

  • Réalité de la personnalité. Le degré de réalité de l'individualité est directement déterminé par la conquête des cercles. Les personnes deviennent plus réelles à mesure qu'elles s'élèvent du septième au premier niveau d'existence de mortel.

    A mesure que l'enfant issu de l'évolution matérielle traverse les cercles, il grandit et devient l'être humain mûr aux potentialités immortelles. La réalité sombre de la nature embryonnaire d'un être humain au stade du septième cercle cède la place à la manifestation plus claire de la nature morontielle émergente d'un citoyen de l'univers local.

    Il est impossible de définir avec précision les sept niveaux, ou cercles psychiques, de croissance humaine, mais il est permis de suggérer les limites minimum et maximum de ces stades de réalisations de la maturité :

    Le septième cercle.

    Les êtres humains pénètrent dans ce niveau quand ils développent leurs pouvoirs de choix personnel, de décision individuelle, de responsabilité morale et leur capacité à atteindre l'individualité spirituelle. Cela dénote le fonctionnement unifié des sept esprits-mentaux adjuvats sous la direction de l'esprit de sagesse, la mise en circuit de la créature humaine dans l'influence du Saint-Esprit et le fonctionnement initial de l'Esprit de Vérité en même temps que la réception d'un Esprit intérieur de Pensée dans le mental du mortel. L'entrée dans le septième cercle fait, d'une créature humaine, un vrai citoyen en puissance de l'univers local.

    Le troisième cercle.

    Le travail de l'Esprit intérieur est beaucoup plus efficace après que l'ascendeur humain a atteint le troisième cercle et reçu, à titre personnel, un gardien séraphique de la destinée. Bien qu'il n'y ait apparemment pas d'efforts concertés entre l'Esprit intérieur et le gardien séraphique, on peut néanmoins observer, après l'affectation de l'accompagnateur séraphique personnel, une amélioration indubitable dans toutes les phases d'accomplissement cosmique et de développement spirituel. Quand le troisième cercle est atteint, l'Esprit intérieur s'efforce de rendre morontiel le mental de l'être humain pendant le reste de sa vie de mortel, de franchir les cercles restants et d'atteindre le stade final de l'association divine-humaine avant que la mort naturelle ne dissolve cette association exceptionnelle.

    Le premier cercle.

    Généralement, l'Esprit intérieur ne peut parler directement et immédiatement avec vous avant que vous ayez atteint le premier cercle, le cercle final d'accomplissement progressif d'un mortel. Ce niveau représente la plus grande réalisation possible des relations mental-Esprit au cours de l'expérience humaine, avant que l'âme morontielle évoluante ait été libérée de son support corporel matériel. En ce qui concerne le mental, les émotions et la clairvoyance cosmique, l'aboutissement au premier cercle psychique représente le plus grand rapprochement possible entre le mental matériel et l'Esprit spirituel dans l'expérience des êtres humains.

    Peut-être vaudrait-il mieux que ces cercles psychiques de progression des mortels soient dénommés niveaux cosmiques : niveaux où effectivement nous saisissons les significations et réalisons les valeurs d'une approche progressive de la conscience morontielle de l'existence d'une relation initiale entre l'âme évolutionnaire et l'Être Suprême émergent. C'est précisément cette relation qui rend éternellement impossible d'expliquer pleinement la signification des cercles cosmiques au mental matériel. Ces franchissements de cercles n'ont que des rapports relatifs avec le fait d'avoir conscience de Dieu. Celui qui est dans le septième ou sixième cercle peut connaître Dieu ­ avoir conscience de sa filiation ­ presque aussi bien que celui qui est dans le second ou le premier cercle, mais les êtres des cercles inférieurs sont beaucoup moins conscients de leur relation expérientielle avec l'Être Suprême, de leur citoyenneté universelle. Le franchissement de ces cercles cosmiques fera partie de l'expérience des ascendeurs sur les mondes des maisons s'ils ne réussissent pas cet accomplissement avant la mort naturelle.

