Sexe Message transmis le 22 juin 2006 :

Le sexe est la danse conjointe des énergies masculines et féminines. A l’origine, la sexualité était plus qu’un acte physique. Elle était comprise comme une danse, dans laquelle toutes nos facettes et celles de notre partenaire s’associaient.

On distingue 4 niveaux de facettes qui pourraient jouer un rôle dans la danse des énergies.

LES QUATRE ASPECTS DE L’EXPERIENCE SEXUELLE

D’abord, le niveau physique, la facette de votre corps physique.

Le corps est innocent. Le corps connaît le désir et la passion, et c’est quelque chose qui est présent avec spontanéité dans le corps. Le corps cherche l’accomplissement de ses désirs, et c’est l’humain, ou la conscience de l’âme/coeur/esprit en l’humain, qui détermine de quelle manière ce désir sexuel est assouvi et manifesté.

Cependant, le corps est dans l’innocence. Il connaît juste la passion et le désir. Il n’y a rien de faux dans cela. Cela peut être source de plaisir, d’amusement et joie. Mais le corps ne peut de lui-même choisir par quelle voie il va exprimer son énergie sexuelle. C’est nous, l’humanité, qui avons ce rôle, et le corps a besoin de notre gouvernance.

Quand nous expérimentons la sexualité par la voie la plus aimante, la gouvernance réside dans le coeur. Quand nous laissons notre coeur prendre en charge notre énergie sexuelle, elle exprime là sa plus joyeuse expression. L’alternative est de laisser à la fois nos pensées (jugements) ou nos émotions guider le flux sexuel, et nous constaterons alors une multitude de blocages dans notre énergie.

Le deuxième aspect de la danse sexuelle est le niveau émotionnel.

L’union sexuelle est un acte profondément émotionnel. Si nous ignorons cette facette, nous ne sommes pas pleinement présent dans l’acte et nous nous privons nous-mêmes du sens réel de la sexualité.

La puissance des émotions de peur, colère et tristesse, peuvent nous décentrer totalement. Quand une de ces puissantes émotions s’exprime entre deux personnes, et qu’elles ne sont pas reconnues, elles peuvent survenir en pleine intimité entre ces deux personnes. Ces émotions peuvent causer des réactions psychologiques de résistance ou de fermeture quand nous sommes en intimité physique, ou le corps peut être incapable de ressentir du désir ou de l’excitation. Quant de tels blocages psychologiques ou physiques surviennent, il est important de les traiter au niveau auquel ils sont apparues : le niveau émotionnel. Quand le corps résiste intimement, il nous envoie un message, pur et clair, qu’il y a blocage émotionnel. Ceci peut être dû à un problème entre nous et notre partenaire, ou il peut venir d’un choc émotionnel que nous transportons depuis le passé. Quel qu’il soit, il doit être reconnu et pris en compte d’une manière tendre et aimante, pour que le flux de l’énergie sexuelle puisse circuler librement.

A la suite du niveau émotionnel, se situe le niveau du coeur, qui est le siège du sentiment/sensations/sens.

Il faut différencier les émotions et les sentiments/sensations. Les sensations/sentiments appartiennent au domaine de l’intuition et de la connaissance intérieure.

Notre facette sentimentale et de ressenti nous parle via un murmure tranquille, calme, empli de sagesse et compassion. Les émotions sont plus dramatiques par nature et nous les appelons «réactions d’incompréhension», car c’est ce qu’elles sont essentiellement : explosions d’incompréhension de ce qui nous arrive.

