Daniel Vallat DAD Editions Dons
Daniel Éditions Utopia Merci!
Vos questions Citations Festival LUMOVIVO Abonnement
FAQ Citations Festival Abonné?
LUMOVIVO
ArabicChinese (Simplified)EnglishFrançaisDeutschHebrewHindiItalianoJapaneseNederlandsPortuguêsRussianEspañol
Dyslexia ?


Blog ⇒ Archives...
Les livres de Daniel Vallat sont connus pour inspirer la foi... Découvrez-les !

Messages d'un Ange

*JEANNE D'ARC-JESUS-JOURNALISME-JUIF-JUSTICE*



Abécédaire J

JEANNE D'ARC

Être pur et dur en religion
C'est s'inspirer des Saints Patrons
Jeanne l'a bien dit dans ses prières
Amour et Paix, cela va de pair
Au nom de Dieu il ne faut plus
Assassiner à corps perdu


En ce qui concerne notre droit d'ingérence lorsqu'une une culture majeure est menacée d'extinction, vous, Français, devriez avoir moins de mal que les autres à croire en nous. Peu de pays peuvent en effet se vanter d'avoir, dans leur propre histoire officielle, vérifiable car correctement archivée, plusieurs faits démontrant de façon indéniable l'existence des anges et leur importance dans votre vie. Je pense notamment ici à l'histoire de Jeanne d'Arc qui nous lie tant avec vous, Français. Comment les habitants d'un pays ayant tous eu connaissance de l'irrationnelle mais réelle épopée que cette gamine a commencée dès l'âge de treize ans, consistant à quitter sa famille et son village en 1425 pour essayer tous les jours pendant des mois de convaincre un écuyer royal (Robert de Baudricourt) de la présenter au dauphin Charles “parce qu'elle avait quelque chose à lui dire pour sauver la France”; puis, une fois gain de cause obtenu, reconnaître sans hésitation un être humain, en l'occurrence le dauphin de France, qu'elle n'avait jamais vu et qui se dissimulait dans la foule (un être humain de paille jouant son rôle sur le trône royal); puis convaincre ce roitelet, pourtant aux abois et passablement caractériel de lui accorder un entretien à huis clos et quinze minutes plus tard ressortant de la pièce, lui blême, elle toute rouge.

Ce qu'elle dit et fit appartient au “Secret Défense” des archanges, aussi je laisserai intact ce mystère. Ce fut en tout cas efficace, puisque ce que lui dit Jeanne, nul hormis le Dauphin lui-même ne pouvait le savoir et ce court laps de temps de communication entre eux suffit à convaincre le roi de lui confier le commandement de son armée démoralisée et désorganisée; puis Jeanne, âgée de quatorze ans, maintenant, en prit le commandement (alors qu'à l'époque cette armée était au bord de la rupture finale) et la mena plusieurs fois à la victoire en faisant preuve d'un courage inouï, surtout pour son âge et son sexe, contre l'armée des Anglais, pourtant bien plus puissante et nombreuse que ses troupes et ceci se répéta et se répéta encore jusqu'à ce que les évènements prennent une tournure irréversible en ce qui concerne les visées expansionnistes des Anglais sur vos plaines et vos vallons; comment ces habitants, disais-je, peuvent-ils encore douter de notre existence avec une telle histoire authentique et dûment documentée, de sa première venue au Château au bûcher où elle partit en fumée à notre grand désespoir ?

Que vous faut-il de plus limpide ? Que nous venions en masse dans nos vaisseaux trans-stellaires et résolvions tous vos problèmes avec une baguette magique? Malheureusement, c'est la seule chose que nous ne sommes pas autorisés à faire à cause de votre libre arbitre. Toujours est-il qu'une majorité d'entre vous n'est pas encore convaincue. Pourquoi, me direz-vous, les anges aideraient-ils particulièrement les Français ?

Dieu serait-il francophile ?

À cette question, je n'ai qu'une réponse nette : « Non, Dieu n'est ni Juif, ni Français, ni Américain et le « Gott mit uns » allemand (Dieu est avec nous) n'a pas plus de fondement que les autres. Néanmoins, Dieu et ses multiples délégués n'en sont pas moins très soucieux de préserver le précieux patrimoine que représente la langue française, si particulière et à peine ébauchée au temps de Jeanne d'Arc, mais déjà porteuse des potentiels qui la rendirent si utile philosophiquement parlant par la suite et qui lança en grande partie la philosophie des Lumières et le progrès spirituel mondial qui s'en suivit.

Pour la rédaction de ce chapitre et être le plus complet possible, je suis entré en contact avec un ange attaché depuis longtemps au destin national de votre culture et qui fut en relation avec l'ange personnel de Jeanne, donc témoin d'évènements où elle fut impliquée et qui aboutirent à son immonde procès, alors qu'elle allait juste sur ses dix-sept ans et qu'elle avait toute la vie devant elle.

Les anges de progrès inspirèrent de nombreuses fois les pères fondateurs de l'actuelle langue française lorsqu'ils travaillaient à son élaboration, surtout au niveau de la sémantique et de la symbolique des mots entre eux, de leur double sens, des associations avec les synonymes, des messages ésotériques, de la musicalité des mots pour vos poésies rythmées, bref nous élaborâmes toute une palette d'outils intellectuels et phonétiques que beaucoup de peuples trouvent d'ailleurs plaisants à entendre et vous envient, même lorsqu'ils n'en comprennent pas le sens. Tout ce futur travail multiséculaire, l'invasion anglaise le menaçait, à cause de la tendance arrogante des anglo-saxons à phagocyter lentement mais sûrement les autres cultures, dont la "françoise" naissante, en l'occurrence, du fait de leur omniprésence géographique sur le territoire français.

Un exemple parmi cent autres : en énumérant votre alphabet, l'on constate que la lettre m précède juste la lettre n. Décodé symboliquement, cela donne aime à côté de haine; vous avez là deux symboles mettant en exergue la notion d'Amour et sa prédominance par rapport à la haine. Il ne se passe rien de tel quand m et n sont prononcés en anglais ou en allemand. De plus, la lettre m est la treizième lettre et le chiffre 13 a la vielle réputation de porter bonheur ou malheur (la croyance superstitieuse sur ce chiffre a pour origine l'histoire évangélique de la Cène représentant les douze apôtres plus le Christ, treize à table !). Comme Jésus est le Dieu venu révéler la vraie façon d'aimer son prochain, vous pouvez voir comment fonctionne la symbolique initiatique. Les esprits chagrins disent que le chiffre 13 porte malheur à cause de la présence de Judas. Mais les esprits sains prétendent qu'il porte bonheur car c'est le nombre de participants mâles du premier corps apostolique créé sur Terre par votre Dieu local Jésus-Christ Michael. Les mots ‘Saint' et ‘sain' montrent une autre analogie phonétique parmi cent, indiquant la volonté d'initiation spirituelle des lettrés spécifiquement français. Mais revenons à l'histoire édifiante de Jeanne la Pucelle :

Voyant le pays France réduit à une peau de chagrin par l'envahisseur anglophone et francophobe, une légion d'anges fut donc envoyée sur le terrain et autorisée à organiser une action d'éclat susceptible de vous donner un coup de pouce significatif afin de vous amener à réaliser notre présence tout en sauvant votre culture à peine naissante mais porteuse d'un potentiel important pour l'avenir. A leur tête : un archange nommé Michel, expert en stratégie guerrière psychologique et ses deux assistants : “Catherine” et “Marguerite”.

C'est grâce à leur inspiration télépathique que Jeanne transforma la déontologie de ses soldats vers plus de vénération religieuse et remporta toutes ses batailles avec une stratégie psychologique révolutionnaire pour l'époque, ce qui engendra le peu de pertes qu'eut à subir “son” armée, malgré une infériorité numérique permanente. Les maîtres d'oeuvre de ce plan pensaient vraiment qu'une histoire aussi magique suffirait à établir nos rapports mutuels humains-anges sur de nouvelles bases, la France étant déjà officiellement “la fille aînée de l'Église...” et le plan d'assistance angélique cessa, puisque les rapports de forces étaient dans le camp de Charles VII, désormais seul Roi de France agréé par l'Église. Malheureusement Jeanne voulut, après sa campagne victorieuse et de sa propre initiative cette fois, (c'est-à-dire sans l'aval angélique), repartir en campagne pour sauver "son roi", ce grand timide, qui ne comprit jamais tout à fait ce qui se tramait au-dessus de sa tête. N'étant plus sous la protection spéciale des anges, Jehanne fut, hélas, blessée et rien ne put empêcher qu'elle soit cette fois faite prisonnière, jugée comme sorcière et condamnée, d'abord à la prison à vie avec des soudards anglais revanchards et avides de sexe avec elle, mais n'ayant “curieusement” jamais pu arriver à leurs fins lubriques malgré moult efforts, puis à la mort horrible que nous connaissons tous, la seule accusation véritable retenue contre elle étant qu'elle portait habits d'êtres humains et cheveux courts.

Cela fut sommes toutes facile pour les lucifériens répandus dans l'Église de se venger ainsi, puisqu'ils disposaient des services de l'Évêque de Rouen, apostat notoire au nom prédestiné qui osa la condamner au bûcher, au nom du Christ, qui plus est ! Les Anglais, aigris par toutes ces défaites que le génie stratégique de la pucelle inspirée leur avait infligés, ne trouvèrent rien à redire à cette infamie. Elle mourut ainsi parce que les diables ne lui pardonnaient pas qu'elle ait accompli ce qu'elle accomplit sur ordre des anges loyaux. Étant à l'époque solidement implantés au sein de l'Église, ils utilisèrent leur structure inquisitionnelle pour donner un semblant de légalité à ce ridicule procès. Pourtant, c'était une prisonnière de guerre et il était de bon ton à l'époque de restituer les prisonniers célèbres contre rançon. Pourtant les diables voulaient qu'elle meure puisqu'elle refusait d'abjurer sa foi en Dieu, en Jésus et en nous, et refusait fort logiquement d'avouer quelque chose qu'elle n'avait pas fait, ayant même l'inébranlable et légitime conviction qu'elle avait plutôt fait systématiquement le contraire de ce dont on l'accusait ! Ne l'accusait-on pas en effet d'être au service du diable et d'utiliser la sorcellerie pour faire gagner l'armée françoise ?

Les diables n'aiment pas la France ni l'esprit français en général : cent fois, mille fois, les lucifériens tentèrent de phagocyter l'essence française, connaissant sa force spirituelle tirée de l'esprit individualiste et débrouillard de ce vieux peuple polyethnique et polyvalent. Ils envoyèrent César, puis les Huns, puis les brutes Vikings, puis les Ostrogoths, puis les Saxons, puis les Anglo-normands, puis les terribles Maures, puis bien plus tard la Médicis, La Voisin, Richelieu, Robespierre, Napoléon, Guillaume II, Laval, Hitler. Cent fois nous ripostâmes du tac au tac, en général par l'intermédiaire de récepteurs ou réceptrices Terriens. De Sainte Blandine à Sainte Geneviève, en passant par Bernadette, la sainte de Lourdes, les femmes françaises furent hospitalières et dociles avec nous pour exécuter les plans de sauvetage concernant les Français : Carlus Magnus, Charles Martel, Vincent de Paul, Henri IV, Pascal, Descartes, Molière, Voltaire, Montesquieu, Littré, Hugo, Clémenceau, Jaurès, Zola, de Gaulle, firent tous partie de nos plus célèbres agents mâles (consciemment ou non) pour vous protéger de l'éradication culturelle et intellectuelle, puisqu'au niveau de la pureté de la race, il n'y a pas grand chose à sauver : elle n'existe tout simplement pas et n'a jamais franchement existée, du fait de ce métissage permanent de plusieurs dizaines de millénaires qui eut et a toujours cours sur votre territoire national, au grand dam de certains nostalgiques de Vichy et de la cause aryenne dont le plus célèbre chef de file français actuel est paradoxalement un grand vénérateur de la Pucelle d'Orléans. Ce qui ne le sauvera pas, loin de là, lors de son jugement. Mais je trouve scandaleux et inacceptable de laisser un mouvement d'extrême droite raciste s'appuyer sur l'oeuvre et la personne de Jeanne pour étayer son programme rétrograde, antifraternel et xénophobe.

Toujours est-il que cette mort tragique en lieu et place de la vie magique originellement prévue pour elle comme on aurait légitimement pu le penser après un tel début en fanfare, n'affaiblit pas le message que nous voulions vous adresser à travers son expérience. De même que la mort ignominieuse de Jésus n'a en rien changé le rayonnement de sa pensée, bien au contraire. Le miracle d'avoir quand même gagné malgré ces conditions d'échec momentané effroyable fut d'autant plus magique.

Cependant, le moins que les anges pouvaient faire pour aider la petite Jeanne, si obéissante et courageuse malgré son jeune âge, spécialement en risquant sa vie au milieu des batailles, mais aussi en tenant tête à “l'évêque” Pierre Cauchon, ce doublement traître (à sa patrie et à son habit) ainsi qu'à son assemblée de diables en soutanes, c'était de l'assister dans ces moments pénibles et de la soutenir spirituellement, ce qui fut fait et bien fait. Sa mort fut si courageuse et mystique, étant donné le contexte, que les gens s'aperçurent vite qu'ils avaient brûlé un agneau de Dieu, une Sainte. Et la légende de Jehanne d'Arc relatant sa destinée, de la petite bergère anodine de Domrémi à la géante de l'Histoire de France hurlant le nom de Jésus pendant que son corps s'enflammait, put quand même perdurer pour votre propre édification. Il n'y a pas que les anges loyaux qui s'intéressèrent à la France, les anges déchus vous soignent également, comme par exemple, le parachutage chez vous de Catherine de Médicis et de son personnel italien.

Elle et son équipe eurent le temps de mettre en oeuvre bon nombre de forfaits et de massacres, son chef d'oeuvre incontestable étant le massacre de ces pauvres Huguenots à la Saint Barthélemy, en rébellion légitime contre une Eglise catholique infestée de faux êtres humains de Dieu et de vrais suppôts de Satan; notre réponse fut donnée à travers Henri IV et François 1er, sur ce qui se passa à la Renaissance, sur l'unité culturelle de la France qui fut à nouveau préservée puis renforcée, jusqu'à ce que Louis XIV, cet ultra-narcissique tyran, remette de nouveau les êtres humains les uns contre les autres par la séditieuse révocation de l'Édit de Nantes.

En ce qui concerne ce roi appelé “soleil” mais qui, par bien des aspects, était alors un soleil noir, je peux révéler à ceux qui n'ont pas encore renoncé à trouver le trésor des templiers supposé enterré près de Rennes-le-Château, en plein pays Cathare, donc, qu'ils peuvent arrêter de perdre leur temps : le trésor fut trouvé et remis à Louis XIV par ses «Dragons», et il piocha abondamment dedans pour consolider son mythe de Roy Soleil, sa puissante armée conquérante et ses fastes du Château de Versailles, fastes que le monde entier lui envia mais qui fut en partie payé par le sang des Cathares. Quelques reliquats de ce trésor furent trouvés à Rennes-le-Château par un certain Saulnières, abbé de son état, qui en profita pour se payer quelques folies peu compatibles avec les engagements qu'indiquait son vêtement sacerdotal. Sic transit gloria mundi.