    La motivation de la foi transforme en expérience la pleine réalisation de la filiation de l'être humain avec Dieu, mais l'action, l'exécution des décisions, est essentielle pour atteindre, par évolution, la conscience de parenté progressive avec l'actualisation cosmique de l'Être Suprême. La foi transmue les potentiels en actuels dans le monde spirituel, mais les potentiels ne deviennent des actuels, dans les domaines finis du Suprême, que par la réalisation de l'expérience du choix et grâce à elle. Choisir de faire la volonté de Dieu réunit, dans un acte de personnalité, la foi spirituelle et les décisions matérielles, et fournit ainsi un point d'appui divin et spirituel permettant au levier humain et matériel de la soif de Dieu d'agir plus efficacement. Cette sage coordination des forces matérielles et spirituelles accroit considérablement la réalisation cosmique du Suprême et la compréhension morontielle des Déités du Paradis.

    La maitrise des cercles cosmiques est liée à la croissance quantitative de l'âme morontielle, à la compréhension des significations suprêmes. Mais le statut qualitatif de cette âme immortelle dépend entièrement du degré où elle saisit, par la foi vivante la valeur du fait, ayant potentiel paradisiaque, de la filiation de l'être humain mortel vis-à-vis du Dieu éternel. C'est pourquoi ceux qui sont dans le septième cercle vont sur les mondes des maisons pour poursuivre la réalisation de leur croissance cosmique quantitative exactement comme ceux du deuxième cercle, ou même du premier.

    Il n'y a qu'une relation indirecte entre le franchissement des cercles cosmiques et l'expérience religieuse spirituelle actuelle; de tels aboutissements sont réciproques, donc mutuellement bénéfiques. Le développement purement spirituel peut rester presque sans influence sur la prospérité matérielle planétaire, mais le franchissement des cercles accroit toujours le potentiel de réussite et d'accomplissement humain.

    Depuis le septième cercle jusqu'au troisième, les sept esprits-mentaux adjuvats exercent une action accrue et unifiée pour sevrer le mental humain de sa dépendance des réalités des mécanismes de la vie matérielle, ce qui le prépare à mieux pénétrer les niveaux morontiels d'expérience. À partir du troisième cercle, l'influence des adjuvats diminue progressivement.

    Les sept cercles embrassent l'expérience des mortels qui s'étend, depuis le niveau purement animal le plus élevé, jusqu'au plus bas niveau de contact morontiel effectif de la conscience de soi en tant qu'expérience de la personnalité. La maitrise du premier cercle cosmique dénote que l'on a atteint la maturité prémorontielle du mortel, et marque la terminaison du ministère conjoint des esprits adjuvats en tant qu'influence exclusive d'action mentale dans la personnalité humaine. Au delà du premier cercle, le mental s'apparente de plus en plus à l'intelligence du stade morontiel d'évolution, le ministère conjoint du mental cosmique et des facultés superadjuvates de l'Esprit Créatif d'un univers local.

    Les grands jours dans la carrière individuelle d'un Esprit intérieur sont les suivants : d'abord, quand leur sujet humain fait irruption dans le troisième cercle psychique, ce qui assure l'activité autonome du Moniteur divin et une gamme accrue de fonctions (si l'Esprit intérieur n'était pas déjà autonome). Ensuite, quand leur partenaire humain atteint le premier cercle psychique, ce qui rend possible la communication réciproque entre eux, au moins dans une certaine mesure. Et, enfin, quand ils sont définitivement et éternellement fusionnés.

    Vous commencez revêtu de votre mental de mortel dans le septième cercle, et vous progressez vers l'intérieur en travaillant à vous comprendre vous-même, à triompher de vous-même, à vous maitriser vous-même ; et, si la mort naturelle ne termine pas votre carrière en transférant vos luttes aux mondes des maisons, vous avancez, cercle après cercle, jusqu'à ce que vous atteigniez le premier cercle, ou cercle intérieur de contact et de communion relative avec l'Esprit intérieur.