Quand le coeur s’ouvre entre les partenaires sexuels, il y a la confiance, l’amour et un sentiment de sécurité entre eux. Quand le coeur est présent dans une rencontre sexuelle, nous permettons à notre intuition de prendre note de ce qui se passe entre nous pendant l’intimité physique. Nous ne cachons pas nos émotions, nous parlons ouvertement d’elles. De vieilles douleurs peuvent apparaître et être acceptées comme telles. Nous sommes reconnus et accepté tel que nous sommes et cette sorte de reconnaissance est le plus grand pouvoir de guérison qui existe. Quand nous connectons notre énergie du coeur à l’énergie sexuelle, une guérison grandiose peut prendre place en un lieu qui en a grandement besoin. Cependant, le coeur peut jouer un rôle subtil, pour nous empêcher d’expérimenter l’expérience sexuelle d’une manière joyeuse et amoureuse. Le coeur peut s’être fermé lui-même à la joie de la sexualité pour différentes raisons. D’abord, il peut y avoir un désir du coeur de se mutiner envers la réalité physique de la terre. Ensuite, les dogmes religieux qui empêchent le coeur de s’ouvrir à ce que la sexualité est réellement.

Le coeur peut avoir une forte tendance à se révolter contre la densité matérielle de la réalité. C’est une sorte de «mal du pays». Il peut y avoir là une nostalgie de l’unité, non totalement visée dans une union sexuelle, mais en fait entraîne un rejet subtil de la réalité physique (et donc la sexualité).

Beaucoup d’entre nous connaissent le désir de transcender cette réalité. Beaucoup d’entre nous se souviennent de l’énergie de l’amour et de l’harmonie que nous avons expérimentée dans les réalités non matérielles, avant notre incarnation sur terre. Notre coeur pleure sur l’aisance et la lumière de cette vibration. Nous tentons de boire cette énergie quand nous méditons. Souvent, les chakras supérieurs sont activés de la sorte, c'est-à-dire le coeur, la gorge, le troisième oeil et le chakra coronal.

Ils s’ouvrent, pendant que les trois chakras plus bas (plexus solaire, ventre et base), qui sont vitaux pour notre ancrage, sont plus ou moins abandonnés.

Cela peut arriver d’une manière artificielle aussi, quand nous prenons des drogues. Quand nous prenons des substances altérant la conscience, les chakras du haut sont artificiellement ouverts de force et nous pouvons temporairement connaître l’extase et la félicité qui nous font oublier les aspects denses et lourds de la réalité sur terre.

Alors que le désir et la nostalgie de la transcendance sont compréhensibles, il est important de faire la paix avec notre réalité terrestre. Sinon, nous créons une séparation artificielle entre les parties supérieures et inférieures de notre champ d’énergie. Nous préfèrerons être dans la partie supérieure de notre aura avec conscience, et nourrirons une révolte subtile ou ouverte à la réalité du corps, les émotions et la sexualité. Cela crée un déséquilibre dans notre champ d’énergie. Quand nous sommes dépaysés de cette manière, essayons de ressentir la raison et l’objectif de notre présence sur terre maintenant. Notre raison d’être ici n’est pas de transcender la terre, mais d’apporter les énergies de la Source sur la terre. C’est un voyage sacré.

La deuxième raison pour le coeur d’être « timide » par rapport à la sexualité réside dans les dogmes religieux, souvent issus de vies passées. Il peut y avoir des vies dans lesquelles nous avons fait des voeux de chasteté, ou encore, on nous a enseigné honte et culpabilité par rapport au corps et la sexualité. Ces énergies peuvent encore sévir dans notre coeur. A cause de cela, nous avons des jugements négatifs, ou une révolte subtile envers l’intimité physique. Ces jugements et sentiments ne restent pas en repos en vérité.

Le corps lui-même est innocent. La passion et le désir, et tout simplement tous les processus physiques qui nous font attendre avec impatience une union sexuelle, sont naturels et salubres. La disharmonie qui règne souvent dans l’aire sexuelle est le plus souvent due à des causes non physiques déjà présentées.

Le quatrième niveau et le dernier est la facette de l’âme/esprit.

Au niveau mental, il peut y avoir des principes moraux ou spirituels, qui nous empêchent de connaître la joie sexuelle. La plupart de ces principes sont religieux par nature.