JESUS

Première sentinelle, Créateur authentique
Ses mots embraseront d'une façon magique
Les foules ébaubies, déclenchant un déclic
Une prise de conscience, une vue synthétique
Dans les pensées mystiques des têtes philosophiques
En tentant d'inculquer une doctrine fantastique


Jésus est sans doute le nom le plus célèbre et pourtant le plus inconnu des noms ayant cours sur votre planète. Le plus connu, parce que l'ensemble du monde vit selon telle date, suivi de la mention "après Jésus-Christ", et le moins connu parce qu'aucun texte religieux ou historique n'a encore dit réellement qui était, est et sera Jésus dans votre réalité, car à l'instar de l'ancien Testament, le nouveau se compose de textes amalgamés qui ne disent pas tous la stricte vérité, ce qui donne cette religion incomplète que Jésus ne voulait, sous cette forme, à aucun prix et qui commit au fil des siècles des exactions doublement inadmissibles dans la mesure où elles se faisaient au nom du Sauveur. Il sera plus simple de commencer par vous dire qui n'est pas Jésus, puisque des dizaines d'histoires fantaisistes circulent sous le manteau au sujet de sa vie cachée et même officielle.
  • 1°) – Jésus n'est pas né le 25 décembre de l'an zéro de l'ère chrétienne.
  • 2°) – Il n'a pas comme père biologique Gabriel mais bien Joseph.
  • 3°) – Jésus n'est pas le Fils membre de la Trinité du Paradis enseignée par le catholicisme.
  • 4°) – Jésus n'était pas un agitateur politique, ni un prophète, ni un initié araméen, ni un fou, ni un anarchiste, ni un mystique, ni un sorcier guérisseur et il n'est pas mort sur la croix pour racheter vos péchés.
  • 5°) – Il n'est pas allé en Inde; il n'a jamais fait l'amour avec une femme et n'a donc laissé aucune descendance.
  • 6°) – Il n'a pas pensé réellement lorsque ses quatre membres étaient cloués sur la croix que Dieu l'avait abandonné.
  • 7°) – Les miracles de Jésus sont tous explicables par sa nature divine.
  • 8°) – Les évangiles synoptiques ne sont pas parole d'évangile.
  • 9°) – Le suaire de Turin n'est pas un faux.
Voilà maintenant la nième histoire de Jésus avant et après sa vie d'être humain qu'il a partagé avec vous (selon un ange, cette fois), ce qu'il a fait, comment et pourquoi :

Les rois mages

  • 1°) – Il est bien né à Bethlehem, mais à midi pile le 21 août de l'an moins sept avant sa propre ère. Ce qui fait qu'en réalité, l'an 2OO1 est votre 1994. Donc, n'écoutez pas les millénaristes pessimistes, témoins de Jéhovah en tête, mais oeuvrez pour le bien simplement là où vous êtes, sans vous attarder en chemin, afin de préserver votre cadre de la destruction par le respect de la vie. C'est le minimum qui vous est demandé pour gagner le droit à la vie éternelle !
  • 2°) – Gabriel est bien apparu à Marie et sa cousine Elizabeth pour leur faire son annonce, mais c'est bien le patrimoine génétique de Joseph et de Marie qui ont engendré le corps physique de Jésus.

  • Ils avaient été choisis comme couple procréateur en fonction de l'excellente qualité de leurs chromosomes et de leur système immunitaire; en effet, Jésus ne pouvait pas accomplir sa mission avec un corps déficient. Joseph ne descendait pas du roi David; c'est Marie qui avait plus d'ancêtres que son mari dans la branche de David.

    Pourtant, si Joseph avait dû se rendre à Bethlehem pour le recensement général ordonné par César Auguste dans tout son empire, c'est parce que six générations avant, son aïeul paternel très tôt orphelin, avait été adopté par un certain Zadock, qui, lui, descendait génétiquement de David. C'est par ce lien indirect que Joseph était considéré comme faisant partie de la maison de David et que votre Sauveur naquit à Bethlehem dans une étable, pour cause d'auberges archibondées. Sans être riche, Joseph n'était pas un mendiant. Quand Jésus sortit du ventre de sa mère, aidée par plusieurs voyageuses secourables, nul roi mage n'était présent. Les populations de l'époque, comme maintenant, d'ailleurs, se délectaient avec des contes de fées et tissaient continuellement de belles légendes sur la vie et l'oeuvre de leurs chefs religieux et politiques. À cette époque où le papier et l'encre étaient rares, la plupart des connaissances et des informations se transmettaient par le système aléatoire du bouche-à-oreille.

    Ainsi, au fil des générations et des différentes enluminures poétiques, les mythes devenaient traditions et finalement acceptés comme des faits réels. Cependant, il n'y a jamais de fumée sans feu, aussi petit soit-il et il est réellement arrivé quelque chose mettant en scène les "Rois mages". Voici l'histoire : au mois d'août de l'année où Jésus naquit, il arriva qu'un être humain, vivant à Ur, éducateur religieux et astrologue de son état, fit un rêve dans lequel il entendit que "la lumière de la vie" allait faire son apparition sur la planète en tant que bébé parmi l'ethnie juive. Ce genre de rêves est courant chez les hauts initiés.

    Encore maintenant, les rêves de ces surêtres humains que sont les lamas rimpoché ont aidé à dénicher l'enveloppe charnelle du Dalaï Lama et d'autres avatars tibétains jusqu'au Canada ou en France. Cet éducateur consciencieux d'Ur s'ouvrit de ce rêve à trois prêtres habitant également à Ur. Ceux-ci, "mystérieusement" inspirés, décidèrent d'en avoir le coeur net et partirent immédiatement pour la Palestine vérifier si ce rêve était prémonitoire, donc important eu égard à sa nature mystique ou si ce n'était qu'un simple rêve personnel de l'astrologue. Ils arrivèrent à Jérusalem peu après le jour de la naissance de Jésus, cherchant vainement jusque-là une piste corroborant le rêve de leur collègue. Puis, juste avant le moment où ils avaient décidé de quitter la ville Sainte, ils tombèrent sur Zacharie, père de Jean, dit "le Baptiste" et mari d'Elizabeth, en face de qui Gabriel était apparu pour lui délivrer peu ou prou le même message que dans le rêve du mésopotamien.

    Il n'en fallait évidemment pas plus pour que les prêtres, guidés par Zacharie décident, Jésus étant sûrement le prophète annoncé par rêve, d'aller présenter leur déférence au nouveau maître du monde spirituel et terrestre.

    Quand ils arrivèrent à Bethlehem, Jésus avait trois semaines et grandissait normalement, aidé par le lait et l'amour maternel, comme tous les bébés du monde. Ils s'émerveillèrent comme il se doit devant ce beau bébé, laissèrent leurs présents à Marie et s'en retournèrent à Ur annoncer la bonne nouvelle à leur peuple, qui n'en eut d'ailleurs jamais rien à faire, dans sa grande majorité. À l'heure actuelle, le pays où ces prêtres habitaient, s'appelle l'Irak, c'est vous dire.

    Quant à la belle histoire de l'étoile supposée les guider droit sur la crèche de la Nativité, la vérité est autre que la version officielle, mais elle n'est pas invention pure : le 29 mai de l'an moins sept avant J-C, une conjonction extraordinaire de Jupiter et de Saturne eut lieu dans la constellation des Poissons, montrant en fait une seule étoile mais possédant une luminosité pratiquement doublée.

    Exceptionnellement dans les archives des mouvements célestes, la même conjonction eut de nouveau lieu la même année, exactement le 29 septembre et le 5 décembre. Sur la base de ces évènements exceptionnels mais entièrement naturels, les biographes zélés de Jésus y virent néanmoins la main de Dieu et construisirent l'attrayante et surnaturelle légende de l'étoile qui guida des Rois vers le Roi des rois. Les étoiles qui sortent de leurs orbites pour indiquer une crèche en plein désert à quelques voyageurs se mouvant à dos de chameau ne peuvent pas exister dans la réalité physique; pas plus que le Père Noël ni la fée Carabosse.

    Néanmoins, n'oubliez pas que la vie est un éternel miracle à votre niveau et que votre planète est un joyau inestimable de l'espace.

    Jésus-Christ Michael, chef suprême de notre univers local

    3°) – Le véritable et immuable nom de Jésus est Michael. Il est l'un des sept cent mille Fils paradisiaques créés selon Leurs désirs par l'un, par l'autre, par deux des trois ou à la fois par les trois déités du Paradis que vous connaissez comme étant la Trinité. Ils forment donc sept combinaisons possibles d'archétypes divins primordiaux, ou chaque Fils paradisiaque aura un point plus fort que les autres afin d'insuffler à leurs futurs univers des valeurs différentes et complémentaires plutôt qu'identiques. Ainsi, notre Michael choisit la compassion, et c'est pourquoi seule la compassion entre en résonance avec les forces universelles de son univers local où nous sommes et seule la compassion appliquée partout et pour tous pourra transformer votre planète en un nouveau paradis où il fait bon vivre en paix et en sécurité, mis à part les évènements naturels inévitables et inhérents à la création.

    Chacun de ces êtres magnifiques et parfaits, car directement crées par la Trinité du Paradis, ont la prérogative et les moyens de créer un univers local abritant plusieurs milliers de systèmes solaires habités chacun par au moins une planète. Dieu, par amour, aime partager Ses propres pouvoirs créatifs avec Ses fils et filles directs. Aussi, il délègue héréditairement Ses pouvoirs créatifs à tous Ses enfants, y compris vous, les humains. Vous aimez d'ailleurs vous-mêmes déléguer vos pouvoirs créatifs autant que faire se peut, puisque vous concevez des robots capables de créer, ce qui provoque ces marées de chômeurs humains désoeuvrés...

    Une fois que leur Univers local a émergé du premier big bang gazeux, que les planètes ont trouvé leur rythme de croisière autour de leurs soleils respectifs et que la vie s'est développée jusqu'au point où une civilisation est arrivée à accueillir des personnes ayant pu hisser le niveau de leur conscience jusqu'au septième chakra, ce qui était le cas parmi certains Gentils et Juifs, pour revenir sur votre planète, un Fils paradisiaque doit, par volonté originelle de Dieu, vivre la vie de la plus humble et la plus basse des créatures se développant dans sa création. À l'intérieur de cette enveloppe et sans tricher, c'est-à-dire sans user de ses pouvoirs divins, il doit montrer à ses enfants humains comment ils doivent considérer leur vie et celle de leurs voisins, même lointains, comment ils doivent se comporter face aux situations de toutes sortes qui sans arrêt leur arrivent sur cette planète bouleversée, comment ils doivent considérer le Dieu qui a fait et habite, hors de tous regards humains, le Paradis, plus une foule d'autres sujets de vie pratique. Le but de cette règle est de faire vérifier en personne à un créateur céleste si sa création est viable et s'il n'a pas tendance à demander à ses créatures des efforts qu'ils seraient incapables de produire plus par lacune créative que par manque de bonne volonté.

    On peut dire que Jésus a réussi son épreuve du feu terrestre, car la vie et les enseignements de Jésus sont et seront éternellement les meilleurs exemples possibles pour vous, humains rétifs, puisqu'ils émanent personnellement de votre Père cosmique direct et que les apôtres ont globalement répété fidèlement les grandes lignes de son message. Cependant, il vous faut savoir que la religion qui naquit de ces évangiles n'est en aucun cas la religion de Jésus mais une religion à propos de Jésus. Il n'a jamais voulu instituer de dogmes ni de rituels immuables ou favoriser l'idolâtrie (c'est pourquoi il a bien pris garde de ne laisser aucun écrit ni aucun ossement de son véhicule biologique).

    Seul le suaire dit "de Turin" a été “miraculeusement” préservé des multiples tentatives des apostats de le détruire par le feu depuis le Moyen-âge, afin de rappeler au monde, moderne notamment, que Jésus a bien existé, ce qui pourra aider certains à changer enfin pour le meilleur. Encore récemment, en 1998, il a fallu l'intervention “miraculeuse” d'un pompier qui n'était pas censé être de service ce soir-là, pour que le suaire soit une nouvelle fois sauvé de la destruction par le feu. Sacré Lucifer. Il n'abandonnera jamais ! Jésus-Christ Michael aime par-dessus tout son Père, l'amour fraternel, la compassion et la non-violence active. Il déteste l'hypocrisie, l'amour des richesses matérielles et le comportement de ceux qui font leur justice violente eux-mêmes. Se sentant directement attaqués dans leurs privilèges par un tel enseignement, les Sadducéens et les Pharisiens décidèrent de se débarrasser rapidement de ce rabbin révolutionnaire et guérisseur, prônant des folies comme l'égalité des sexes, le respect entre les castes et la fraternité universelle. Avant qu'il ne devienne trop populaire, ils demandèrent vite de l'aide aux brutes romaines, manipulés comme ils l'étaient par les démons, d'où la disparition brutale, prématurée et affreusement injuste de votre Messie pendant la Pâque. Normalement, après la venue d'un dieu local fait être humain temporairement et vivant publiquement une vie exemplaire d'humain, le niveau mental et spirituel de la population concernée croît vertigineusement en quelques générations. Mais hélas, n'oubliez pas que nous avons affaire ici à une planète dont les habitants ont gravement souffert et continuent à l'heure actuelle de souffrir de la rébellion luciférienne.

    Ce ne fut cependant que son bras droit Satan qui vint narguer Jésus dans le désert; Jésus se trouve être son père, donc son supérieur hiérarchique, comme toutes les autres créatures nées dans l'univers michaelien. Ce qui veut dire qu'un fils angélique ne peut pas dépasser un Fils paradisiaque et Jésus décida qu'à partir de la date de sa rencontre avec Satan dans le désert, la seule invocation de son nom biblique suffirait à contrer les oeuvres directes de Lucifer, Satan, Baphomet, Belzebuth et tous les autres sbires déchus et apostats. C'est ainsi que l'exorcisme put voir le jour et que le nom de Jésus fut et est toujours efficace et suffisant pour désenvoûter des humains possédés. Que les scandaleux abus de l'Inquisition dans ce domaine très particulier qu'est l'exorcisme ne soient pas à vos yeux comme l'arbre qui cache la forêt. Jésus, en tant que Michael, est bel et bien le père créateur et le supérieur hiérarchique des anges déchus. Ils n'ont pas été créés déchus, mais l'ont été par la propre expression de leur libre arbitre, des centaines de milliers d'années après leur naissance, pour la plupart. Comme tous les anges crées par Jésus-Christ Michael, ils étaient nés parfaits...

    Mais nul n'est jamais à l'abri d'une erreur de jugement, c'est pourquoi votre apprentissage est long et complet, dans votre propre intérêt. Comme toute créature née dans l'univers michaelien, vous êtes également les enfants de Jésus, Jésus étant la même "personne" que Michael. Toute son attitude et ses commentaires furent ceux d'un père aimant venu également révéler la véritable nature de son propre Père, celui qui réside en vous sous forme de parcelle prépersonnelle et chargée de fusionner avec votre égo. Comme dans le rêve "apocalyptique" de Jean, Jésus siège à la droite de Dieu, mais dans le coeur de chaque humain et non au Paradis, d'où la confusion entre le "Fils" de la Trinité et Michael, Fils paradisiaque parmi sept cent mille autres créatures de son ordre déjà créés.

    Cette position de Dieu local que Jésus a, de fait, vis-à-vis de vous explique pourquoi il est quand même et à juste raison considéré comme un Dieu sur votre planète, en dépit de toutes les exactions invraisemblablement contradictoires perpétuées en son Saint nom. Seul un Dieu pouvait en effet vaincre sans bataille militaire l'Empire romain fasciste, porté à son paroxysme de violence sous la direction de Caligula, démon incarné notoire, et de sa soeur.

    Dura lex, sed... dura lex

    4°) – Il n'est pas mort sur la croix pour expier la culpabilité de ses enfants ou racheter vos péchés mais parce que le Sanhédrin de Jérusalem avait, dans sa majorité, décidé de le mettre à mort, manipulé télépathiquement par des anges apostats. Il se serait volontiers passé de cette mort douloureuse et humiliante, spécialement lorsqu'on songe qu'un Dieu n'a pas souvent l'occasion d'être traité de la sorte par de minuscules créatures mortelles. Mais la règle est de vivre exactement comme un être humain ordinaire et un être humain condamné à mort meurt obligatoirement violemment. D'ailleurs la mort, quelle que soit la forme qu'elle prenne est une des phases inévitables de la Vie.

    C'est pourquoi il ne se détourna pas du destin que ses propres créatures imparfaites lui avait préparé. Il en profita pour faire de sa mort un exemple, en disant par exemple au sujet de ses tortionnaires sadiques : "pardonnez-leur, mon Dieu, car ils ne savent pas ce qu'ils font". En ce qui concerne le rachat des péchés, cette opération est individuelle. Personne n'a à porter la responsabilité spirituelle de fautes commises par d'autres! Abandonnez enfin vos notions primitives d'un Dieu inique aimant le sang comme rédemption.