    Chapitre suivant

    Les 7 Mondes des Maisons

    Nous aurons grand plaisir à progresser par les sept mondes dématérialisants, les Mondes des Maisons; ce sont vraiment des sphères où l'on cesse progressivement d'être mortel. Nous sommes principalement humain sur le premier Monde des Maisons, juste un être mortel moins son corps matériel, un mental humain logé dans une forme morontielle — un corps matériel du monde morontiel, mais non une demeure mortelle de chair et de sang. C'est au moment de la fusion avec l'Ajusteur que nous passons vraiment de l'état mortel au statut immortel, et, à l'époque où nous aurons terminé la carrière de Jérusem, nous serons des morontiens en possession de tous leurs moyens.

  • Monde des Maisons 1 : sur ce monde (ou sur un autre si le statut est plus élevé) nous reprendrons notre entrainement intellectuel et notre développement spirituel au niveau exact où il a été interrompu par la mort. Entre le moment de la mort planétaire ou du transfert et celui de la résurrection sur le Monde des Maisons, les mortels ne gagnent absolument rien, à part l'expérience du fait de la survie. Nous commençons là-bas exactement au point où nous en étions en partant d'ici. Presque toute l'expérience du Monde des Maisons numéro 1 concerne les soins apportés aux déficiences. Les survivants qui arrivent sur cette première sphère de retenue présentent des défauts de caractère si nombreux et si variés, et de telles déficiences d'expérience humaine, que le royaume consacre ses activités majeures à corriger et à guérir ces multiples héritages de la vie incarnée sur les mondes matériels évolutionnaires du temps et de l'espace. Le séjour sur le Monde des Maisons numéro 1 est destiné à développer les survivants mortels, au moins jusqu'au statut de la dispensation postadamique sur les mondes évolutionnaires normaux. Au point de vue spirituel, les étudiants du Monde des Maisons ont bien entendu dépassé de beaucoup cet état de simple développement humain.
  • Monde des Maisons 2 : des groupes opératoires et des organisations sociales prennent naissance et fonctionnent, des communautés atteignent leurs proportions normales, et les mortels en progrès inaugurent de nouveaux ordres sociaux et des dispositifs gouvernementaux. Il est pourvu plus spécifiquement à l'élimination de toutes les phases de conflits intellectuels et à la guérison de toutes les variétés de dysharmonie mentale. L'effort commencé sur le premier Monde des Maisons pour approfondir le sens de la mota morontielle y est plus sérieusement poursuivi. Le développement que l'on atteint sur maisonnia numéro 2 est comparable au statut intellectuel de la culture qui suit la venue des Fils Magistraux sur les mondes évolutionnaires idéaux.

  • Monde des Maisons 3 : c’est un monde de grands accomplissements personnels et sociaux pour tous ceux qui n'ont pas expérimenté l'équivalent de ces cercles de culture sur leurs mondes de nativité mortelle avant d'être délivrés de la chair. Un travail éducatif plus positif commence sur cette sphère. Sur ce troisième Monde des Maisons, les survivants commencent réellement leur culture morontielle progressive. Cet entrainement a pour but principal de mieux faire comprendre la corrélation entre la mota morontielle et la logique des mortels, la coordination de la mota morontielle avec la philosophie humaine. C'est alors que les mortels survivants acquièrent une clairvoyance pratique en vraie métaphysique. C'est la véritable introduction à la compréhension intelligente des significations cosmiques et des interrelations universelles. La culture du troisième Monde des Maisons participe de la nature de l'âge postérieur à l'effusion d'un Fils sur une planète habitée normale.

