Circuits Spirituels

*COMMUNION*


Circuit Message transmis le 10 mars 2008 :

Quand nous sommes entièrement consacrés à faire la volonté du Père qui est aux cieux, toutes nos demandes sont exaucées, parce que nos prières seront pleinement conformes à la volonté du Père, et la volonté du Père est constamment manifeste dans tout son immense univers. Ce que le vrai fils désire et que le Père Infini veut, EST. Une telle prière ne peut rester sans réponse, et nulle autre sorte de requête ne peut être pleinement exaucée.

Le cri du juste est l'acte de foi de l'enfant de Dieu qui ouvre la porte de la maison du Père où sont tenues en réserve la bonté, la vérité et la compassion; tous ces beaux présents attendent depuis longtemps que les fils s'approchent et se les approprient. La prière ne change pas l'attitude divine envers l'homme, mais elle change l'attitude de l'homme envers le Père invariant. C'est le mobile d'une prière qui lui donne le droit d'accès à l'oreille divine, et non le statut social, économique ou religieux extérieur de celui qui prie.

On ne doit employer la prière ni pour éluder les délais du temps, ni pour transcender les handicaps de l'espace. La prière n'est pas une technique destinée à accroitre son importance personnelle ou à obtenir des avantages injustes sur ses semblables. Une âme entièrement égoïste est incapable de prier au sens véritable du mot. Que notre délice suprême soit selon le caractère de Dieu, et il exaucera certainement les désirs sincères de notre coeur. Remettons nos voies à Dieu le Père, ayons confiance en lui, et il agira. Car le Père Infini entend le cri du pauvre et il aura égard à la prière du faible.

Notre Créateur est sorti du Père. Si donc nous n’avons jamais un doute sur ce qu'il faut demander au Père, demandons-le en son nom : il présentera notre supplique en accord avec nos besoins et désirs réels, et conforme à la volonté de notre Père. Gardons-nous contre le grand danger de devenir égocentriques dans nos prières. Évitons de prier beaucoup pour nous-mêmes; prions davantage pour le progrès spirituel de nos frères. Évitons les prières matérialistes; prions en esprit et pour l'abondance des dons de l'esprit.

Quand nous prions pour les malades et les affligés, ne nous attendons pas que nos invocations remplacent les soins affectueux et intelligents nécessaires à ces accablés de malheur. Prions pour le bien-être de notre famille, de nos amis, de nos semblables, mais prions spécialement pour ceux qui nous haïssent, et faisons des demandes pleines d'amour pour ceux qui nous tourmentent. Quant au moment où il faut prier, seul l'esprit, qui demeure en nous, peut nous inciter à formuler les requêtes exprimant nos relations intérieures avec le Père des esprits.

Nombre de personnes n'ont recours à la prière qu'au moment où elles se trouvent en difficulté. Une telle pratique est sotte et trompeuse. Il est vrai que nous faisons bien de prier quand nous sommes inquiets, mais nous devrions également songer à parler à notre Père en tant que fils, même quand tout va bien pour notre âme. Que nos invocations réelles soient toujours faites en secret. Ne laissons pas les hommes entendre nos prières personnelles. Les prières de gratitudes conviennent à des groupes d'adorateurs, mais la prière de l'âme est une affaire personnelle. Il n'existe qu'une seule forme de prière qui convienne à tous les enfants de Dieu, et c'est : « Néanmoins, que Ta volonté soit faite. »

Tous les croyants à la bonne nouvelle de la survie de l’âme pour une éternité en direction du Paradis, devraient prier sincèrement pour l'expansion de cette vie. Demandons à Dieu de créer en nous un coeur pur, et de renouveler en nous un esprit droit. Demandons-lui de nous débarrasser de nos erreurs volontaires secrètement dissimulés dans notre coeur, et sollicitons-le pour nous préserver de toute violation présomptueuse des lois universelles. Il y a une relation entre la prière et les paroles étourdies et offensantes : mettons un garde devant notre bouche, et veillons sur nos paroles. La langue humaine est un organe que peu d'hommes savent dompter, mais l'esprit intérieur peut transformer ce membre indiscipliné en une aimable voix de tolérance et un inspirant service d’amour.

La prière pour connaître la volonté du Père devrait toujours occuper la première place. La prière pour recevoir les directives divines sur le sentier de la vie terrestre vient immédiatement après. En réalité, cela signifie que l'on prie pour obtenir la sagesse divine. On ne peut gagner des connaissances humaines et une habileté spéciale par la prière, mais la prière est un facteur dans l'expansion de notre capacité à recevoir la présence de l'esprit divin. Il s'agit de prier sincèrement et conformément aux LUMIÈRES que l'on possède, de prier de tout coeur avec intelligence, sérieux et persévérance.

Les prières ne sont pas rendues plus efficaces par des répétitions imagées, par une phraséologie éloquente, ou par des jeûnes, des pénitences et des sacrifices. Mais la prière devrait toujours être employée pour s'élever à la véritable adoration en remerciant. C'est une bonne chose que de rendre grâces au Père Infini et de louer par des chants le nom du Très Haut, de reconnaître tous les matins sa bienveillance affectueuse et tous les soirs sa fidélité, car Dieu nous rend heureux par ses oeuvres. En toutes choses, remercions conformément à la volonté de Dieu.

Ne nous préoccupons pas constamment de nos besoins ordinaires. N'ayons pas d'appréhension au sujet du problème de notre existence terrestre. En toutes ces matières, par des prières et des demandes, et dans un sincère esprit de gratitude, exposons nos besoins au Père Infini.

Après avoir fait nos prières à Dieu, nous devons rester quelque temps dans un état de réceptivité silencieuse pour donner à l'esprit intérieur les meilleures chances de parler à l'âme attentive. C'est au moment où le mental humain est dans une attitude de sincère adoration que l'esprit du Père parle le mieux aux hommes.

Nous adorons Dieu grâce à l'aide de l'esprit intérieur du Père et à l'illumination du mental humain par le ministère de la vérité. L'adoration rend l'adorateur de plus en plus semblable à l'être qu'il adore. L'adoration est une expérience transformatrice par laquelle le fini s'approche graduellement de l'Infini et, en dernier lieu, atteint sa présence.