    Les créateurs universels ne sont ni injustes, ni idiots. Tout dogme ayant tendance à les faire passer pour des sadiques ou des imbéciles ne peut venir que de l'inspiration d'un apostat. N'en tenez donc pas compte. La mort de Jésus n'a sauvé personne en particulier, à part peut-être l'âme du voleur qui partageait son supplice sur le Golgotha. Sa mort a, au contraire, voué certaines personnes à un long séjour au purgatoire; seules vos actions quotidiennes forment la trame où se tisse au jour le jour votre destinée potentiellement éternelle. Croire autre chose ne fera que vous plonger dans la confusion philosophique et vous fera perdre du temps dans votre quête de la Vérité spirituelle.

    La légende indienne

    5°) – Au sujet de l'histoire de tombeau portant le nom de Jésus et découvert en Inde, ce qui porta quelques historiens amateurs à en déduire que Jésus était allé s'initier en Inde avant son sacerdoce, ou encore plus farfelu, qu'il n'avait pas vraiment été exécuté sur la croix mais décloué en secret, alors qu'il respirait encore, par quelques-uns de ses inconditionnels partisans, puis soigné jusqu'à ce qu'il s'embarque en Inde et y finisse sa vie; voici la vraie explication :

    Dans sa jeunesse, Jésus avait bien fait des voyages, mais essentiellement dans les pays méditerranéens comme la Grèce, l'Italie et l'Egypte. Il séjourna plusieurs fois à Rome, où il put rencontrer des grands philosophes, des religieux ascètes, des membres pratiquant le cynisme, les mystères, le stoïcisme, etc.. Il fit quelques interventions remarquables d'intelligence et de sensibilité compatissante qui se répandit suffisamment pour que quelques années plus tard Pierre, Jacques et d'autres, trouvent un terrain déjà ensemencé par cette première visite officieuse du jeune Jésus. À Alexandrie, il parla avec beaucoup de philosophes, dont Philon le Grec, et les conversations de haute tenue qu'ils eurent ensemble marqua profondément Philon qui utilisa par la suite bon nombre d'éléments de ses conversations avec le Dieu incognito de son Univers dans ses propres oeuvres. Cela servit également de terreau pour l'action future des évangélistes qui prêchèrent avec succès chez les Hellènes. Par contre, le judaïsme résista à tous les efforts des prosélytes chrétiens et refusa le nouvel évangile...

    C'est depuis cet évènement qu'est né le proverbe : "nul n'est prophète en son pays". Ce serait intéressant de savoir pourquoi, car moi, je ne comprends toujours pas pourquoi il est si dur d'être prophète, du moment que c'est chez soi. Pendant des années, il fut également le précepteur du fils d'un riche armateur indien qui l'emmena sur son bateau marchand pendant ces années et lui donna l'occasion de connaître et parcourir le monde des Gentils. Il eut donc toute opportunité de tester son enseignement philosophique révolutionnaire sur différents esprits, dont l'esprit de ce jeune Indien et d'observer les différentes réactions; elles furent toutes positives, en particulier chez ce jeune Indien qui put comprendre toute la valeur de cette nouvelle doctrine d'égalité, de fraternité et de compassion.

    Une fois rentré de son long périple avec son père, il en parla d'ailleurs abondamment autour de lui, car il avait pressenti la nature divine de son doux et patient précepteur, ce qui fait qu'il commença à prêcher le nouvel évangile des enseignements de Jésus.

    Lorsque ce fidèle et dévoué apôtre inconnu de l'histoire officielle mourut, il fut mis en tombeau selon la tradition hindoue qui veut qu'on porte en premier le nom du Saint ou du Dieu qu'on vénère en priorité. Son Dieu étant Jésus, c'est ce nom qu'on inscrivit sur sa pierre tombale, celle-là même qui fut récemment découverte et qui donna naissance à cette légende supplémentaire sur la vie et l'oeuvre, pourtant déjà bien chargée, du Maître.

    Psaume XXII : le quiproquo

    6°) – Cette interprétation officielle de la célèbre phrase : "Eli, Eli, lamma sabacthani” (Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?) a donné lieu à des débats sans fin sur la faiblesse toute humaine mais quand même surprenante manifestée par Jésus pendant les derniers moments de sa mort. Il avait auparavant quand même dit :"Qui m'a vu a vu le Père" et "Je suis la Voie". Aucune imperfection n'était donc possible venant d'un Dieu parfait et le quiproquo sur cette phrase met une ombre sur la perfection de Jésus et l'importance de son message, sa confiance inconditionnelle en l'amour de Son Père comme en la supériorité de Son grand dessein. Voici donc la véritable explication de cette phrase surprenante, puisqu'en effet Jésus a bel et bien prononcé cette phrase :

    “Peu avant sa mort physique Jésus commença à perdre sa conscience. Il se réfugia donc dans la technique auto hypnotique de récitation de textes sacrés pour tâcher d'oublier quelque peu les multiples douleurs que son système nerveux torturé lui envoyait. Parmi le Livre des Psaumes qu'il choisit de se réciter d'une voix mourante arriva le psaume XXII qui commence textuellement par : "Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?"...

    Il arriva simplement que cette phrase fut marmonnée un peu plus intelligiblement que d'autres et que c'est cette phrase qui fut rapportée par les témoins auditifs de son exécution mais hors de son contexte malheureusement, d'où ces théories fumeuses sur la faiblesse morale et spirituelle du Dieu vivant (il n'y avait plus au pied de la croix Marie, sa mère, car Jésus lui avait demandé de partir avant sa mort; par contre, il y avait Jude, un de ses frères; Ruth, une de ses soeurs; enfin, quelques-uns de ses disciples comme Jean Zébédée, Marie-Madeleine et Rebecca). En fait, voici exactement quels furent ses derniers mots, traduits en français : "C'est la fin! Père, je remets mon esprit entre tes mains". Sa mort fut si digne que le centurion romain qui le vit mourir se frappa la poitrine et dit en latin une phrase qui donne en français : "C'était en vérité un être humain intègre"; et de ce jour cet officier romain eut la foi en la nature divine de Jésus et devint un actif chrétien. Cette façon de mourir est quand même beaucoup plus révélatrice de la force infinie du caractère de Jésus que cette légende particulièrement erronée concernant ses doutes métaphysiques face à sa propre mort.”

    Tout est miracle

    7°) – Pour ce qui concerne l'aspect miraculeux de certains actes de Jésus, il vous faut savoir que c'est toujours à son corps défendant que Jésus usa quelque fois de ses immenses pouvoirs thérapeutiques. Bien qu'être humain sous tous les rapports, Jésus avait regagné toute la personnalité divine propre au dieu Michael le jour où il démarra sa carrière publique après son baptême effectué par son cousin Jean dans le Jourdain. Seulement, la règle édictée par le créateur du Paradis déconseille pour ne pas dire interdit aux Fils Paradisiaques en mission de démonstration humaine d'utiliser leurs pouvoirs divins (leur permettant de guérir quiconque par leur faculté de facilement transcender espace et temps) pour convaincre leurs ouailles de suivre leurs enseignements. Jésus accepta donc de se tirer des situations humaines auxquelles il était confronté par ses seules armes physiques et mentales humaines.

    Mais, étant par nature extrêmement compatissant, il arriva que son coeur soit bouleversé par tel ou tel spectacle de la souffrance et de l'injustice immanente de la nature, avec ses 10 % de victimes du fait de ses erreurs. Il se sentit donc obligé d'intervenir ici ou là pour certains de ses enfants. Les guérisons d'aveugles et de paralytiques, la résurrection de Lazare et de quelques enfants, la multiplication des pains, la pêche miraculeuse, la promenade sur le lac Tibériade, ne sont pas des légendes du genre “étoile de Noël”. Ces évènements ont réellement existé, mais Jésus a quand même pris soin de ne pas trop en faire car c'était par son exemple purement humain qu'il s'était donné la mission de convaincre les êtres humains du bien-fondé de ses enseignements et de ses paraboles.

    D'un autre côté, sa mort ignominieuse l'eut rendu anonyme en tant que Messie s'il n'avait laissé quelques traces inoubliables et suffisamment marquantes pour qu'elles figurent dans les rapports des scribes romains.

    Ce fait déterminant contribua à écourter le martyr des fidèles chrétiens, puisqu'un Empereur prit enfin la décision qui fait actuellement de Rome la capitale mondiale de la chrétienté. Il lui fallut un grand courage, mais qu'attendre d'autre d'un Fils Paradisiaque obéissant à son Père ? Le courage est un facteur déterminant dans l'Univers en ce qui concerne l'évolution, quelle que soit la catégorie d'êtres qui y sont confrontés. C'est autant Jésus, le Fils de l'Homme que Michael, le Père de l'Homme qui mourut sur la croix, montrant le double exemple de la façon dont doit mourir un être humain, c'est-à-dire sans haine pour ses bourreaux et la façon dont doit mourir un Dieu Créateur, soit en respectant scrupuleusement le libre arbitre de la créature qu'Il a conçue, conformément à la Loi instituée par Dieu le Père Universel et Source-centre première de la VIE.

    C'est bien en suivant le message du premier exemple que moururent par la suite les (trop) nombreux martyrs Chrétiens, morts si impressionnantes pour les troupeaux de sadiques qui venaient assister au sanguinaire spectacle créé autour de cet évènement, qu'ils finirent par convaincre la masse de leurs opposants de la supériorité surhumaine de leur Dieu, et donc de sa réalité indiscutable. C'est ainsi que les ennemis les plus acharnés des Juifs et des chrétiens devinrent les gardiens du berceau chrétien et leur ville la capitale du Christ-Roi.

    Autre miracle, post mortem, de surcroît ! Les attaques incessantes des lucifériens essayèrent bien de l'annihiler, mais jusqu'à maintenant l'Esprit de Vérité répandu par Jésus-Christ Michael lors de la Pentecôte rebondit sans faille comme un élastique face à ces attaques et l'esprit du Christianisme, intéressé en priorité par les humbles, les malades et les miséreux (comme Mère Térésa, la petite Albanaise le montra pendant plus d'un demi-siècle), s'étend de nouveau petit à petit vers eux, après avoir essuyé pendant des siècles la tentation de l'apparat et de la puissance matérielle. Jésus fit donc face à ses bourreaux avec tout l'amour dont il était capable, en tant qu'être humain et en tant que Dieu maltraité par ses propres enfants, subit humblement les railleries et les tortures des badauds et des soldats romains, traîna sa croix, ne perdit pas de sauver en passant une nouvelle âme, celle du voleur repentant, alors qu'il souffrait déjà atrocement à cause d'au moins quarante blessures. Il n'oublia pas non plus de pardonner officiellement à ceux qui le torturaient et expira en invoquant le nom de Dieu, alors qu'à tout moment il était libre d'appeler les anges à la rescousse pour hâter son agonie physique atrocement douloureuse. Plusieurs légions étaient en effet en train de regarder, tétanisées, la tournure terrible que prenaient les évènements relatifs à la mission de leur dieu sur cette planète décimale; c'était bien la première fois dans cet univers que Jésus-Christ Michael était traité de la sorte par ses propres enfants !

    Pourtant, il fit face à ces ingrats et immortalisa quand même sa vie et son oeuvre en seulement trois ans de sacerdoce actif. Qui dit mieux ? Il ne s'impliqua jamais avec les nationalistes juifs appelés zélotes, bien qu'au début de son ministère il souleva des espoirs dans leurs rangs. Mais il était venu pour instruire le monde et non régner sur les seuls Juifs, ce que ces derniers ne lui pardonnent toujours pas. Ils attendaient un Messie qui viendrait spécifiquement pour eux, le peuple élu, mais leur Messie nationaliste ne vient toujours pas...

    Par contre Jésus continue à faire des adeptes tous les jours et dans tous les pays, auprès de toutes sortes de gens, y compris des Juifs, mais plus en Amérique qu'en Israël. En vérité, en vérité, je vous l'affirme : seul un dieu pouvait convaincre en relativement peu d'années un empereur romain de choisir les enseignements d'un Juif tué comme un criminel dans une lointaine province de son empire. Les Juifs étant considérés par les Romains comme une sous-race (voyez ce qu'ils n'avaient pas hésité à faire de la ville sacrée et du Temple de Jérusalem, un demi-siècle après la disparition brutale de Jésus) cette conversion en masse des Gentils grecs et romains pour une religion d'origine juive est totalement irrationnelle. Cependant, comme Jeanne d'Arc, c'est bien ce qui est arrivé, que personne n'en doute. Pourtant, peu après la mort honteuse de Jésus et la débandade générale des apôtres, le sort du christianisme aurait pu et même dû être scellé. Ce ne sont que les multiples et réelles apparitions de Jésus dans son corps de gloire astrale, après sa mort physique, donc, qui fit revenir les apôtres vers de meilleurs sentiments envers le Maître et leur communiqua même cette foi absolue leur permettant de faire en quelques années un travail véritablement extraordinaire. Voyez, par exemple, ce qui arriva à Saül de Tarse dans son périple vers Damas : de persécuteur de chrétien, il devint l'un de ses plus ardents défenseurs, marchant pendant des milliers de kilomètres et prêchant dans des centaines de villages en se faisant régulièrement lapider par les conservateurs juifs scandalisés par le nouvel évangile. Malheureusement, une homosexualité latente lui fit dire quelques bêtises qui prirent, avec le temps, une importance démesurée quant à la considération des femmes dans la christianité.

    Même sort pour Pierre, André, Jacques et des centaines, des milliers de martyrs anonymes qui préférèrent mourir dans d'atroces conditions plutôt que d'abjurer leur toute nouvelle foi. Ce n'est que grâce à l'abnégation, encore une fois complètement irrationnelle de tous ces héros admirables, que le christianisme réussit à vaincre toutes les conspirations lucifériennes qui, dés le début de la mission de Jésus, s'abattirent sur le pauvre dos des vrais croyants. Maintenant plus que jamais, Jésus est au centre du monde artistique, politique, religieux. Sa fausse date de naissance est célébrée même par les athées et provoque chaque année des trésors d'amour et de charité. Toutes les autres religions concurrentes le respectent en tant qu'individu, même si la religion qui porte improprement son nom est encore ici ou là violemment combattue. Seuls les satanistes détestent Jésus et son image; mais est-ce vraiment étonnant ?

    On redoutait un passage à l'an 2000 apocalyptique, avec un monstrueux bug informatique, des explosions nucléaires, un effondrement mondial des Banques, une guerre nucléaire et que sais-je encore, à cause de la déformation sémantique du mot "apocalypse", dont le sens grec utilisé par jean voulait dire "révélation" et non fin du Monde matériel. De plus, cet An 2000 ne correspond à rien, car l'An 2000 après Jésus-Christ est passé sept ans avant, puisqu'il est né sept ans avant la date officielle célébrée de vos jours et n'a donné lieu à aucun évènement notable, à part un nième tremblement de terre à Los Angeles et les conflits interethniques mineurs habituels, puisque personne ne semble avoir encore compris que vous étiez tous frères et soeurs avant toute chose. Ce qui est remarquable, c'est que ce calendrier grégorien, bien que faux, a néanmoins réussi à s'imposer au Monde entier, Chinois communistes compris, comme l'a montré la célébration archi-médiatisée et spectaculaire qui eut lieu tout autour de la planète, au fur et À mesure que le fuseau horaire dépassait minuit.

    En fait, cette grande peur du passage au XXIe siècle grégorien a surtout profité à des escrocs de touts acabits qui ne manquèrent pas de saisir toutes les occasions possibles pour exploiter la peur et la lâcheté de légions de gens vulnérables, tout autour du monde, mais surtout les plus riches gogos : les Américains ! Dieu merci, aucune centrale nucléaire ne faillit, aucun soulèvement populaire ne se fit dans les métropoles, point de Crash boursier et la fin du monde annoncée par les illuminés et les scientifiques paranos n'eut pas lieu. Une tempête s'abattit, certes, sur l'Europe de l'Ouest, mais rien qui ne puisse être facilement surmonté par ces pays modernes. L'épidémie galopante de sida sur le continent Africain est autrement plus grave et a commencé à se préciser il y a déjà 15 ans.