  • Monde des Maisons 4 : de nouvelles grandeurs se déploient progressivement devant le mental en expansion de ces ascendeurs. Sur la quatrième maisonnia, l'ascendeur individuel trouve plus exactement sa place dans le travail collectif et les fonctions de classe de la vie morontielle. Les ascendeurs y apprennent à mieux apprécier les télédiffusions et d'autres phases de la culture et des progrès de l'univers local. Nous sommes introduits dans un nouvel ordre social basé sur la sympathie compréhensive d'une appréciation mutuelle, l'amour désintéressé des services réciproques et surtout le mobile de réaliser une destinée commune et suprême — le but paradisiaque de la perfection adoratrice et divine. Les ascendeurs deviennent tous conscients par eux-mêmes de connaître Dieu, de le révéler, de le chercher et de le trouver. La culture intellectuelle et sociale du quatrième monde des maisons peut se comparer à la vie mentale et sociale de l'âge postérieur au Fils Instructeur sur les planètes qui évoluent normalement. Son statut spirituel est très en avance sur cette dispensation mortelle et on y acquiert la maitrise du language de l’univers local.

  • Monde des Maisons 5 : l'expérience de ce monde est un véritable avant-gout de la vie de Jérusem. C'est ici que nous commençons à réaliser ce qu'est la haute destinée des mondes évolutionnaires, car ils peuvent normalement progresser jusqu'à ce stade durant leur développement planétaire naturel. La culture de ce Monde des Maisons correspond en général à celle de la période primitive de Lumière et de Vie sur les planètes dont l'évolution progresse normalement. Cela nous permet de comprendre pourquoi il est prévu que ces types d'êtres hautement cultivés et progressifs, qui habitent parfois les mondes évolutionnaires avancés, soient dispensés de passer par une, ou plusieurs, ou même toutes les sphères des maisons. On y consacre maintenant plus de temps à nous perfectionner dans la langue d'Uversa et nous commençons à nous renseigner sur les mondes d’études des constellations — tous les mortels ascendants sont bilingues. Une véritable naissance de la conscience cosmique prend place sur maisonnia la cinquième. Nous commençons à penser en termes d'univers. C'est vraiment une période d'expansion des horizons. Le mental, en cours d'élargissement des mortels ascendants, commence à soupçonner qu'une destinée prodigieuse et magnifique, céleste et divine, attend tous ceux qui achèvent l'ascension progressive du Paradis entreprise si laborieusement, mais si joyeusement et si favorablement. C'est à peu près à ce point que la moyenne des ascendeurs mortels commence à manifester un enthousiasme expérientiel authentique pour l'ascension de Havona. L'étude devient volontaire, le service désintéressé devient naturel et l'adoration devient spontanée. Un vrai caractère morontiel commence à éclore et une véritable créature morontielle à évoluer.

  • Monde des Maisons 6 : c'est ici que les ascendeurs reçoivent leurs premières leçons sur la carrière spirituelle en perspective qui suit de si près les épreuves finales de l'éducation morontielle dans l'univers local. On y commence l'instruction initiale dans la technique d'administration de l'univers. Les premières leçons embrassant les affaires d'un univers tout entier sont maintenant données. C'est un âge brillant pour les mortels ascendants. On y assiste habituellement à la fusion parfaite du mental humain et de l'Ajusteur divin. En potentiel, cette fusion peut s'être produite auparavant, mais il arrive bien souvent que l'identité opératoire effective ne soit pas atteinte avant l'époque du séjour sur le cinquième monde des maisons et même sur le sixième. Immédiatement après confirmation de la fusion avec l'Ajusteur, le nouvel être morontiel est pour la première fois présenté à ses compagnons sous son nouveau nom. Puis on lui accorde les quarante jours de retraite spirituelle de toutes les activités courantes pour qu'il communie avec lui-même et choisisse l'une des routes optionnelles pour Havona, et pour qu'il fasse une sélection entre les techniques différentielles pour atteindre le Paradis. Pendant leur séjour sur le monde numéro 6, les étudiants du monde des maisons atteignent un statut comparable au développement supérieur caractéristique des mondes évolutionnaires qui ont progressé normalement au-delà du stade initial de Lumière et de Vie. L'organisation de la société sur cette maisonnia est d'un ordre élevé. L'ombre de la nature mortelle diminue progressivement à mesure que l'on fait l'ascension de ces mondes un par un. Vous acquérez de plus en plus de charme à mesure que vous laissez en arrière les vestiges grossiers de votre origine animale planétaire. Le fait de “ venir des grandes tribulations ” sert à rendre les mortels glorifiés très bons et compréhensifs, très compatissants et tolérants.