Au niveau spirituel, nous pouvons ressentir le corps comme une prison. La réalité immatérielle des «sphères ou réalités supérieures» est si «glorifiée», que la réalité physique est sous-estimée. Cela arrive souvent aux Serviteurs de lumière. Spécialement parmi eux, il y a souvent une résistante au plaisir et à la joie que la sexualité procure. Cela provient en partie de croyances religieuses et morales, en partie par une pure inexpérience de cet aspect de la vie. Beaucoup d’âmes de lumière ont dépensé bien des vies en prêtres, nones ou rôles similaires, retirés du monde, sans partenaire ou famille. Ils se sont tant concentrés sur le spirituel, que leur expression sexuelle était négligée. Ainsi, au niveau mental et spirituel, il peut y avoir également une sorte de « dé-habitude » qui empêche d’explorer l’énergie sexuelle.

Parmi les personnes religieuses et spirituelles, il y a souvent un manque de respect pour le corps et son expression naturelle. C’est vraiment regrettable, car c’est l’expression dans la matière qui est perçue de notre côté comme le voyage le plus sacré pour une âme. Semer et récolter les graines de notre divinité aussi loin de la Source, dans la matière et la forme est une entreprise sacrée. C’est un acte divin et créatif de plus haut ordre. Nous avons peut-être été présent auprès de quelqu’un sur son lit de mourant, ou nous avons été témoin d’une naissance. Dans ces moments, les âmes entrent ou quittent la danse avec la matière. Ces deux instants sont emplis d’une atmosphère de Sacré. Nous pouvons ressentir cela comme un silence profond et enveloppant, empli d’intégrité, qui annonce l’arrivée ou le départ de l’âme. C’est surtout le moment de respect le plus profond de notre côté du voile, pour ce que nous faisons à ces moments particuliers. La danse avec la matière est sacrée. Et nous la détestons si souvent !

La sexualité est, dans son sens vrai, une danse dans la matière, qui dans le même temps émerge au-dessus de la matière. Dans une expression autonome et équilibrée de la sexualité, nous transcendons la réalité matérielle, sans l’ignorer ou la réprimer, sans abandonner les trois chakras du bas et en cherchant l’extase seulement à travers les chakras du haut. Une sexualité complète intègre tous les niveaux de notre être. La sexualité est le pont entre la matière et l’esprit. Quand deux personnes sont physiquement intimes d’une manière aimante, toutes les cellules de leur corps vibrent un peu plus vite…elles commencent à danser un peu. Un portail est ouvert vers une réalité énergétique légèrement plus haute en vibrations et plus lumineuse. Après une union sexuelle où tout notre être participe, le corps, l’âme et l’esprit, nous nous sentons en paix et en joie dans le même temps. C’est une extase tranquille. Les cellules de notre corps ont goûté l’énergie de l’amour et à ce moment-là, nous avons transporté la réalité de l’amour un peu plus près de nous. Nous avons canalisé l’énergie divine de l’amour, qui désire si amoureusement circuler en nous et qui a le plus grand respect pour notre nature sexuelle.

Si les énergies des 4 niveaux ensemble circulent dans une union sexuelle, cela devient un acte de création divine. Un enfant qui est né d’un tel acte est totalement naturel. Quand la danse du mâle et de la femelle est accomplie dans un tel esprit joyeux, cela ne peut générer que quelque chose de bon et doux. Si un enfant est conçu d’une telle manière, il entre dans la réalité terrestre sur une glisse d’amour et de lumière. C’est l’accueil le plus amoureux qu’une âme puisse avoir sur terre.

A cause de ce caractère précieux des énergies sexuelles, il nous est demandé de traiter respectueusement notre sexualité.

Quand nous avez des problèmes, peurs ou tensions à ce sujet, ne jugeons pas la sexualité en elle-même, ou en la délaissant, car c’est une part naturelle de nous-mêmes, et une part sacrée.

PROBLEMES SEXUELS ET LA BATAILLE DES SEXES

Parlons de l’histoire de la sexualité et les problèmes spécifiques que les femmes et les hommes expérimentent actuellement dans l’expression de leur sexualité.