    Qu'il y ait néanmoins encore des gens occidentaux qui ne croient pas que Jésus ait jamais existé montre bien à quelles difficultés ces braves enfants de Dieu se sont heurtés de tous temps pour faire triompher la Vérité sur la vie et l'oeuvre du seul Dieu vivant ayant jamais foulé le sol de votre planète bleue. Cette dernière, du fait de ce privilège encore incompréhensible pour beaucoup d'entre vous, est devenu un astre important et précieux; c'est la planète où le dieu de votre univers local s'est incarné dans une chair mortelle afin de vous révéler ce qu'était vraiment la valeur de la vie à travers son propre exemple.

    Paroles d'évangile ?

    8°) – Au sujet des différentes versions de la vie et de la mort de Jésus, connues comme étant l'évangile selon Marc, Matthieu et Luc, et en rajoutant celle de Jean et de Thomas, il est clair que ces récits synoptiques, qu'ils soient élargis de trois à cinq ou non, ne disent pas tous la même chose entre eux et sont même parfois contradictoires quant à ce que le Maître a ou n'a pas dit, vis-à-vis d'évènements charnière de son oeuvre. L'anecdote de la destruction du Temple et de sa reconstruction en trois jours en est l'un des nombreux exemples, en terme d'imprécision, ainsi que la véritable durée de son action évangélique : elle passe de huit mois à trois ans selon les versions; autre imprécision majeure, donc.

    Or, la vérité a besoin d'exactitude pour se révéler pleinement, sinon elle reste relative et ne peut alors être prise à la lettre, sous peine de provoquer des troubles, qui, d'ailleurs ne manquèrent pas de se matérialiser par la suite, comme chacun le sait. La principale reproche qu'on peut légitimement faire aux évangiles comme à l'ancien Testament, c'est qu'ils laissent bien trop de place à de multiples interprétations, source systématique de conflits entre écoles doctrinales, et on en arrive à oublier jusqu'à la base des enseignements du Messie pour faire triompher son propre hypothétique point de vue. C'est ridicule, dramatique et inacceptablement scandaleux, vu de notre point de vue d'anges-qui-connaissons-l'exacte-vérité. Le récit johannique a, par exemple, été rédigé par plusieurs personnes, dont le disciple particulièrement aimé et apprécié de Jésus.

    Or, c'est le seul être humain que Jésus fit revenir de la mort avec ses pouvoirs divins, qu'il s'était pourtant interdit d'user pendant son incarnation humaine, sauf raison majeure; et il ne s'appelait pas Jean. Par contre, Jean le presbytre, Jean, frère de Jacques le Majeur, Jean, fils de Zébédée et même des scribes grecs nés après l'exécution de Jésus participèrent à son élaboration, avec tout ce que cela comporte d'improvisation. Retenons simplement de ces récits le principal : les paroles de son “notre Père”, ses paroles de réconfort pour les pauvres, les malades et les opprimés, ses actes hautement symboliques et parfois miraculeux, comme son choix de douze apôtres, en référence aux douze tribus d'Israël, le renversement des étales des changeurs et des marchands, sa critique des cultes sacrificiels, son arrivée à Jérusalem sur un âne, ses allégories pour expliquer le royaume des cieux et ses commentaires sur les multiples “maisons” créées par son Père. Néanmoins, autre miracle, c'est cependant grâce à ces récits et au courage plein d'abnégation des auteurs et de leurs partisans pour les transmettre aux générations suivantes, que l'on sait que Jésus-le-roi-des-Juifs était bien plus que le Messie annoncé par les prophètes juifs, à savoir un Messie seulement pour Juifs, tel que l'attendaient Judas et ses amis zélotes.

    Grâce à ses apôtres, on sut vite qu'il était en fait un véritable Messie cosmo-planétaire, mettant les Romains, les Samaritains, les Grecs, les Indiens et les Juifs sur le même piédestal, jugeant les hommes et les femmes à l'aune de l'égalité parfaite, dénonçant l'existence et l'oeuvre d'un de ses fils rebelles Satan, s'attaquant enfin, comme il est évoqué dans Zacharie 14, aux déviations matérialistes du Temple, suprême blasphème pour ces prêtres, qui préférèrent éliminer ce dangereux agitateur plutôt que de renoncer au manque à gagner que Jésus exigeait. C'était le Messie qu'ils attendaient depuis longtemps déjà, mais ils refusèrent de s'agenouiller devant lui en tant que Fils créateur de Dieu, parce que ce qu'il disait ne leur plaisait tout simplement pas ! Jésus ne désirait pourtant qu'entamer la purification du Temple (ce que le Messie annoncé dans les Écritures était d'ailleurs supposé faire). Enfin, son respect absolu du libre arbitre de ses ennemis. Tout ceci n'est-il pas indubitablement la marque d'un dieu ? Et d'un dieu fait à votre image ?

    Un suaire pas ordinaire

    9°) – Puisqu'il y a, même encore maintenant, une polémique entre les autorités scientifiques et religieuses en ce qui concerne l'authenticité du Saint suaire, dit “de Turin”, je vais vous révéler ce qui est vraiment arrivé à cette pièce de tissus, afin que les doutes relancés par le récent résultat des analyses au carbone 14 cessent d'empêcher de sincères croyants à profiter pleinement de la seule preuve matérielle du passage de votre dieu-fait-être humain sur la planète qu'il fit gracieusement mettre à votre disposition. Bien que Jésus aurait été très à l'aise pour communiquer pendant votre époque surmédiatisée qu'il y a deux mille ans, s'il avait décidé d'effectuer son incarnation à l'aube de l'an 2000, l'époque qu'il choisit pour intervenir dans les affaires des êtres humains manquait singulièrement de médias, d'intellectuels, de scientifiques et d'érudits et il dut trouver des images simples et des paraboles facilement mémorisables pour expliquer le quasi-inexplicable : la vraie nature du Dieu du Paradis, son Père, notre Père à tous et toutes.

    N'étant pas spécialement partisan de l'adoration d'objets ou de miracles, mais sachant qu'il y avait de fortes chances pour que son existence et son message tombent dans l'oubli si rien de matériel n'était laissé pour attester de sa venue parmi ses brebis (qui ressemblaient trop souvent à des loups assoiffés de sang, à son grand regret) et que, d'autre part, l'Humanité ne pourrait pas ad vitam eternam se contenter de quelques souvenirs plus ou moins fidèlement consignés dans des évangiles, certes impérissables, par quelques dizaines de fidèles dévots, (périssables, eux et de surcroît peu appréciés des autorités tant juives que grecs et romaines, ce qui leur occasionna en général des morts prématurées et plutôt désagréables), Jésus demanda à ses anges gardiens, une fois qu'il eût récupéré son corps de lumière pour cause de désincarnation par brusque arrêt de ses fonctions vitales, de faire en sorte que son corps, tout en disparaissant rapidement (afin que ses os ne fassent pas l'objet d'un honteux commerce), serve d'image pieuse pour toutes ses futures brebis, et ce pour des siècles et des siècles. Requête peu évidente dans sa réalisation, vue sous une perspective humaine...

    Cependant, comme il n'y a pas de problème sans solution dans la réalité angélique, elle fut rapidement trouvée : lorsque le corps du Christ fut descendu de la croix, les femmes qui l'accompagnaient jusqu'au bout dans son épreuve avec Jean, recouvrirent son corps dénudé d'un drap blanc que Marie avait amené à cette intention et le portèrent jusqu'à sa dernière demeure. Là, ils retirèrent le linceul maculé du corps ensanglanté, lavèrent, huilèrent et finalement enveloppèrent la dépouille avec des bandelettes, selon le rituel funéraire local habituel, se recueillirent un moment et quittèrent les lieux, titubants et en larmes, le coeur serré dans un étaux mental terrible, non sans avoir au préalable recouvert de nouveau le corps du fameux linceul, ne pouvant que difficilement soutenir la vision de ce corps sans vie. Une fois la troupe épleurée partie, les soldats romains en faction refermèrent derrière eux la grosse pierre tenant lieu de porte, isolant définitivement du monde des vivants l'enveloppe charnelle de Jésus.

    Là, l'histoire officielle s'arrête, pour ne reprendre que trois jours après, lors de la découverte stupéfiante du tombeau vide et les premières apparitions de Jésus à ses intimes avec son corps astral. Personne ne sut donc ni ne comprit, bien sûr, qu'à l'intérieur trois couples d'anges, chargés de faire disparaître ce corps désormais hors d'usage, s'étaient mis au travail, sitôt le tombeau plongé dans le noir. Ils commencèrent à créer un champ magnétique d'une amplitude telle qu'ils purent bientôt distordre la trame normale du temps dans le sens de l'accélération, ce qui engendra évidemment une grosse chaleur, qui fit se dissoudre dans ce temps accéléré la chair et les os du Roi des rois. Conformément aux voeux de ce dernier, cette méthode favorisa l'impression de l'empreinte de son corps sur le drap, d'une manière intemporellement indélébile, sauf par la destruction du drap lui-même par les flammes ou le travail du temps normal.

    L'opération provoqua une accélération temporelle équivalant à 1200 ans, mais ne dura en tout que quinze heures. Les anges sont capables de ce genre de choses, Messieurs et Mesdames les scientifiques, mais je comprends que vous n'intégriez pas ce genre de paramètres dans vos études, surtout quand vous êtes sceptiques sur notre existence ! Aussi vos affirmations erronées vous seront pardonnées, tant qu'elles restent sincères.

    Ces mêmes anges, affectés maintenant à la garde du Saint suaire continuent, 1970 ans après, de veiller fidèlement à cette unique relique et preuve “formelle” du passage de Jésus parmi vous et ont déjà dû intervenir plusieurs fois contre les attaques des démons, attendues car prévisibles, perpétrées contre cet objet saint qui dérange tellement leurs plans antichrétiens de négation de l'existence de Jésus, surtout maintenant que le récent développement négatif de la photo du suaire montre encore mieux qu'avant le corps torturé du Christ et le miracle de son impression sur le lin. Néanmoins, des scientifiques athées aux convictions douteuses s'efforcent toujours de démontrer que ce drap n'est qu'un faux.

    Mais comment pourraient-ils penser autrement, puisqu'ils n'ont que ces risibles calculs au carbone 14, faussés d'une part par la disparition des 1200 ans engendrés par le travail des anges et d'autre part par les différentes molécules de carbones déposées lors des lointaines et multiples tentatives des lucifériens pour détruire ce vestige unique par le feu, notamment pendant son séjour à Constantinople. Ils se trompent dans leur évaluation de l'âge du suaire parce que les deux phénomènes mènent à peu d'années près l'analyse au carbone 14 à la même période (XIIIe siècle). Même sans parler de l'action des anges, la fumée des incendies dont le lin fut recouvert plusieurs fois, en 1532 notamment, puis en France et ailleurs, ne peut que perturber l'analyse dudit carbone, même un scientifique athée peut le comprendre ! D'ailleurs il fut aussi trouvé des fragments de pollen d'une fleur qui ne pousse exclusivement que sur les collines de Jérusalem, non loin du Golgotha, ce qui devrait mettre tous les plaideurs d'accord. Que dire de l'émotion que ressentirent moult non-croyants devant cet objet chargé par l'emprunte de votre dieu local lors des divers ostensions ? Quand la Pâques arriva et que le tombeau fut réouvert par Marie-Madelaine, elle ne put que constater que le tombeau était vide à part le suaire imprimé, les bandelettes rituelles enroulées autour du corps du divin supplicié ayant également été dissoutes dans le couloir du temps angéliquement créé.

    Ne comprenant encore rien de ce qui arrivait, elle ramassa le drap et s'enfuit, les yeux de nouveau noyés de larmes, croyant fort logiquement que le corps de son Maître spirituel avait été volé, ce qui ne faisait qu'ajouter à son chagrin déjà immense. Mais Jésus-Christ Michael, qui suivait tout ces évènements dans l'astral ne put se résoudre plus longtemps à la laisser dans l'incertitude, (cette fidèle disciple ne méritait vraiment pas de souffrir autant et aussi longtemps) et sa première apparition dans son corps astral fut par conséquent pour elle, ainsi que le récit de l'explication de sa résurrection, afin que ce soit elle qui répète cette histoire de résurrection aux disciples, ce qui lui permit en outre d'acquérir une notoriété plus noble que celle d'ancienne prostituée. L'évènement majeur de l'annonce de la résurrection de Jésus figure maintenant dans l'histoire officielle de sa vie, et ce n'est que justice.

    Depuis ce jour, le suaire a beaucoup voyagé, a affronté de nombreux risques, le dernier connu étant en 1998, mais il est toujours là, quasiment intact et vibrant à jamais de l'empreinte du Christ. Gloria in excelsis Deo !

    Petit poème en guise d'au revoir

    Jésus-Christ Michael, qui suit de près la transmission de ce livre révélateur, m'a chargé de vous transmettre également un message personnel. Jésus a une spéciale affection pour le nombre 12 d'une part, comme vous avez peut-être pu le constater. Comme il avait également d'autre part de très bons souvenirs de vie humaine en la magnifique ville d'Alexandrie, il m'a, en bonne logique, télédiffusé à votre adresse un texte en alexandrins et directement transmis en français, que voici :

    Bonjour je me présente, bande de fainéants
    Je m'appelle Jésus et vous êtes mes enfants.
    M'avez-vous vu au temple en chasser les marchands,
    Sauver les putains, puis aimer les mécréants ?
    Ils ont voulu me tuer, m'entourer de néant
    Mais j'en suis revenu encore plus fort qu'avant
    Ceux qui m'ont succédé trahirent bêtement
    Et cette conspiration dure depuis 2000 ans
    J'inspire donc mes fidèles pour parler bravement
    Tant pis s'ils tempêtent, c'est pour semer le vent
    Ce vent de liberté va souffler fortement
    Et vous libèrera un jour de vos tourments

    Pour que triomphe enfin l'Esprit de Vérité
    Tant de coups furent reçus, mais quelle absurdité !
    Il faut que la souffrance inspire les opprimés
    Face à tous les fascismes, il ne faut pas céder
    Les goulags et les camps doivent être éradiqués
    Gandhi et Luther King le chemin ont montré
    La résistance passive, il faut t'y conformer
    Ouvrez donc vos oreilles ! allez-vous m'écouter ?
    Vaincre la haine par l'amour, telle est ma volonté
    Ce n'est pas évident, mais la facilité
    N'est pas pour votre monde, soyez-en persuadés
    Car contre le Malin, il vous faut bien lutter.

    Pour les enfants-lumière, la note est plutôt lourde
    La rue engendre toujours des lamentations sourdes
    Le trottoir est si sombre quand vient l'enfer du soir
    Manille ou Mexico, que ta nuit semble noire
    Comme la couleur du peuple enchaîné si longtemps
    Cette conspiration, quel spectacle navrant!
    Car l'ignorance est telle que le Malin l'emporte
    Le démon fortifié se presse à vos portes
    Pourtant la solution a été démontrée
    Juste à portée de main, mais il faut dépasser
    Tes systèmes de croyance afin de l'attraper
    Evoluer et changer pour trouver l'unité

    L'Eglise catholique ne fait pas son devoir
    Grenouilles de bénitier dormant comme des loirs
    Face à la grande misère, veulent-ils vraiment la voir?
    Au lieu de s'insurger, ils préfèrent me boire!
    Mais pour les comptes en banque, ils sont prêts pour la course
    C'est sûr, bientôt l'hostie sera cotée en bourse
    O combien de martyrs se retournent dans leur tombe ?
    La chrétienté devait désamorcer les bombes...
    Or, que vois-je à Rio ou à Sarajevo
    Sinon des assassins, tueurs d'enfants dans le dos !
    Pensent-ils qu'il va suffire de l'avouer à confesse ?
    Le feu de mon courroux va leur brûler les fesses !