  • Monde des Maisons 7 : L'expérience sur cette sphère est le couronnement de la carrière qui suit immédiatement la mort. Pendant notre séjour ici, nous recevrons l'enseignement de beaucoup d'éducateurs qui contribueront tous à nous préparer à notre résidence sur Jérusem. Toutes les différences perceptibles entre les mortels venant des mondes isolés et retardés, et les survivants des sphères plus avancées et éclairées sont pratiquement effacées pendant le séjour sur le septième monde des maisons. Ici, nous serons purgés de toutes les traces d'une hérédité malheureuse, d'un environnement malsain et des tendances planétaires non spirituelles. Les dernières traces de la “ marque de la bête ” sont extirpées ici. Nous y commençons une nouvelle adoration plus spirituelle du Père invisible, une habitude à laquelle nous nous attacherons de plus en plus pendant tout le chemin de notre longue carrière ascendante. Nous trouvons le temple du Père sur ce monde de culture transitionnelle, mais nous n’y voyons pas le Père. Maintenant commence la formation de classes où l'on se qualifie pour la citoyenneté de Jérusem. Dans certaines limites, un ascendeur peut toutefois choisir de rester sur le septième monde des maisons pour permettre à un membre retardataire de son groupe de travail terrestre ou maisonnial de le rattraper.

    Chapitre suivant

    Les 7 Circuits de Havona

    Si nous souhaitons être embrassés par le Père Universel, nous avons 7 circuits du milliard de monde de Havona à traverser, par lesquels un pèlerin passe sans exception pour atteindre les Déités.

  • Circuit n°7 : le plus extérieur, enseigne la compréhension suprême de la Trinité du Paradis, la compréhension spirituelle de l'association Père-Fils, et la reconnaissance intellectuelle de l'Esprit Infini. C'est le cours primaire ou élémentaire que rencontrent les pèlerins de l'espace, grands voyageurs à la foi éprouvée. Le degré de divinité de ce cercle consiste à reconnaître et à comprendre clairement le Maitre-Esprit du Superunivers du pèlerin ascendant.

  • Circuit n°6 : c'est à ce moment que les ascendeurs de l'espace sont appelés “ diplômés spirituels ”. Sur ce circuit, les pèlerins sont tout prêt de rencontrer la source d'unité d'espace-temps de l'univers central — la réalité spirituelle de Dieu le Suprême. Chaque créature ascendante subit une croissance transformatrice, une nouvelle intégration de conscience, une nouvelle spiritualisation de dessein, une nouvelle sensibilité à la divinité. Dieu le Suprême répand avec amour sur ses enfants expérientiels des dons allant jusqu'à l'extrême limite de leurs capacités expérientielles, ces accroissements de compréhension intellectuelle, de clairvoyance spirituelle et d'extension de la personnalité dont ils auront tant besoin dans tous leurs efforts pour pénétrer le niveau de divinité de la Trinité de Suprématie, pour parvenir jusqu'aux Déités éternelles et existentielles du Paradis.

  • Circuit n°5 : les gradués spirituels sont appelés ici “ candidats à l'aventure de la Déité ”, car c'est sur ce cercle, sous la direction des guides de la Trinité, que les pèlerins reçoivent une instruction avancée sur la Trinité divine pour les préparer à essayer de reconnaître la personnalité de l'Esprit Infini. C'est ici que les pèlerins ascendants découvrent la signification d'une véritable étude et d'un réel effort mental; ils commencent à discerner l'effort spirituel encore-plus-astreignant et beaucoup-plus-ardu qui leur sera demandé pour satisfaire aux exigences du but élevé fixé pour le franchissement des mondes de ce circuit.