Bien des choses sont survenues dans cette expression sexuelle. Par essence, la sexualité transporte un potentiel très grand de lumière, mais à cause de cela, elle est aussi potentiellement sujette à un mauvais usage. L’histoire que je vais vous conter est une des luttes de pouvoir entre hommes et femmes. L’histoire est ancienne et commence à l’époque où l’empire galactique extra-terrestre commença à interférer avec la vie sur terre. Avant cela, la terre était une sorte de paradis, un Jardin d’Eden dans lequel la beauté et l’innocence prévalaient. Nous ne discuterons pas de cela ici, mais simplement, notez que vous êtes à la fin d’une phase de lutte de pouvoir, qui est bien plus vieille que les 5000 ans d’histoire écrite.

Dans une grande partie de cette histoire, les hommes jouent clairement le rôle d’agresseurs et oppresseurs. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Il fut un temps où les femmes étaient bien plus puissantes, dans les domaines publics comme privés. Elles oppressèrent les énergies masculines de manière cruelle et sadique. Les femmes ne sont pas naturellement le sexe oppressé et subjugué que vous connaissez, pas plus que le sexe le plus aimant. Vos stéréotypes de la femme gentille et sans pouvoir, et ceux de l’homme dur et insensible, en disent plus sur la dernière phase de l’histoire mentionnée ci-dessus, que sur les hommes et femmes en tant que tels.

A certaines époques, avant l’histoire écrite, les sociétés matriarcales étaient regardées comme normales. A ces époques, les femmes ont aussi utilisé leurs énergies d’une manière destructrice, en étant irrespectueuses de la force de vie et de création en chaque être humain.

En ce temps, les femmes avaient le pouvoir sur les hommes. Elles contrôlaient et manipulaient les hommes en utilisant le pouvoir des émotions et de l’intuition, avec lesquels elles avaient un lien naturel. Elles utilisèrent également leurs possibilités psychiques pour contrôler les hommes. Il y eut par exemple des sacrifices et rituels où les hommes furent torturés et tués.

Il fallait souligner cet aspect, car notre histoire officielle ne montre qu’une seule image des relations entre hommes et femmes. L’oppression de la femme par les hommes a été évidente sur l’ensemble de la période couverte par notre histoire écrite. Mais la rancune et la haine que les hommes ont montré (et montrent encore) envers la femme ne sont pas venues de rien. En plus des traditions culturelles et coutumes qui les influencent, il y a également les blessures émotionnelles profondes dans l’âme collective masculine qui viennent d’une époque bien plus ancienne.

Pour les femmes, la question est : pouvez-vous imaginer que vous exerciez le pouvoir sur les hommes, et que vous avez tenté de contrôler leur énergie avec succès ? Et pour les hommes, la question est : pouvez-vous imaginer que ceci fut fait à grande échelle et que vous étiez le « sexe faible » ? Peut-être recevrez-vous certaines images ou fantasmes en vous posant la question. Laissez votre intuition vous montrer et présenter les émotions qui émergent. Cela peut être surprenant.

A l’intérieur de l’âme collective masculine, haine et ressentiment ont grandi à cause de cette histoire ancienne. Cela s’est manifesté par l’oppression de l’énergie féminine dans la scène politique, mais aussi dans les religions, particulièrement à travers l’église. L’idée que la sexualité est coupable ou un mal nécessaire au plus, est une ligne de pensée masculine influencée par la haine et la rancune résultant de la répression de la sexualité masculine, à une autre époque. La sexualité masculine était considérée en ce temps comme un instrument de procréation, sans respect pour le côté sensible d’un homme et les attaches émotionnelles entre un père et son enfant. Souvent, les enfants étaient élevés par la mère, et séparés du père, et aucune attention n’était donnée à ce que le père pensait et voulait. Les valeurs importantes étaient transmises par la mère et l’infériorité de l’homme était une de ces valeurs. Les hommes étaient plutôt des chevaux de trait que des partenaires.