    Vous vivez, c'est certain, une ère de panique
    Réalise-le enfin, ne reste pas statique
    Dis aux nouveaux pharisiens qui ne pensent qu'au "fric"
    Que ce n'est pas facile d'abandonner ses tics
    Dis-leur que dans le coeur il y a une lumière
    Elle peut s'intensifier à force de prières
    Ce n'est pas extérieur, ne regarde pas en l'air
    Il arrive qu'elle puisse être rapide comme l'éclair
    Sache que point n'est besoin sur les toits de crier
    Un peu d'humilité, c'est même une qualité
    Plus tu es effacé, plus tu es protégé
    Par les frères et les soeurs de cette communauté

    Je vous aide à trouver le bonheur dans l'instant
    Ou le passé fera le futur au présent
    Faites votre unité, soyez rayonnement
    Repoussez apostats, assassins et brigands
    Ne laissez pas passer leurs idées de néant
    Afin que tous mes êtres puissent demeurer vivants
    Dieu vous protègera des ténèbres absolues
    Lui qui voit et sait tout peut mettre votre coeur à nu
    Dans le fruit de l'Esprit, mords donc à pleines dents
    En terme de magie, je vous veux voir tous blancs...
    C'est la conspiration contre les enfants de Dieu
    Faites-y opposition, je l'appelle de mes voeux

    Tu es là pour clamer que tout tourne le dos
    Tu dois le dire bien fort, en oubliant l'ego
    Tu peux participer à construire l'utopie
    Qu'est la vraie liberté face au fascisme haï
    Quelqu'un qui veut lutter contre l'acier froid des chaînes
    Alors à l'unisson chantez à perdre haleine :
    "Travaille pour le meilleur, plus jamais pour le pire
    Si tu aimes le beau, je veux t'entendre rire !
    Je suis le créateur de ton système solaire
    Mais ton soleil interne, c'est à toi de le faire !"

    Conclusion

    Il est prévu et il a été annoncé que Jésus reviendra sur votre monde pour juger les vivants et les morts. Une chose est sûre : il ne reviendra pas une deuxième fois comme un agneau fait être humain. Il reviendra quand un nombre significatif de ses enfants par l'esprit (c'est-à-dire ceux qui s'efforcent, non pas de ne pas rater la messe le dimanche, mais surtout d'appliquer dans leur vie quotidienne ses enseignements) aspireront assez fort à le voir revenir exécuter sa promesse. À l'heure actuelle, il ne survivrait pas longtemps à une nouvelle mission de révélation. L'asile psychiatrique, au mieux, ou une exécution mafieuse, au pire, serait son lot quasiment certain. Tant que ce dramatique état de fait perdurera, sa visite en personne n'a aucun lieu d'être. Cependant, son esprit étant répandu en toutes choses dans son univers local, selon la même technique d'effusion que son Père paradisiaque utilise pour l'ensemble de Son univers, il est toujours possible de le contacter télépathiquement à travers le canal du verbe 888 et le sentir manifester son amour pour chacun de vous dans votre quatrième chakra, celui qui gère les pensées de compassion.



    JOURNALISME

    Ils ne sont pas les premiers à vouloir dénoncer
    Mais ils ne veulent pas non plus être les derniers
    À dénoncer un monde à côté de la plaque,
    Car le sang n'est pas fait pour se répandre en flaques
    Les êtres humains ne sont pas nés pour finir en morceaux
    Ni d'ailleurs se réduire à un simple numéro


    Cette profession rassemble les meilleurs et les pires des écrivains et intellectuels; les meilleurs, lorsqu'ils mettent leur talent au service des grandes valeurs humanistes telles que la vérité, la justice, le témoignage d'atrocités afin d'alerter l'opinion mondiale, le relais pour exposer des bonnes idées et des bonnes propositions pour continuer l'évolution humaine; cette presse-là est un contrepoids formidable contre les agissements sournois des politiciens véreux et des truands de toutes natures, comme l'affaire Zola-Dreyfus le démontra définitivement et, pour en revenir à l'époque présente, la dernière chose à faire serait d'abandonner de les soutenir en n'achetant plus leur travail.

    Les pires, lorsqu'ils emploient leur cerveau à diffuser des thèmes lucifériens, fascistes, intégristes, pseudo-communistes et autres ordures mentales. Je ne parle même pas des paparazzi et autres fouilleurs de poubelles qui ne peuvent être mis sur le même pied d'égalité avec les grands correspondants de guerre antimilitaristes, par exemple.

    Etant donné son efficacité gênante pour certains gros poissons appartenant à telle ou telle phalange mafieuse, cette profession doit essuyer les attaques incessantes de l'oligarchie secrète qui se traduit toujours par leur arme favorite pour arriver à leurs fins : l'argent, encore et toujours !

    Ainsi, la presse audiovisuelle et écrite est de plus en plus muselée par les annonceurs publicitaires, l'augmentation du prix du papier et des taxes, que les mafieux politicards gênés aux entournures inventent pour les mettre en difficulté économique, ce qui de plus en plus souvent poussent ces professionnels de la vérité au dépôt de bilan. Seul un large support populaire peut leur permettre de subsister; comme ils sont souvent au service de ce même peuple, tout va bien, du moment que la situation reste en l'état. Mais soyez vigilants, car les lucifériens ne renoncent jamais, leur égo définitivement hors de contrôle du coeur les en empêche.

    Dans certains pays presqu'entièrement aux mains des lucifériens, comme la Colombie ou la Russie, les journalistes sont d'autant plus assassinés qu'ils sont nobles et courageux, ce qui est, sommes toutes, dans la logique des choses.

    Mais, chers lucifériens, ne vous donnez pas la peine de bâillonner la presse, car quand l'un d'entre eux disparaît dans un bain d'acide, renversé par un camion ou coulé dans du béton, un autre ramassera l'étendard-symbole de liberté, car l'amour de la Vérité est notre domaine et nous disposons d'un réservoir toujours renouvelé de gens réactifs à l'Esprit de Vérité répandu par Jésus-Christ Michael, lors de son magistral passage sur l'ingrate planète qu'il vous a confié avec tout son amour et sa confiance en votre nature profonde, qui est globalement bonne et obéissante aux directives de la voix intérieure. Sans la traîtrise galactique que vous connaissez maintenant, cette bonne nature se serait manifestée de façon encore plus apparente...

    En Amérique, le journalisme a eu son heure de gloire, le pic étant lorsqu'ils arrivèrent à déboulonner le Richard Nixon et son équipe nauséabonde de leur piédestal doré. Depuis, cette liberté d'expression a été souvent attaquée dans le monde des éditions pornographiques et ces attaques ont donné lieu à de très médiatiques débats où un certain Larry Flynt, l'un des principaux propriétaires de ces revues, se fit une renommée de défenseur de cette liberté et alla à ce titre en prison, un comble ! Mais les voies du Seigneur étant impénétrables, il reçut à ce titre un ange gardien, ce qui provoqua en lui une crise mystique, dont la soeur du Président Carter put tirer un temps profit. Son ange lui sauva la vie lorsqu'un luciférien raciste et sexiste décida de faire un carton sur lui avec sa 22 long rifle. Malheureusement, la balle le fit quand même condamner à la chaise roulante. Mais cela ne l'empêcha pas, mieux, cela l'aida à vaincre ses procès contre les faux dévots et obtenir pour lui et ses congénères cette fameuse liberté d'expression. Depuis, bien sûr, cette profession fut d'autant plus attaquée qu'elle avait montré sa toute-puissance et les médias furent plus que jamais achetés par la grande finance à coups de budgets publicitaires.

    "Tout le monde a un prix", telle est leur devise et leur credo. Ils ont, hélas, souvent raison. Et là encore, Larry s'illustra récemment en prenant la défense du Président Clinton, lorsqu'il fut si vigoureusement attaqué par le très conservateur procureur Starr pour ses activités sexuelles dans la chambre ovale, en utilisant les propres armes de ses ennemis liberticides : le dollar. Ainsi, il offra d'incroyables récompenses à toutes personnes ayant quelque chose de croustillant à révéler sur les vies privées des plus virulents donneurs de leçons de morale. Les têtes honorables commencèrent à tomber et Clinton put sauver sa tête et finir tranquillement son deuxième mandat. Sans Flynt, l'amateur de havanes le plus célèbre du monde était cuit. Un nombre sans doute bien plus élevé de dossiers que vous ne le supposez, sont enterrées avant même d'avoir eu le temps de circuler, grâce à ce contrôle toujours croissant de la finance et les services secrets sur la presse multimédia. C'est pourtant dans ce pays que le journalisme a réussi à établir et maintenir le devoir d'impertinence face aux politiciens. Une lutte d'influence est toujours en cours à l'heure actuelle, mais sous la pression du gang Bush et de son scélérat « Patriot Act », la liberté d'expression a pris là-bas un vieux coup derrière la cravate, comme vous dites.

    La presse essayant toujours de déboulonner les présidents ou leurs proches de toutes les façons possibles, y compris par l'achat fort cher de témoignages, croustillants mais peu significatifs politiquement, à la limite de la déontologie, donc. Ceux-ci doivent être de plus en plus prudents et sournois pour perpétrer leurs magouilles, souvent financières, et nous attendons tous le moment où ce sera tellement compliqué et dangereux d'être malhonnête, qu'ils n'essaieront même plus.

    En attendant, Clinton, le gouverneur-trafiquant d'influence de l'Arkansas, voire plus, selon certains témoignages figurant sur une cassette vidéo qui circula, sans effets notoires sur sa réélection, dans le pays, fut sur la sellette, mais pour une simple affaire de chantage sexuel avec une stagiaire arriviste, alors que Bush, Rumsfield, Cheney et toute la clique se sont rendus coupables de méfaits et de mensonges infiniment plus graves et même fatals pour des centaines de milliers de pauvres gens. Étranges américains...

    Ce même président, alors gouverneur du Texas, s'illustra également en refusant la grâce d'une pauvre victime de la drogue condamnée à mort, mais si repentie que même le pasteur de la prison avait décidé de l'épouser !

    Le Pape, ainsi que des centaines de milliers de braves gens, supplièrent cet arrogant imbécile de lui accorder la vie, mais il refusa dédaigneusement, ce qui ne lui portera pas chance pour son avenir, tout Bush qu'il est. Son ex-directeur de la CIA de père pendant la dictature Pinochet et Videla ne devrait pas non plus être déçu du karma qu'il va bientôt rencontrer lorsqu'il aura quitté son vieux corps...

    Tous les morts irakiens passés et présents sont comptabilisés autant sur son karma personnel que sur celui, déjà très, très lourd, de Saddam, le satan mésopotamien, et ce nombre dépasse largement les deux millions d'âmes. Juste un peu moins bien qu'Eichmann ou Polpot. Pourquoi Bush père est-il si responsable ?

    - Parce qu'il a utilisé Hussein à un moment où sa cote de popularité était en baisse, les élections se profilant à l'horizon. Il demanda donc à son ambassadrice en Irak de faire comprendre à demi-mot à Saddam, que s'il décidait de récupérer le Koweït comme province irakienne, les Etats-Unis, alliés et gros fournisseurs d'armes, n'y verraient aucun inconvénient. Il pensait qu'une guerre avec l'Irak le remettrait en selle pour un deuxième mandat, puisque Saddam, par son attitude de plus en plus belliqueuse avec ses voisins, notamment Israël, attirait l'attention du monde avec sa rodomontade mystico-militaire. De ce fait, le Koweït fut envahi, reconquis, les superstructures civiles irakiennes détruites, plusieurs centaines de milliers de pauvres bougres enrôlés de force et de population civile tués, la révolte des Kurdes et des populations de Bassorah, réprimées dans le sang sans que l'Armée de l'ONU ne les protège, et depuis l'embargo, (qui donne un bon prétexte à Saddam pour continuer à jouer au chat et à la souris avec l'ONU, tout en se faisant une fortune au marché noir), un million et demi d'êtres humains, de femmes et d'enfants sont morts prématurément. Les milliards de dollars dépensés si machiavéliquement à ce semblant de guerre mondiale appelé « desert Storm », manquèrent pourtant bel et bien lorsqu'il fut question d'aider les laissés pour compte de l'Amérique à redresser un peu leur situation matérielle et repartir d'un meilleur pied.

    Pour tout cela et encore bien d'autres méfaits, ils comprendront mieux que d'autre ce que signifie “Burning bush”. Pas un journaliste n'osa accuser Bush père d'une telle infamie, mais moi, je n'hésite pas à le faire, connaissant les faits indéniables de ce cas d'une part, et la mentalité de gros magouilleurs que démontre la famille Bush dans son ensemble et qui s'est encore manifestée de 2004 jusqu'a nos jours, d'autre part, avec l'opération cousue de fil blanc appelé faussement « restore freedom. » A part la terreur, la mort et la destruction, cette opération n'a rien restaurée du tout.

    Mais il ne faut pas oublier que si la presse est en théorie libre, les journalistes ne le sont pas; l'autocensure est une réalité bien concrète et ce ne sont pas vos journalistes à l'approche très moderne et déontologiquement correcte comme Karl Zéro ou John-Pol Le Perce qui me contrediront, eux qui furent plus que beaucoup d'autres journalistes français confrontés hebdomadairement au filtre CSA, du fait de leur extrême rigueur morale qui les poussa à s'intéresser à des dossiers dangereux, à dénoncer vigoureusement et avec humour, dans leur “vrai journal”, les pratiques qui leur semblait inacceptables.

    Et je ne parle pas de la presse tunisienne, dont Taoufik Ben Brik et sa famille sont les porte-drapeaux éloquents, malgré la censure de plomb qui règne actuellement sous le boisseau de l'indéracinable Ben Ali, petit tyran local, mal apparemment inévitable dans ces contrées. Je crois qu'eux aussi ont un jour découvert qu'il y a quelque chose de pourri dans le royaume des politiciens et qu'ils peuvent peut-être faire quelque chose pour en informer les citoyens-électeurs...

    Si l'argent arrive dans ce domaine à prendre la place de l'Homme comme il y a réussi dans bien d'autres domaines, vous serez perdus. Il n'existerait alors pratiquement plus de contre-pouvoir ni de remparts humains contre les attaques de la World Company. Pour l'instant, les journalistes se battent. C'est une guerre, car 750 d'entre eux ont été éliminés de la surface de la Terre en 10 ans. 750 héros morts, mais des milliers vivants et qui se battent. Ayons une pensée particulière pour ceux d'entre eux qui oeuvrent dans les pays ou se commettent le plus d'attentats contre la Presse, les journalistes birmans, algériens, colombiens, syriens, chinois, russes, etc., etc..

    Les médias, spécialement à travers internet, possèdent actuellement du pouvoir car elles peuvent mettre en contact des millions de gens entre eux, comme le téléthon, ou les resto du coeur, le prouvent. Tant que vous serez de nombreux enfants de Dieu connectés ensembles, les lucifériens seront sans possibilité de vous nuire à grande échelle. Votre seule arme, mais non la moindre, de citoyen, est de boycotter les produits des annonceurs dont vous n'appréciez pas les tentatives de censure et de contrôle. Cette arme est loin d'être négligeable, comme Greenpeace ou Ralph Nader l'ont démontré et je trouve, à la limite, que vous ne l'utilisez pas assez systématiquement. Pour le naufrage de l'Erika, Total-Fina mériterait un bon boycott d'avertissement, pour les autres...

    Contre-pouvoir contre le Pouvoir

    Il n'y a qu'à voir, dans l'affaire de la vache folle, l'affaire Dutroux ou du sang contaminé, affaires entièrement venues à la connaissance du public grâce à la presse, quelle panique la vérité peut déclencher chez les personnes n'ayant pas la conscience tranquille, ou ayant quelque chose de frelaté à vendre. Vous pouvez être sûr que la qualité de la viande bovine va maintenant être plus surveillée, ainsi que les comportements pédophiliques, pendant quelques années... Jusqu'au prochain scandale. La filière du sang transfusable également, ce sang impur dont le « docteur » Garetta abreuva les sillons de vos pauvres hémophiles...