  • Circuit n°4 : le “ circuit des Fils ”. Partant des mondes de ce circuit, les pèlerins ascendants vont au Paradis pour établir un contact compréhensif avec le Fils Éternel, tandis que sur les mondes de ce circuit les pèlerins descendants arrivent à une nouvelle compréhension de la nature et de la mission des Fils Créateurs du temps et de l'espace. Il y a dans ce circuit sept mondes sur lesquels le corps de réserve des Michaels Paradisiaques maintient des écoles spéciales de service offrant un ministère mutuel aux pèlerins ascendants et descendants; et c'est sur ces mondes des Fils Michaels que les pèlerins du temps et les pèlerins de l'éternité parviennent, pour la première fois, à une véritable compréhension mutuelle. Sous beaucoup de rapports, les expériences de ce circuit sont les plus surprenantes de tout le séjour havonien.

  • Circuit n°3 : le fait d'atteindre le Père Universel est le passeport pour l'éternité, malgré les circuits qui restent à traverser. Il s'agit donc d'une importante affaire sur ce circuit lorsque la dernière aventure du temps est sur le point d'arriver et qu'une nouvelle créature de l'espace cherche à entrer au Paradis par les portes de l'éternité. L'épreuve du temps est presque passée; la course pour l'éternité est presque terminée. Les jours d'incertitude arrivent à leur fin : la tentation du doute disparaît; l'injonction d'être parfait a été suivie. Depuis le tréfonds de l'existence intelligente, la créature du temps et de personnalité matérielle a gravi les sphères évolutionnaires de l'espace. Elle a prouvé ainsi que le plan d'ascension était praticable et démontré pour toujours la justice et la droiture du commandement du Père Universel à ses humbles créatures des mondes : “ Soyez parfaits comme moi-même je suis parfait. ”

  • Circuit n°2 : le fait d'atteindre le Paradis entraine des responsabilités d'un ordre nouveau et plus élevé, et le séjour sur le second cercle fournit d'amples occasions de recevoir les conseils secourables de supernaphins dévoués. Ici, le stimulant de l'incertitude évolutionnaire est chose passée, mais l'aventure de l'affectation éternelle n'a pas encore commencé. Mais, alors que le séjour sur ce cercle est entièrement agréable et hautement profitable, on n'y ressent pas autant l'enthousiasme anticipateur des cercles précédents. Nombreux sont les pèlerins qui, à de tels moments, jettent un regard en arrière sur la longue, longue lutte avec une envie joyeuse, souhaitant réellement pouvoir retourner de quelque manière sur les mondes du temps et tout recommencer, de même que nous autres, mortels, en approchant d'un âge avancé, nous regardons parfois en arrière les luttes de notre jeunesse et les débuts de notre existence en souhaitant sincèrement pouvoir recommencer notre vie.

  • Circuit n°1 : la traversée du cercle le plus intérieur s'offre juste devant nous. Bientôt après, le dernier sommeil de transit prendra fin et la nouvelle carrière de l'aventure éternelle débutera. Une grande partie du temps des ascendeurs sur le dernier circuit est consacrée à continuer l'étude des problèmes imminents de la résidence au Paradis. Une foule composite d'êtres en majorité non révélés réside en permanence ou en transit sur cet anneau intérieur des mondes de Havona. L'enchevêtrement de ces multiples types fournit une ambiance riche de situations qui sont utilisées efficacement pour pousser l'éducation des pèlerins ascendants, spécialement en ce qui concerne les problèmes d'ajustement aux nombreux groupes d'êtres qu'ils rencontreront bientôt au Paradis; la créature mortelle doit trouver Dieu. Notre première transition était en vérité la mort, la seconde un sommeil idéal et, maintenant, la troisième métamorphose est le vrai repos, la détente des âges.