En plus de l’église devenant un rempart d’énergie mâle frustré, le monde des sciences a aussi affiché une hostilité envers les énergies féminines. Alors que science et religion sont par bien des aspects des ennemis naturels, elles se sont unies dans la résistance à l’expression de l’intuition et de la fluidité féminines. Les dogmes religieux sont rigides et suffocants, mais les méthodes scientifiques sont aussi limitatives, d’une autre manière. Alors que le devenir impétueux de la science moderne s’éclairait et innovait (dans le désir de détrôner la fausse autorité), elle s’est embourbée dans une vue rationaliste étroite, qui ne permet pas à l’énergie féminine de participer. L’esprit scientifique est analytique et logique, mais ne s’ouvre pas assez à l’imagination et aux sources d’observation extra-sensorielle (intuition). L’aversion de bien des scientifiques pour le «paranormal» et tout ce qui ne peut s’expliquer par un raisonnement rationnel est en partie due à une mémoire de l’âme de peines et humiliations, datant de l’époque où les pouvoirs psychiques ont été mal utilisés par les femmes, et utilisés contre eux comme un instrument de manipulation.

Cette histoire ancienne souligne clairement que dans «la bataille des sexes», il n’y a en réalité ni agresseurs, ni victimes, pas «bons garçons» et de «mauvais garçons», parce que nous tous, nous avons été les deux. Il y a eu lutte entre les deux énergies, dans laquelle elles devinrent ennemies, alors qu’elles sont complémentaires. Maintenant, hommes et femmes sont invités à joindre leurs forces ensemble, et retrouver la joie et l’intégrité de la danse originelle des énergies féminines et masculines.

Dans son essence, l’énergie féminine inspire et enveloppe, tandis que l’énergie masculine provoque et soutient les créations. L’énergie féminine est l’inspiration derrière la création; l’énergie masculine prend soin de sa manifestation dans la forme et l’action. Les deux énergies travaillent à travers chaque humain, tout individu, qu’il soit mâle ou femelle. Que vous soyez homme ou femme n’est pas réellement important; c’est l’équilibre et la relation entre les deux énergies à l’intérieur de vous qui compte.

BLOCAGES DE LA SEXUALITE FEMININE

Parlons maintenant des blocages de l’énergie dans la sphère sexuelle, qui se rapportent spécifiquement aux femmes ou aux hommes. Chez la femme, c’est la région du premier et du deuxième chakra (base et ombilic) qui est la plus perturbée et blessée, à cause de l’oppression sexuelle et les violences séculaires. Pendant quelques millénaires, les femmes ont été ravalées aux rôles serviles, dans la plupart des affaires de la société, et ceci est encore vrai en bien des endroits sur terre. Par rapport à la sexualité, cette inégalité se manifesta par les viols, agressions et humiliations à grande échelle. En tant que telles, beaucoup de femmes à l’intérieur de l’âme collective féminine ont souffert incroyablement. Des blessures émotionnelles profondes subsistent, qui nécessitent du temps, de l’amour et beaucoup d’attentions pour guérir.

Souvent, la pulsion vers une union sexuelle est ressentie par une femme comme du ressort du coeur, ou un sentiment spirituel. Mais, quand elles deviennent physiquement intimes, elles peuvent se retrouver à ne pas pouvoir exprimer leur énergie sexuelle librement, à cause de blocages des premiers et deuxièmes chakras. Il y a des mémoires (d’âmes) dans ces centres d’énergie sexuelle qui furent forcées ou humiliées. Ces expériences furent si pénibles, que la femme introvertit son énergie, sa conscience du ventre. Quand cette partie du corps est maintenant approchée de nouveau dans un acte sexuel, les muscles se crispent instinctivement ou le corps émotionnel signale automatiquement une résistance.