    Il faut, face à tout pouvoir un contre-pouvoir à opposer, de manière à respecter les grands équilibres. L'une de leur plus grande sinon première victoire se produisit en 1898 avec le "J'accuse" de Zola dans L'Aurore, maintenant disparu. Il arrive que des journalistes, lassés d'avoir un rôle de contre-pouvoir, profitent de leur notoriété pour passer de l'autre côté de la barrière, en devenant député ou maire, par exemple.

    En règle générale (ce qui veut dire qu'il existe toutefois des exceptions à cette règle), ils sont plus intègres et plus prudents que les politiciens n'ayant aucune expérience du contre-pouvoir. Ce serait donc une bonne habitude à prendre que de stimuler les vrais journalistes proches de la retraite professionnelle à se recycler dans une carrière politique. Le monde traditionnel des politiciens, comme celui des militaires est de moins en moins compétent pour administrer correctement les citoyens. Il faut donc que les vrais artistes, les vrais médecins, les travailleurs sociaux, les vraies femmes (qui n'imitent pas les êtres humains), les vrais intellectuels intègres, et toutes les autres corporations qui aiment le genre humain, qui forment donc l'élite de fait de la société civile, songent à accéder à la fonction publique. L'ENA a montré ses limites, mais la corruption pas encore.

    Honnêtes gens et surtout vous, n'hésitez pas à briguer des fonctions de service politique public et électeurs, arrêtez de voter pour n'importe quel aspergeur de poudre de perlimpinpin, fut-il doué. C'est la survie de votre démocratie qui est en jeu et par voie de conséquence la qualité de votre vie quotidienne.



    JUIF

    Tous les Juifs durent rester dans l'ombre
    Ne sortir que dans les rues sombres
    ballotés, chassés, humiliés,
    Exclus de l'hospitalité
    Ils doivent expier leurs péchés
    Mais de quoi sont-ils accusés ?


    Cette ethnie de quelques dizaines de millions d'âmes a sans doute l'histoire la plus riche et la plus tragique parmi toutes. Beaucoup de choses ont été dites sur Israël et le peuple juif, mais peu venues des anges. Je vais ici tâcher de combler cette lacune. En ce qui concerne la fameuse histoire du Peuple élu, il est exact que Melchizedek, le Sage de Salem et envoyé officiel des Administrateurs paradisiaques, pour que soit révélée sur cette planète l'unicité de la nature du Créateur de la Terre et des Cieux, passa une alliance avec Abraham, son disciple le plus doué et par ailleurs chef d'une petite tribu de bergers sémites. Grâce à cette alliance, Abraham put conquérir et convertir au monothéisme onze autres tribus et former une ethnie distincte, puissante et redoutée alentours. Ils reçurent, entre autres et en tant que Peuple élu, le privilège d'accueillir ultérieurement en leur sein l'Oint de Dieu. La spécificité juive ne s'arrêta qu'avec la mise à mort de Jésus. En effet, la génération juive contemporaine de Jésus faillit gravement à sa mission de protection et d'obéissance au Messie, à la venue pourtant maintes fois annoncée par vos prophètes ascendeurs et nos envoyés descendeurs, les derniers en date ayant été respectivement Jean-le-Baptiste et l'ange Gabriel.

    De ce fait, l'Alliance sacrée les reliant aux forces cosmiques s'arrêta automatiquement et il n'y eut plus personne pour les protéger, lorsque la révolte des Zélotes et la résistance de Massada firent se déchaîner la colère de Rome. Le temple qui abrita les conspirateurs de la mort de Jésus fut rasé et la population du pays, dispersée et privée de patrie. Dieu serait-il français? Ou juif ? Ou américain ? En réalité, il n'y a pas, et il n'y aura jamais de peuples élus, à vie et inconditionnellement. Être les favoris de l'Être suprême se mérite, jour après jour et ne souffre aucune exception. Sinon, où serait la justice divine?

    Il y eut, certes, alliance avec les Hébreux il y a quelques millénaires car à l'époque, les administrateurs angéliques cherchaient le moyen de révéler aux Terriens l'existence d'un Dieu unique, facteur important de développement chez les peuples qui l'adoptent de par les forces cosmiques que la Vérité appliquée peut libérer.

    C'est pourquoi l'un d'entre eux, un Melchizedek comme moi, descendit dans votre dimension, muni d'un corps physique modifié, comme celui que j'ai depuis plus de vingt-cinq ans, pour amener la bonne parole sur votre monde confus. L'ange humanisé Melchizedek, établi à Salem, en Palestine, trouva en la personne d'Abraham une oreille favorable pour diffuser ces nouveaux concepts spirituels révolutionnaires qu'étaient le monothéisme et la priorité aux valeurs de l'Esprit plutôt que des richesses matérielles, message qui n'était pas évident à faire passer en ces temps antiques, comme Moïse l'expérimenta également plus tard, lorsqu'il eut la charge de sauver les Hébreux de leur funeste sort d'esclaves. Il n'y serait certainement pas arrivé si les Hébreux n'avaient pas bénéficié de ce statut spécial d'élus de Dieu.

    La région était peuplée de tribus toutes plus guerrières les unes que les autres (cela n'a guère changé depuis, d'ailleurs) et sans une protection angélique spéciale, ils auraient eu du mal à s'extraire de leur destinée d'esclave, car leurs multiples talents en faisaient, à leur corps défendant, des esclaves précieux dont leurs maîtres rechignaient à se séparer. Après bien des hauts et des bas, le monothéisme amena une certaine stabilité, considérablement améliorée par la vie et l'oeuvre de Jésus. Aucune des Populations ayant choisi ce dernier comme Maître à penser n'a jamais eu à le regretter à long terme, grâce à l'important réseau d'anges que cette prise en charge des enseignements de Jésus par ces populations mit en place sur votre planète. Ils sont en effet tous actuellement dans le peloton de tête des Pays au PNB (Produit National Brut) confortable.

    Ce fut, certes, long à se dessiner, toujours à cause de l'énorme interférence luciférienne qui contrecarre efficacement encore maintenant l'établissement de la Paix fraternelle entre vous tous. Le mieux, pour les contrecarrer à leur tour, c'est de ne pas oublier la pratique des enseignements compassionnels de Jésus. L'égoïsme lié à la manipulation de l'argent et tout ce qui en découle, notamment sexuellement, étant l'un des principaux facteurs de déchéance spirituelle, puisque c'est l'arme favorite des lucifériens pour dévoyer les créatures de Dieu, y compris les Juifs, c'est donc par là avant tout qu'il vous faut être vigilent.

    Jésus était aussi un Juif

    L'incarnation messianique du chef de l'univers local était un projet de longue date, eu égard à la façon dont le temps passe dans votre réalité, ce qui donna amplement le temps aux prophètes Enoch, Isaïe, Elie, Elijah, Daniel, Jean le Baptiste et tous les autres de l'annoncer en tant que Messie libérateur, mais libérateur d'âmes et non de situation politico-militaire pénible. Lors du baptême mouvementé de Son fils paradisiaque dans les eaux du Jourdain, alors momentanément être humain de chair (à ne pas confondre, comme le credo catholique le fait, hélas, avec la deuxième personne de la Trinité), la voix de Dieu s'était fait entendre auprès de moult témoins pour officialiser l'entrée en lice du Messie annoncé depuis des siècles. La dramatique destruction de son corps au bout de trente-trois ans par le peuple même qui était censé être "son" peuple, interrompit instantanément la protection angélique, la conséquence indirecte en étant le saccage de Jérusalem, ville sacrée et mythique qui fut pourtant bel et bien rayée provisoirement de la carte quelques années après et surtout le peuple juif dispersé, non pas parce que les anges le voulurent (les Romains le firent), mais parce qu'ils n'avaient plus la mission de protéger l'ethnie juive ni son symbole religieux principal (le temple), désormais sans valeur spirituelle ni symbolique, puisque les Juifs venaient de décider non seulement de ne pas faire la Volonté de Dieu, mais encore de tuer son Fils direct, le chef de tous les ordres angéliques de notre Univers.

    Certains savaient ce qu'ils faisaient, d'autres étaient trompés par le poids de leurs traditions et leurs croyances incomplètes en Lucifer, et ils étaient trop limités intellectuellement pour résister au piège qu'il leur tendit par l'intermédiaire de Judas. Ce dernier, une fois son forfait accompli et la pression télépathique du diable qui le manipulait mentalement, envolée, réalisa enfin ce à quoi il avait participé, et ne le supportant pas, se suicida, aggravant d'autant son karma, car il compromit définitivement l'occasion qui lui était donnée de se repentir et de racheter sa traîtrise par un comportement impeccable d'évangéliste jusqu'à la fin de sa vie normale, comme sut admirablement le faire Simon-Pierre après son comportement critiquable, lors de la mise à mort de son Maître. S'il lui était resté fidèle, Judas aurait probablement fini crucifié, lapidé, transpercé, mangé par les fauves, brûlé, ou écartelé comme les autres chrétiens des origines, mais il se serait évité quelques siècles de recyclage dans une planète-purgatoire.

    Enfin, c'est lui qui a décidé. Son sincère repentir l'a sauvé d'un sort encore plus regrettable (pour lui). De toute manière, avec ou sans lui, le Sanhédrin aurait eu la peau de Jésus. Ce n'était qu'une question de jours ou de semaines. Au bout de quelques mois, les Romains l'auraient également déclaré dangereux, probablement. Encore maintenant, cette pauvre ville de Jérusalem et son fameux temple maintes fois détruit et reconstruit est toujours au centre de controverses majeures et violentes. Pourquoi ?

    - Parce que le peuple juif n'a toujours pas admis que le Messie, qu'ils attendent encore maintenant, était en fait, Jésus. S'ils l'avaient admis, ils ne seraient plus aussi hystériquement attachés à la symbolique de cette construction tant de fois déjà mise à mal. Ils pourraient en outre montrer un meilleur exemple que la loi du Talion, encore utilisée actuellement avec l'efficacité que l'on sait, contre les Palestiniens. Comme les musulmans sont tout aussi hystériques quant au sort de leur mosquée voisine d'Al-Aqsa, l'avenir de Jérusalem est toujours trouble .

    Pourtant les indices prouvant que Jésus était le Messie planétaire dûment annoncé ne manquent pas; en voici l'une d'elle, qui ne souffre aucune polémique : vous vivez, le monde vit sous l'égide d'un calendrier qui se base, à quelques années près, sur la date de la naissance de Jésus, et pourtant toutes les instances décisionnaires de ce monde sont officiellement laïques! Comment un Messie cosmo-planétaire pourrait-il mieux prouver ses pouvoirs post-mortem, que par le biais d'un tel phénomène? Et lui qui n'avait pas pour l'argent et les matérialistes une admiration sans borne nous a, à son corps défendant toutefois, provoqué le premier incident électronique chrétien : le bug de l'An 2000 qui handicapa plus d'un banquier et plus d'un commerçant et qui n'exista que parce que les computers sont précisément programmés sur la date présumée de la naissance de Jésus qui va bientôt changer ses 4 chiffres alors que les principaux ordinateurs qui gèrent la vie des Pays développés n'ont été bêtement programmés pour changer seulement leurs 2 derniers chiffres !

    Néanmoins, tout cela n'a pas convaincu les dépositaires successifs de la Torah. Bonne chance quand même avec leurs frères palestiniens, que peut-on leur dire d'autre ? De toute manière, ils n'écoutent pas ! D'autres alliances ethnico-divines ont eu lieu durant votre histoire. Sans remonter loin, les anges ont, au nom de Dieu, proposé une alliance aux Pères fondateurs de la nation américaine. En donnant à Franklin l'idée de faire imprimer "In God we trust" sur la nouvelle monnaie américaine en signe d'allégeance, les anges pensaient et en tout cas espéraient que cela suffirait pour préserver les Américains de la fascination étrange que la richesse matérielle suscite. Les démons se rattrapèrent en tentant d'envahir la pensée des chefs du Sud et du Sud-Est de ce continent, c'est pourquoi l'esclavage et le racisme résistèrent plus longtemps que dans le Nord. Cela donna cette terrible guerre civile, dite de Sécession, aux enjeux autant spirituels qu'économiques. Il a fallu sérieusement aider Lincoln pour que notre cause triomphe des sudistes esclavagistes. Il le paya évidemment de sa vie, comme tous les autres ! Puis, la dernière fois que l'alliance anges-États-Unis eut lieu, ce fut à l'occasion du terrible combat contre les forces fascistes exterminatrices de Juifs, appelées " forces de l'Axe".

    Depuis, nous avons rompu l'alliance collective avec le pouvoir américain pour des raisons évidentes de trahison, là aussi. Cependant, beaucoup d'anges gardiens vivent individuellement en bonne entente avec de bons citoyens américains, la palme revenant aux populations de Californie, mais il y a aussi beaucoup d'enfants de Dieu en Oregon, au Nouveau-Mexique, en Arizona, en Utah et partout ailleurs...

    Conséquences de la crucifixion

    Cet évènement tragique eut deux conséquences pour l'ethnie juive : ils furent, d'une part, persécutés par les chrétiens qui les rendaient responsables de la mort de leur Dieu bien-aimé et persécutés, d'autre part, par les lucifériens parce qu'ils étaient le Peuple élu de Dieu et que Jésus était juif. Cela dure, de pogrom en pogrom, depuis deux mille ans...

    Depuis que Rome a ruiné leur pays et les en a chassé, les Juifs essayèrent de s'installer dans tous les pays possibles, surtout en Europe, qui tomba vite sous l'influence de l'Église Chrétienne qui, elle-même, tomba bientôt sous l'influence des lucifériens. Ainsi, pendant tous ces siècles, les Juifs furent tués, dépouillés, brûlés, chassés, périodiquement, mais comme ils étaient les meilleurs en tout, on les rappelait et ils revenaient, surtout parce qu'ils n'avaient aucun pays à eux et aucune armée pour les défendre. Ils apprirent ainsi à faire le gros dos quand les pogroms se déclenchaient, en général sous l'impulsion des Papes, grands antisémites pendant presque deux millénaires et à faire repartir leur commerce quand les Papes se calmaient. L'Espagne fut longtemps leur havre, mais l'Inquisition espagnole se déchaîna contre eux. Ils eurent aussi beaucoup d'ennui en Angleterre, en Italie, en France et chez les Germains.

    Cette haine générale de l'ethnie juive ne s'arrêta jamais, culmina au début de votre XXe siècle et voici pourquoi : les Juifs, de par leurs gènes relativement bien adamisés, d'une part et leur structure familiale stable et pédagogique, où leurs jeunes peuvent s'épanouir favorablement, d'autre part, sont en général doués dans n'importe lequel des domaines socialement stratégiques.

    De ce fait, malgré des dizaines de générations d'apatrides, ils étaient arrivés à une position assez dominante dans tous les pays d'Europe et d'Amérique, grâce à leur diaspora très performante. Quand ces rapports furent montrés à Lucifer, on raconte qu'ils déclenchèrent chez lui une soudaine crise de rage, car il réalisa soudain que malgré la volonté multiséculaire qu'il avait développée pour l'abattre, cette ethnie rebondissait et parvenait à se développer et enrichir l'humanité de son savoir, de son humour, de son don artistique, scientifique, intellectuel, financier, etc., conformément, d'ailleurs, au plan de Dieu, ce plan qu'il combattait justement depuis des lustres et qu'il n'arrivait pas à contrecarrer définitivement malgré tous ses efforts et ceux de ses subordonnés. Ce jour-là, son monstrueux égo se sentit intolérablement bravé et il prit hélas la terrible décision de mobiliser toutes ses légions basées sur Terre afin d'en finir une bonne fois avec cette ethnie qui avait, suprême soufflet, abrité Jésus-Christ Michael et presque tous ses premiers apôtres terrestres. Vos historiens les plus chevronnés pourront toujours chercher une explication rationnelle pour expliquer l'invraisemblable acharnement que Lénine, Staline, Hitler et sa bande de S.S. développèrent pour éradiquer les Juifs de cette planète ! Je doute qu'ils en trouvent une. Quel bizarre but de guerre, tout de même, que de s'attaquer à des femmes, des enfants et des vieillards innocents de tout fait répréhensible...

