Portrait Message transmis le 18 janvier 2008 :

Tout d'abord, il est clair que les êtres sans égo ont tous gardé leur individualité et sont loin d'être standardisés. Leur caractère et leur tournure d'esprit demeurent, même s'ils ont évolué. Certains sont fougueux, d'autres calmes et paisibles, d'autres très actifs, d'autres absolument inactifs.

Dans les épreuves comme dans les joies de l'existence, ils préservent la paix intérieure. Cette paix n'est pas menacée par les drames, les maladies, ni même les tortures.

Même s'ils vivent dans le monde, "ils ne sont pas du monde". Ce détachement concerne à la fois leur propre vie, celle des autres et les évènements dans lesquels ils évoluent.

L'absence de peur est marquante, en particulier celle de la mort, qui n'est pour eux qu'une formalité administrative. Elle concerne aussi les autres peurs existentielles telles que la peur d’être, la peur de manquer, la peur du lendemain, la peur de ceci ou de cela.

Leur conscience est constamment ancrée dans l'éternel présent. Le passé ne les taraude pas et l'avenir ne les inquiète pas.

Ce qui les caractérise est l'absence d’une volonté égotiste. Ils sont en effet engagés dans le service du plus grand bien pour tous et ont une vision des potentiels disponibles de la planète et de ses habitants.

Même s'ils peuvent avoir des préférences au niveau relatif, leur amour s'écoule sur tout et sur tous. Leur bienveillance et leur compassion est envers tout ce qui existe est sans exception.

Ils savent que rien ne sert de forcer le libre arbitre. Ils respectent donc les êtres sensibles ainsi que la planète. Leur attitude globale de non-agression inclut bien sûr les animaux, les plantes et tous les règnes de la Nature.

Ils savent que la Vérité ultime s'exprime de multiples manières, suivant les sensibilités individuelles et qu'elle revêt donc divers visages tout aussi respectables les uns que les autres.

Leur joie intérieure est inaliénable, intarissable, et nulle tragédie ne peut l’effacer, même si des chagrins sont ressentis. Cette qualité s'épanouit sur la base de la plénitude du coeur, la béatitude intérieure qui ne peut être ni augmentée ni diminuée par les aléas de l'existence. Les "bonnes choses" sont cependant appréciées à leur niveau, et les "mauvaises" ne peuvent perturber en profondeur l'océan de la plénitude.

Ils sont impassibles et ont un regard observateur sur les situations favorables ou défavorables. La vie étant tissée avec ces deux polarités, elles vont et viennent nécessairement comme le flux et le reflux et ne sauraient troubler la quiétude du sage. Leur équanimité coexiste avec une sensibilité très affinée, qui exprime l'émerveillement, l'enthousiasme, l’allégresse, l'abondance.

Le moteur de leurs actes est l'intuition, celle qui capte l'inspiration du Ciel, comme un canal accordé sur cette fréquence, la ligne étant établie en permanence.

Au lieu d'être confinée dans d'étroites limites, la conscience du sage embrasse l'infini et se déploie dans la totalité de la vie cosmique. Il a accès à toute la Vérité, au Souffle divin qui respire à travers lui.

De par sa conscience illimitée, il est partout présent, tout en tous et il peut tout connaître à tout instant, sachant que tout ce dont il a besoin est disponible à tout moment.

Il vit dans sa conscience profonde un état non-duel où tous les opposés sont réunifiés dans l'Un. Dès lors, aucun conflit, aucune lutte ne peut se manifester à ce niveau de son Être où tout est calme, apaisé, harmonieux.

Etant connecté avec la Source infinie, il possède une vitalité hors du commun. Il peut donc accomplir, en un temps très bref, ce que d'autres ne pourraient réaliser en plusieurs années.

Le fait qu’il explore des niveaux profonds de la conscience, il réalise des actions d'une immense portée cosmique et ainsi il accomplit des desseins universels et oeuvre pour le bien de tous les êtres.

Il n’est plus l’être qui fait des actions, car la force cosmique d'évolution s'en charge. Le sage "agit sans agir, fait sans faire". Les actions qui se réalisent à travers lui sont focalisées, justes, bénéfiques pour tous.

Etant l'instrument de la "Volonté Divine", il accomplit l'action suivant le désir divin et réalise ses objectifs sans aucun effort. Ne faisant rien, il n'est rien qui ne se fasse. Cette qualité de ne rien faire par soi-même mobilise en réalité l'ensemble des forces de l'univers, qui oeuvrent à travers lui à la restauration et à l'évolution de toute la création. C'est le Christ cosmique qui opère à travers le saint pour accomplir la volonté du Père, le dessein cosmique d'évolution.

Éveillé à Soi, éveillé à Dieu, conscient de sa propre existence, enraciné dans sa propre nature, dans le Soi, dans l'Être immortel, le Sage a vaincu la mort et le cycle des renaissances. Il est à jamais établi dans l'Un, dans la béatitude du Royaume.

Poursuivre la lecture :
L'Ego Factice