Les cellules physiques ont conscience du traumatisme et résistent à l’invitation à la danse aussi aisément. Elles veulent se fermer et créent une barrière, pour se protéger de plus d’agression. La réaction est totalement compréhensible et doit être toujours traitée avec le plus grand respect. Utiliser toute forme de force pour passer cette résistance est une manière de blesser de nouveau ces centres.

Quand vous avez ces émotions en tant que femme, il est très important de les prendre totalement en compte : il peut y avoir là de la furie, de la résistance, ou la crainte de l’intimité physique. Et toutes ces émotions sont souvent plus vieilles que la relation en cours, plus vieilles même que cette incarnation. Il peut y avoir de très vieux traumas dans ces chakras du bas, qui ont occasionné des cicatrices émotionnelles profondes.

Si en tant que femme vous reconnaissez cette douleur, prenez conscience des vies dans lesquelles vous étiez l’offensant/agresseur (et pas la victime). Ou, si vous trouvez qu’il est difficile d’accéder à ses vies antérieures, prenez contact avec l’énergie de la puissance de la femme, offensante à l’intérieur de vous. Ceci peut sembler très étrange, mais la raison est la suivante : quand vous avez été victime d’une violence sexuelle, cela a causé une grande colère dans votre champ d’énergie. Cette colère peut provenir de vies lointaines. Cette colère vous bloque et vous maintient prisonnière d’un sentiment d’impuissance et d’aura de victime. Pour éliminer cette colère, vous devez comprendre. Vous devez comprendre pourquoi et comment; vous devez prendre du recul. Si vous pouvez vous imaginer vous-mêmes comme une femme de pouvoir sans pitié et cruelle envers les hommes, et ressentir en vous que c’est aussi une partie de vous, alors la colère peut se dissoudre. Une compréhension plus précise peut survenir, la connaissance intérieure que vous êtes une partie d’une plus large histoire karmique, dans laquelle vous jouiez à la fois le rôle de bourreau et de victime. Il est presque impossible de laisser vos émotions de douleur, impuissance et votre chape de victime sans regarder aussi l’autre partie de vous, le « côté sombre ».

Vous n’avez pas besoin de retourner dans vos vies passées pour reconnaître la partie sombre en vous. Vous pouvez aussi devenir plus attentif ou vous analyser, jour après jour. Quand vous ressentez cette énergie (par exemple le désir d’exercer du pouvoir ou blesser autrui), vous pouvez comprendre que vous n’avez pas seulement été victime de circonstances extérieures sans aide. Il y a un lien karmique entre le bourreau et la victime : les deux rôles reflètent des aspects de vous-mêmes.

Au fur et à mesure que vous connaissez et acceptez cette face sombre, vous pouvez voir vos plaies intérieures d’une manière différente et commencer à les oublier. Quand cette compréhension s’installe, la colère peut se dissoudre, et vous pouvez atteindre la base de cette couche émotionnelle; la tristesse, les griefs, et la peine installées sur beaucoup de niveaux, et même dans le corps lui-même.

Il est très important pour les femmes de reconnaître l’aspect agresseur en elles-mêmes et de travailler cela. Quand il y a haine et rancune en vous par rapport à la sexualité, réalisez que plus vous ressentez haine et colère, plus vous vous identifiez au rôle de victime, et plus vous vous volez vous-mêmes votre liberté.

Essayez de ressentir à l’intérieur de vous dans cette aire sexuelle, qu’un jeu karmique se déroule, dans lequel vous avez joué pleinement les deux rôles, bon ou mauvais. De là, vous trouverez la place pour le pardon : vous pardonner vous-mêmes comme pardonner autrui. Les choses arrivent pour une raison. Les actes de violence et répression peuvent sembler sans signification, mais il y a toujours une histoire derrière. Et pour chaque violence sexuelle survenue, cela a laissé des traces dans les 4 facettes de votre être.

BlOCAGES DE LA SEXUALITE MASCULINE

Dans l’expérience sexuelle masculine, les blocages proviennent souvent de la tête et du coeur. A ces niveaux, il peut y avoir la peur de se donner, la peur d’une intimité émotionnelle.