    Bizarre que leur première et principale préoccupation, dès qu'ils prenaient le contrôle d'un pays, était de savoir où étaient les Juifs, de demander aux autorités vaincues de ces pays de les leur livrer jusqu'au dernier, êtres humains, femmes et enfants pour les transformer rapidement et industriellement en savon, abats jours, perruques, fumée et, ce qu'on ne sait pas trop chez vous, en conserves alimentaires pour leurs animaux et leurs soldats se battant sur le front russe. Cet acharnement était clairement d'ordre obsessionnel, sinon comment expliquer qu'en 1944, en pleine débâcle militaire, donc, Adolf Eichmann, responsable général de l'organisation de la solution finale, n'hésitait pas à user de toute son autorité pour obtenir l'ensemble des wagons qu'il demandait pour envoyer en priorité absolue tous les Juifs possibles à la mort avant la défaite finale, que tout le monde savait inévitable, dans la mesure où Von Braun n'arrivait pas à finaliser la bombe atomique, seul espoir, désormais, de victoire totale du Reich sur les Alliés. Pourtant, ces wagons étaient aussi réclamés à cor et à cri par les généraux de la Wehrmacht, plus préoccupés, eux, à défendre leur pays menacé de toutes parts, que d'exterminer les Juifs jusqu'au dernier et à la dernière. Mais Eichmann avait encore de gros stocks de Juifs vivants et il se souciait plus de ne pas pouvoir les faire tous tuer avant la capitulation de plus en plus imminente, que de son propre avenir, car il fut l'un des rares chefs nazis en fuite à n'avoir préparé aucun trésor de guerre.

    Lorsque l'équipe israélienne du Mossad le trouva “par hasard”, c'est-à-dire, en fait, avec l'aide angélique, dans le quartier de San Fernando à Buenos-Aires, rue Garibaldi, (ce qui ne lui porta pas chance, car Giuseppe aurait sûrement été un bon anti-nazi s'il était né un peu plus tard, aide télépathique d'une grande utilité inspirationnelle dans la collaboration qui eut lieu entre le service des archanges de Justice et Simon Wiesenthal, Serge Klarfield et tous les autres traqueurs anonymes, lancés sur les traces des bouchers nazis), Adolph Eichmann n'était qu'un modeste travailleur, vivant dans une modeste maison avec sa famille et prenait même le bus, n'ayant pas de véhicule personnel. Il y rencontra même Joseph Mengele, le soi-disant scientifique qui brûla ses fusibles cérébraux (je ne vois pas d'autres mots pour qualifier ses actes pendant cinq ans), en se servant des stocks de prisonniers pourrissant dans les camps d'extermination bourrés jusqu'à la gueule grâce à l'efficacité des deux Adolph, comme cobayes pour expérimenter les idées les plus folles qu'un cerveau formé scientifiquement puisse avoir, notamment sur les jumeaux et les enfants.

    Je n'ai même pas la capacité de décrire la plupart des expériences que cet être humain, ne méritant certes pas de porter le nom du saint être humain qui fut choisi pour être le père humain du Sauveur, osait concevoir avec son cerveau malade, grâce au soutien opportun que les lois nazies lui apportait. Néanmoins, pour sauver l'un de nos protégé trop important pour mourir si jeune, un ange réussit quand même une fois à lui faire ouvrir une porte de chambre à gaz avant que le zyklon B ait achevé de faire son oeuvre de mort, sauvant ainsi une cinquantaine de gamins, dont celui qui devait vivre une longue et utile vie.

    Pour situer quand même le personnage, pour l'édification de ceux qui n'en auraient encore jamais entendu parler, je vous livre l'une de ses expériences d'un haut intérêt scientifique, comme tout le monde peut le voir : il s'amusait à enfermer dans une pièce, une par une, des mères et leur enfant de différentes ethnies, chronométrait et comparait le temps que mettaient ces mères à tuer leur petit enfant, sur lequel on avait, au préalable, effectué une amputation si douloureuse qu'il ne pouvait que hurler sans espoir de rémission, forçant sa mère, à un moment m dont l'étude passionnait Mengele, à prendre l'atroce décision d'étouffer à mort la chair de sa chair pour mettre un terme à ses souffrances.

    Beaucoup de femmes se suicidèrent après être passées par les mains expertes du Herr Doktor. Les anges prirent très vite soin d'elles. C'est la moindre des choses, pauvres innocentes !

    Dans ce type de situation, ni le suicide ni l'infanticide ne sont évidemment considérés comme tels, et nul karma négatif ne viendra ternir la carrière cosmique de l'intéressée. Le karma fut, en l'occurrence, directement affecté au dossier de Mengele qui, de toute manière, a été dissous depuis, pour cause de retour au néant sans avis de retour. Il avait dépassé le point de non-retour et ne s'en était, en effet, jamais ni repenti, ni n'avait ressenti le besoin de soulager sa conscience en confessant ses inimaginables crimes.

    Il s'enfuit comme bien d'autres nazis, utilisant des faux papiers de réfugiés, erra de camps en camps pour finalement, après quatre années de clandestinité espagnole, s'embarquer pour Buenos Aires et rejoindre les essaims d'anciens SS que l'accueillant Peron remettait sur les rails grâce à d'officiels papiers d'identité, moyennant quelques dédommagements pour les aider à échapper aux chasseurs de prime de l'OSS et du Mossad, les premiers, car ils voulaient les recruter pour leurs propres services, les deuxièmes voulant, pour leur part, les amener à Tel-Aviv et les juger de leurs crimes.

    Le Paraguay aussi absorba, pour les mêmes raisons, une partie du trésor de guerre nazi. L'argent n'a décidément pas d'odeur...

    Puis le médecin fou vécut le reste de sa vie en crevant de peur d'être débusqué, spécialement après la capture d'Eichmann qui se fit à quelques blocs de son propre domicile, pour finalement mourir noyé, lors d'une partie de nage en mer, le 7 février 1979. Tous ces antisémites acharnés de tous pays et au delà de toute raison, ne réagissaient en fait qu'à l'ordre télépathique de fatwa ethnique que leur terrible maître leur avait, un funeste jour, lancé et qu'il n'a toujours pas levé, comme cette fatwa lancée contre le courageux Salman Rushdie, qui avait osé lever le voile sur certains aspects sataniques dont il voulait qu'ils demeurassent secrets. Il n'y a ni rien d'autre à savoir, ni à comprendre sur ce qui tomba soudain sur le dos des Juifs de 1910 à 1980. Malgré tout, le fort pourcentage de qualités adamiques répandu dans leur sang, se traduisant par une prédisposition supérieure pour les voyages, le commerce, l'expression artistique et l'humour, leur permirent de ne pas disparaître et finalement de reconquérir Israël. Leur leader charismatique Ben Gourion et leur armée "Tsahal", angéliquement soutenue au début de leur installation en Israël (il n'était pas acceptable que recommence un nouveau génocide d'adamiques déjà survivants des camps de la mort nazis !) arrivèrent à arracher l'Administration de leur pays des mains des Britanniques et des Arabes.

    Tout irait pour le mieux, s'il ne se passait pas maintenant entre les Palestiniens et les Israéliens des conflits d'ordre raciste que ces derniers gèrent de moins en moins dans le bon sens. Non seulement leur meilleur Premier ministre depuis longtemps, ancien faucon militaire reconverti colombe, est assassiné par un Juif "croyant", mais encore les élections suivantes amènent au pouvoir un anti-palestinien notoire qui s'empresse d'ignorer les accords récemment signés avec les Palestiniens chargés d'amener enfin la paix et le respect intercommunautaire dans la région. C'est maintenant au tour des Palestiniens de Gaza, Ramallah, etc., d'être martyrisés, traqués, ballottés, humiliés, emprisonnés, comme un Juif d'antan mais par les Juifs de maintenant. C'est vraiment désolant. La grande majorité des Palestiniens ne sont pas des terroristes incontrôlables mais de potentiels braves pères et des mères de familles qui ne demandent qu'un travail honnête leur apportant de quoi vivre et nourrir leur famille. Mais à cause de quelques centaines d'enragés kamikazes shootés au Coran dur, prêts, grâce à un lavage de cerveau exécuté à base de sophisme et de désinformation religieuse, à se faire sauter avec de la dynamite, pour peu qu'ils arrivent en même temps à déchiqueter quelques passants Israéliens, plusieurs millions de braves Palestiniens pacifiques et pacifistes sont obligés de subir le joug de l'armée d'occupation sioniste et de vivre dans des circonstances précaires et de continuelles humiliations traumatisantes et génératrices de haine pour plusieurs générations, à l'instar des balkans.

    Mais quand allez-vous donc apprendre à vivre ensemble en bonne harmonie ? Vous êtes tous frères et soeurs ! Pourquoi n'arrivez-vous pas à saisir ce concept, pourtant si simple pour des croyants en Dieu ? La chaîne ADN d'un Palestinien est rigoureusement identique à celle d'un Israélien. La Mosquée El Aqsar est édifiée justement là où elle est, c'est-à-dire sur les fondations de l'ancien temple de Jérusalem détruit par les Romains et dont le Mur dit "des lamentations" est l'un des derniers vestiges debout, parce qu'une "prophétie" arabe dit que Mohamet est parti exactement de là pour lancer sa grande campagne de conquête des esprits. Malheureusement, une autre prophétie, juive, cette fois, dit qu'un jour le troisième Temple de Jérusalem sera reconstruit à la même place que l'ancien, c'est-à-dire là où se trouve maintenant la Mosquée signalant un des plus Hauts Lieux Saints, après la Mecque, de l'Islam.

    Ceci dit, il est clair que les Palestiniens ne font rien pour alléger leur sort ou établir un climat de paix négociable. On dirait même qu'un virus de masochisme pur coule dans leurs veines. Voter en masse pour le Hamas à Gaza, était-ce bien raisonnable ? Apprendre aux enfants dès la maternelle que les Israéliens sont des ogres sanguinaires et que le mieux est de les tuer tous, est-ce raisonnable ? Pour l'instant, cela ne saute pas aux yeux, contrairement aux rockettes et aux kamikazes...

    C'est à cause de cette surface de moins d'un kilomètre carré que des accords de paix, péniblement organisés depuis vingt ans par la communauté internationale et qui ont coûté la vie à ce brave Rabin, ont de nouveau capotés, déclenchant une nouvelle interminable intifada. Il a suffi qu'un ancien général connu pour sa palestinophobie veuille fouler les pavés de l'Esplanade des Mosquées, la raison invoquée étant que pour lui, sioniste, cette place appartenait au Peuple d'Israël, pour que des centaines d'adolescents palestiniens, envoyés au front par des parents ivres de haine, perdent la vie et des milliers d'autres en soient indélébilement marqués dans leur chair. Pourtant, les 2 frères ennemis en étaient presqu'arrivés à trouver un terrain d'entente et de reconnaissance mutuelle grâce aux efforts de Clinton. Quel gâchis...

    Sacrées religions, pourtant toutes deux monothéistes et toutes deux disant à peu près les mêmes choses sur la fraternité, la haine, l'injonction de ne pas tuer, etc...

    Les solutions, les voilà : favoriser les écoles communes, les mariages interethniques, l'intégration culturelle et sportive, les rassemblements interethniques de jeunes, afin que tout un chacun puisse voir que les différences réelles entre les deux communautés ne sont pas si profondes que cela, telles sont les seules solutions qui feraient qu'un jour les Palestiniens et les Israéliens pourraient vivre normalement sur une terre qui appartient historiquement aux deux communautés. L'Afrique du Sud l'a finalement fait. Il n'y a pas d'autres solutions. Sinon, l'une des ethnies devra un jour ou l'autre disparaître dans une sorte d'holocauste tellement la haine ambiante réciproque aura atteint un niveau de pathologie mentale chronique généralisée...

    Et cela ne se fera pas sans déclencher des évènements encore plus graves. Il faut donc absolument raison garder, au besoin internationalement.

    La sécurité de la Terre entière ne va pas encore une fois être menacée parce que deux ethnies bornées et sectaires n'arrivent pas à se partager un pays entouré de milliers de kilomètres carrés de terres fertilisables mais actuellement désertiques ! Il ne faut plus que les actions d'un petit nombre de haineux puissent avoir tant d'influence sur le grand nombre, car c'est automatiquement la porte ouverte à toutes les manipulations et à tous les chantages possibles des extrémistes de tous bords. Il faut développer le Grand Pardon tous les jours et non lui consacrer seulement un jour par an. Il faut donc augmenter la cadence. Les rapports angéliques disent que la volonté de la population entre la paix négociée et le contrôle autoritaire des territoires est pratiquement à quarante/soixante à l'avantage des vrais faucons. Il y a quelques années, le rapport était à cinquante-cinquante. Il faut donc que les pacifistes généreux reprennent de la voix et des idées. Branchez-vous sur le canal 888 et vous les recevrez. Amen.



    JUSTICE

    Coupables ou innocents, exempts ou pleins de vices
    Présomption d'innocence, emprisonnement d'office
    Notions contradictoires qui ne choquent personne
    Mais qui brisent des vies sans que le glas ne sonne


    La polémique s'enfle chaque année davantage autour de ce sujet, et pas seulement en France. Le malaise primordial est provoqué par une confusion dans les termes : vous donnez au mot "justice" dans votre langue une signification bien claire : principe moral qui exige le respect du droit et de l'équité; ce qui ne fait que prolonger la vieille définition d‘Aristote pour qui la Justice devait être synonyme d'égalité et de légalité et qui exige, donc, des officiers volontaires de justice, qu'ils soient eux-mêmes un exemple d'intégrité et d'effacement de leur égo et qu'ils donnent, par leurs sentences, également le droit à une vie équitable pour chaque justiciable. L'injustice devrait donc être son contraire naturel. Or, le système répressif et sans compassion mis en place par les États s'appelle aussi "Justice", mais ce système est, à ma connaissance, quotidiennement bafoué dans tous les pays, à plus ou moins grande échelle, car c'est l'Injustice que la plupart de ces magistrats rendent à tour de bras et non la Justice selon Aristote, d'où le malaise des populations respectivement concernées, la France ne se trouvant pas dans le meilleur groupe, j'en fais la triste et décevante constatation.

    Récemment, on pouvait voir la Justice Mondiale en action, notamment lorsque d'un côté on voyait le dictateur-criminel Pinochet se faire libérer en simulant de graves ennuis de santé, alors que tout le monde sait qu'il a été libéré grâce à un large arrosage (officieux, comme de bien entendu) des proches des ministres Anglais concernés. Honte sur leur tête de lâche et de veule. Quel camouflet pour les victimes, les trop innombrables victimes de la politique selon Pinochet.

    Omar Radad a eu la chance d'être tombé sur Chirac, sinon il serait toujours à croupir injustement en prison...Pour une fois, Chirac a été bon, dans tous les sens du terme.

    Il m'aurait semblé logique que le pays qui sert de berceau aux Droits de l'Homme ait également un système judiciaire exemplaire, où la justice divine et celle des êtres humains ne serait pas aussi décalée qu'elle ne l'est à l'heure actuelle. Quand la justice des êtres humains est trop éloignée de la Justice divine, composée exclusivement, je le rappelle, de compassion, d'équité et de compréhension, il est normal qu'il y ait des hors-la-loi.

    Prenons l'exemple de la France, berceau de la justice sociale, phare officiel et autoproclamé d'humanisme supérieur, Mecque connue pour tout réfugié persécuté demandant le droit d'asile. Si l'on fait un sondage de la population française et qu'on lui demande s'il fait confiance en sa Justice, quatre-vingts quidam sur cent répondront : "non".

    Quel est l'argument négatif le plus employé ?
    - Justice à plusieurs vitesses, selon les lieux, selon les gens.

    Quel est le principal reproche ?
    - Les délais d'attentes, l'abus de détention provisoire.

    Quelles seraient les bonnes solutions pour améliorer les délais ?
    - Plus de fonctionnaires, plus de locaux, moins de lois scélérates, perverses ou inutilement tatillonnes, plus de comités de conciliation civile pour les petits conflits, ce qui désengorgerait les services pour les affaires sérieuses.