La plupart du temps, la peur provient de bien au-delà de votre souvenir. Elle est reliée à l’ère où les femmes dominaient les hommes. Ceci a rendu le jeu de l’attraction sexuelle, initialement innocent et spontané, menaçant. Les hommes apprirent qu’il était dangereux de montrer ouvertement leurs émotions et d’ouvrir leur coeur à leur partenaire.

Parmi les hommes, il y a de profondes craintes de se laisser aller à leur côté sensuel/sensible, et ces craintes n’ont pas besoin de se manifester au niveau physique. Ils peuvent alors accomplir l’acte sexuel en maintenant l’émotion à part. Ainsi, l’homme peut être sexuellement présent physiquement, alors que sa nature sensible est (partiellement) absente. Ses émotions sont bloquées à cause de sa crainte de s’ouvrir et de devenir vulnérable à un nouveau rejet.

Il y a de très anciennes mémoires d’âmes, ici, d’avoir été abandonné et émotionnellement blessé.

PATIENCE ET AMOUR

En général, les blocages d’énergie sont différents entre hommes et femmes. Il est donc très important de communiquer ouvertement avec l’autre, au sujet de ce que vous sentez et ressentez quand vous êtes ensemble. Quand vous faites réellement confiance à votre partenaire, vous pouvez sans honte ou pudeur enquêter sur le lieu où votre énergie sexuelle s’embourbe quand vous êtes dans cette intimité.

Ceci peut être fait en devenant simplement conscient, quand il y a un flot d’excitation et d’intimité entre vous, sur quelle étendue vous vous permettez vous-mêmes de ressentir et exprimer. Regardez si vous vous sentez vous embourber ou bloquer dans n’importe quelle partie de votre corps, ou dans n’importe quelle portion de vos émotions et ressentis. Ressentez-vous une lueur d’alarme dans votre coeur quand vous êtes ensemble ? Ressentez-vous une ouverture spirituelle envers l’autre; êtes-vous prêt à rencontrer l’autre (lui ou elle) dans sa totalité ?

Cela peut sembler étrange, mais nous avons la trouille d’une intimité réelle. Nous désirons fortement une relation pleinement réalisée. Extérieurement, chacun affiche un idéal de relation émotionnelle et sexuelle gratifiant. Mais l’intimité réelle nous fait peur. Quand quelqu’un se rapproche très près de nous et que l’on nous demande de baisser tous nos masques, toutes sortes d’inhibitions surviennent, dont nous n’avions pas conscience. Dans ces moments où elles font surface, essayons de ne pas nous juger nous-mêmes. Au contraire, voyons-y une opportunité d’investiguer ces inhibitions et blocages en nous. Personne n’en est exempt. Présentement, tout le monde a des blocages qui les empêchent d’expérimenter la sexualité dans le sens complet décrit plus haut. C’est pourquoi il faut porter attention au flux sexuel en nous avec une conscience amoureuse — que nous soyons seuls ou en relation – et de traiter les blocages que nous découvrons avec attention et respect. La force est la plus mauvaise des conseillères en ces matières. Patience et amour sont vitaux.

Conservons vivante la soif d’une vraie et complète expérience sexuelle ! Nous ne devons pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Le désir est sain. La route vers une expérimentation sexuelle complète et heureuse peut être longue et sinueuse. Mais le long de cette route, nous grandirons en amour et compassion envers nous-mêmes aussi bien qu’envers tous les autres, et ceci est très précieux en notre monde.

Nous sommes en train de guérir une ancienne histoire de lutte entre l’homme et la femme. Les énergies mâle et femelle désirent revenir ensemble et se joindre dans une danse joyeuse et créative. Toute chose à laquelle nous contribuons dans ce domaine à une échelle individuelle a une influence positive sur l’âme collective de l’homme et de la femme.

Cet amour de soi rend les énergies de patience et d’amour accessibles aux autres.

Poursuivre la lecture :
Flammes Jumelles