    Quelles sont les solutions adoptées actuellement ?
    - Construire plus de prisons, faire encore plus de lois !

    Quel est le budget que cette Nation supérieure consacre à cet important domaine ?
    - 2 % de l'ensemble du budget.

    Remarquez que le budget de la culture (tous arts confondus) étant en France de 0,8 %, les justiciables ont moins à se plaindre encore que les artistes. En outre, cette justice est iniquement rendue à la tête du client, à l'intime conviction des juges, à leur bonne ou mauvaise humeur du moment, à l'endroit de France où se trouve le tribunal.

    Quand donc est appliqué le précepte "mieux vaut dix coupables en liberté qu'un innocent en prison" ? Les mêmes délits sont punis sur une échelle de un à quatre, selon l'endroit ou les opinions personnelles politiques du juge et des membres du jury; un coupable ayant à son service un avocat compétent a de meilleures chances d'être correctement jugé qu'une victime assistée d'un avocat débutant; la collusion interdite entre les procureurs et les juges s'établit de fait contre les individus justiciables, esprit corporatif obligeant; la présomption d'innocence officielle est bafouée chaque jour par des décisions abusives de mise en détention préventive délivrées par ceux ou celles pourtant chargés de l'appliquer; la détention préventive bourre vos vétustes prisons jusqu'à la gueule de détenus non jugés et donc présumés innocents; or, qu'apprend-t-on en prison ?

    Présomption d'innocence ou détention préventive, il faut choisir

    Voilà donc des jeunes qui souvent pour une peccadille se retrouvent, avant même d'être jugés, dans cet univers carcéral sans pitié, où les vrais criminels chevronnés fréquentent ces débutants délinquants influençables (et ces présumés innocents emprisonnés) et peuvent à loisir recruter de futurs collaborateurs pour leur prochain coup après leur sortie de prison, mettant en place un cycle infernal de récidive d'où toute réinsertion n'est que de plus en plus difficilement probable. Au début de cette spirale mortelle ? un vol d'autoradio, une vente de barrette de haschisch, une insulte à agent, un papier perdu, parfois même une erreur de personne, une dénonciation mensongère...

    Alors qu'un peu de compassion aurait suffi au juge pour comprendre, par l'étude de l'environnement où il a grandi, les raisons de l'attitude du jeune fautif : souvent issu de foyers détruits ou témoins de grandes violences où l'alcool, drogue légale, joue d'ailleurs un rôle certain. Des classes scolaires surchargées, des effectifs d'enseignants très insuffisants et mal formés, laissent passer à travers les mailles de leurs filets éducatifs et sociaux des centaines de milliers de jeunes issus de milieux défavorisés, où le chômage règne en maître, ne laissant guère de choix au jeune : ou la clochardisation, ou la délinquance profitable, style braquage ou vente de drogue (dure le plus souvent, car le profit est au moins quatre fois plus rapide avec la poudre de mort qu'avec l'herbe qui soulage, traités pourtant sur le même pied juridique d'égalité).

    Comment des jeunes, par nature assez contestataires et critiques vis-à-vis des aînés, pourraient-ils s'y retrouver dans cette société où les menteurs, les commanditaires d'assassinats mafieux, les barons de la drogue et les escrocs de tous poils se retrouvent chefs de partis politiques, maires de grandes villes ou même Chefs d'État ? Où ce qui est appelé "justice" couvre en fait une activité ou l'injustice, au sens étymologique du terme, est pratiquée quotidiennement dans tous les prétoires de France, de Navarre et du monde, comme aux États-Unis, pourtant notre nation de prédilection, dont les Présidents prêtent serment d'allégeance à Dieu sur la Holly Bible lors de leur Sacre de l'automne, dont les juges, omnipotents, mettent 2 % de la population derrière les barreaux dans des conditions de promiscuité effroyable, où les brutes et les vicieux règnent en maîtres, à peine dérangés dans leurs attitudes d'un autre âge, par les membres de l'administration pénitentiaire, qui préfèrent jouer aux voyeurs hilares que protéger les faibles. Dans ce pays fédéré, dont la grande majorité des États n'a pas renoncé à la peine de mort, les jurés condamnent allègrement à mort, même quand les charges sont ténues, même quand le prévenu est mineur. Honte sur vous !

    Quid de la compassion chrétienne ?

    Peine de mort ou grand pardon ?

    Il n'y a pas si longtemps, il était de coutume de pendre les “nègres”, seulement coupables, parfois, d'avoir regardé avec admiration ou concupiscence une jeune femme blanche croisant son chemin.

    Le cas Tucker, cette femme récemment exécutée, alors qu'il était de notoriété publique que depuis plus de dix ans, elle avait abjuré son crime et entièrement adhéré à la religion chrétienne, séduisant même le pasteur de la prison qui alla jusqu'à l'épouser. Il était donc clair que la personne repentie, bénie ostensiblement par Dieu par l'intermédiaire de la belle histoire d'amour qui lia Son serviteur à cette ancienne victime de l'héroïne luciférienne, n'avait plus rien à voir avec la droguée hors d'elle qui massacra ce pauvre couple quinze ans auparavant et qui, elle, méritait une lourde peine d'emprisonnement, mais n'allant pas forcément jusqu'à la peine de mort, en raison de la circonstance atténuante consistant à prouver que son cerveau était sous l'emprise d'une drogue excessivement puissante lorsqu'il prit la décision délirante de tuer. Un bon avocat aurait même pu plaider la folie temporaire. Un bon gouverneur aurait pu la gracier, spécialement après que le Pape lui-même ait intercédé en sa faveur...

    Pourtant, toutes les demandes en grâce se brisèrent contre l'aveugle “justice” rendue dans ce pays, dont Georges Bush junior est le “digne” représentant pour cette tâche à la Constitution Américaine qu'est l'État du Texas à cause du fait que 80 % des Texans sont pour la peine de mort et qu'aucun Mitterrand américain n'ose braver la majorité populaire là-bas; pourtant, il est de plus en plus de notoriété publique que beaucoup d'innocents, usuellement des gens de couleur n'ayant pas les moyens de s'offrir un avocat et une défense digne de ce nom, se voient condamnés par des jury populaires de moins en moins compétents et intelligents (du coeur) alors qu'ils sont purement et simplement innocents des crimes qui les condamne à la punition suprême, souvent dans d'atroces douleurs, en plus, alors que la guillotine avait le mérite au moins de procurer une mort foudroyante.

    L'excuse du jury populaire américain ignorant mais tout-puissant ?

    - Avoir été traumatisé par les horribles agissements d'un grand nombre de tueurs en série, d'une part, et d'avoir toujours gardé l'amour des armes à feu depuis la guerre avec les indiens, puis entre nordistes et sudistes, puis en 1917, puis en 1942, puis en Corée, au Vietnam et maintenant en Irak, ce qui fait que ce pays a une certaine habitude des morts violentes. Échec manifeste du système. À quand les réformes ?

    Au lieu d'envoyer n'importe qui en prison pour n'importe quoi, les juges devraient y faire un séjour-stage d'au moins quinze jours dans le cadre de leurs études, comme un détenu normal, afin de mieux réaliser les infâmes situations où ils envoient, sans l'ombre d'une hésitation consciencieuse, des milliers de jeunes faire l'apprentissage de la grande délinquance auprès d'étranges co-détenus-professeurs. Méfiez-vous, juges professionnels et jurés amateurs ! Ne perdez pas de vue que ceux qui voulurent spécifiquement exercer cette noble mais délicate tâche, seront eux-mêmes jugés avec la même compassion que celle dont ils firent preuve vis-à-vis de leurs justiciables, ni plus, ni moins.

    C'est la loi du karma. Vous avez voulu être juges professionnels ? Alors un conseil : soyez un bon juge, c'est-à-dire un juge qui ne fait pas d'erreurs, dans votre propre intérêt à long terme. Chaque erreur ou exagération répressive plonge une famille entière dans le désarroi ou pire et se paiera comptant karmiquement. Contrairement à ici-bas, un juge doit rendre des comptes, là-haut. Nous trouvons que cette idée de bracelet électronique qu'un jeune convaincu d'un délit est censé porter un certain laps de temps en restant confiné à l'intérieur de son lieu habituel de résidence sous peine de se retrouver dans la vraie prison, ou une peine d'intérêt général sans incarcération sont de biens meilleurs traitements à appliquer, car le milieu où sa peine sera effectuée n'est à priori pas autant criminogène qu'en détention officielle; le jeune aura alors le temps de se ressaisir et de prendre calmement d'autres options de vie que la délinquance, surtout si la peine est assortie d'un suivi pédagogique et psychologique. A cet égard, l'expérience proposée par Mme Royal consistant à envoyer 120 jours en “Boot camp” (camp d'entraînement militaire) des jeunes récidivistes condamnés à 9 ans ou moins de prison à cause de mauvaises habitudes de violence et de drogue très ancrées, porte aussi ses fruits. Ces jeunes, mais seulement ceux-ci, ont un tel mauvais programme dans le cerveau à cause de tout ce qu'ils ont vécu depuis leur venue au monde, qu'il devient nécessaire de déprogrammer l'ensemble des programmes de ces êtres par un traitement ayant valeur d'électrochoc mental. Ne sont-ils pas innocents à la naissance ?

    Il suffit donc de les faire revenir aux fondamentaux sur des bases de discipline très sensiblement élevées par rapport à ce qu'ils ont connu jusque là. Force est de constater qu'après leur passage dans un de ces boot camp aux sergents hurlant dans les oreilles mais ne distribuant aucun coup, ce qui est très important, les récidivistes sont bien plus rares que dans le système carcéral traditionnel et ils disent eux-mêmes que cette aventure leur a probablement sauvé la vie. Comme c'est le but recherché en fin de compte, que sont 120 jours pénibles si cela peut après faire une réelle différence pendant des décennies ?

    Autant ces programmes militaires peuvent se révéler désastreux lorsqu'ils sont appliqués à des jeunes “normaux” (on a vu les dégâts créés au Vietnam par ce type de conditionnement), autant ils deviennent utiles et efficaces pour casser l'ego des petits caïds de quartier et des jeunes mères célibataires à répétition et évidemment droguées jusqu'aux yeux. A problèmes extrêmes, puisque souvent prématurément mortels, solutions extrêmes. La Justice est alors respectée. Si vous voulez résoudre les problèmes de banlieues et d'insécurité, ce ne sera pas en construisant plus de prisons, en multipliant les contrôles d'identités par des flics racistes ou en appliquant des lois qui fabriquent artificiellement, par leur injustice, des dizaines de milliers de citoyens révoltés par l'injustice du système. Or, une pléthore de lois fabrique de l'injustice et s'immisce dans la vie privée des gens d'une façon la plus souvent anticonstitutionnelle. Ces injustices répétées aux quatre coins de l'hexagone, mais aussi du monde, sapent peu à peu la confiance qu'a le citoyen lambda face à son système de justice, et la cohésion sociale ne peut alors que se dégrader, engendrant plus de délinquance et plus d'injustice...

    Bref, on appelle cela une spirale descendante, et c'est toujours à cause de ces spirales descendantes qu'une civilisation tombe ou qu'une société ainsi divisée se retrouve un jour soumise à un régime totalitaire à valeurs inversées (le biceps prime sur le raisonnement, l'arme à feu prime sur les Droits de l'Homme, la vengeance prime sur l'esprit de fraternité). Pour éviter ce scenario-catastrophe, connu déjà de tant de peuplades, il faut réformer la Justice, de manière à ce qu'elle soit tout simplement "juste". Il faut donc changer tout ce qui porte à polémique, comme vous le fîtes si intelligemment pour la loi contre l'avortement. Non pas que nous, anges, soyons pour l'avortement. Nous sommes là pour aider les êtres humains et en l'occurrence les femmes à révéler leur personnalité à travers leur libre arbitre. Nous considérons donc que tout ce qui se passe dans les profondeurs génitales des femmes est du domaine de leur seule conscience et dans une certaine mesure l'affaire du propriétaire du spermatozoïde impliqué dans la fabrication du foetus, et c'est tout. La Justice divine ne traitera pas égalitairement toutes les âmes en attente de nouvelles affectations ou incarnations et le cas des femmes ayant égoïstement détruit leur(s) foetus ne sera pas jugé selon les mêmes critères que celles qui étaient, pour diverses raisons, contraintes, forcées et tristes d'avoir à subir leur avortement. De même ne seront pas jugés selon les mêmes critères les médecins avorteurs : il y a ceux qui ne font cette opération que dans un but vénal et il y a ceux qui le font en conscience, pour rendre un vrai service à une femme se débattant dans de vraies difficultés.

    “Fuck the Law, we want Justice”

    Ce slogan radical né en Amérique du Nord, voire grossier, est hélas ce que pensent des millions de justiciables américains. Si j'étais vous, pour les faire taire et leur prouver qu'ils ont tort de faire une telle distinction entre la Loi et la Justice, une autre réforme serait à faire, non seulement en Amérique mais partout, concernant les jurés populaires et les lois scélérates, c'est-à-dire générant de l'injustice et des erreurs judiciaires.

    Au bout d'un certain nombre d'années, il est possible de constater si les effets d'une loi portent leurs fruits ou au contraire, fabriquent des effets pervers. Dans le deuxième cas de figure, il paraîtrait...judicieux de l'annuler et d'élaborer une autre loi, correctrice des erreurs de la première. Ce sont souvent des lobbies financiers et des groupes d'influences morales qui maintiennent des lois scélérates en vigueur, prenant le risque de créer une grave déstabilisation de la Société. Ce fut le cas pour l'avortement, l'usage de drogue douce, les rapports homosexuels adultes, les lois privilégiant certaines catégories au détriment d'autres, les fauchages de maïs transgénique, etc., etc....

    Encore maintenant, plusieurs lois à effet pervers restent en activité et coûtent un prix élevé en argent et en souffrance humaine aux Sociétés qui les maintiennent, en dépit du bon sens et de la plus élémentaire justice. Exemple :

    Aux États-Unis, certains États ont adopté une loi qui dit qu'en cas de divorce, les biens des 2 époux seront distribués entre eux deux sous la forme 50-50, quelle que soit la fortune de chacun avant le mariage ! Brillant appel d'air pour les jeunes femmes feignantes mais belles, qui se lancent à corps perdu dans la chasse au milliardaire, qu'il suffit de séduire, d'épouser sans l'aimer vraiment et de divorcer deux ans après pour toucher le Jack Pot. Si un enfant a été fait dans la période, le Jack Pot sera encore plus énorme ! Est-ce juste ?

    Mais ceux-ci ne sont que quelques exemples parmi d'autres et les erreurs judiciaires s'accumulent, aussi bien dans le domaine du Correctionnel que dans le domaine du Pénal. Car la France n'a, pour l'instant toujours, pas prévu de possibilité d'appel dans les jugements d'Assises, malgré diverses propositions de Lois, jusqu'alors reportées aux calendes grecques, ce qui est incroyablement injustifiable. Cette notion de jury tiré au hasard pour juger quelqu'un et automatiquement infaillible puisque issu du sacro-saint “Peuple”, n'a aucun autre fondement que l'euphorie révolutionnaire des patriotes américains ou des sans-culottes français qui réalisaient pour la première fois leur importance, en tant que membre du ”Peuple”, ce qui prit ainsi une aura de toute-puissance divine qu'ils interprétèrent comme de la toute puissance tout court, ce qui déclencha à terme la Terreur pour les Français et la guerre de Sécession pour les Américains. Une meilleure justice serait assurément rendue si les neuf membres du jury étaient exclusivement des professionnels en psychologie, pédagogie, théologie, philosophie, anthropologie, Droit Constitutionnel et enquête sociale et non plus pris au hasard, sans aucun critère sélectif.

    N'a-t-on pas encore compris que le hasard ne peut créer ni système logique, ni juste ?

    Comme vous êtes certainement de ceux qui l'ont compris, vous voyez aussi que la Justice immanente n'est pas de la même nature que la justice humaine et que la justice divine fonctionne sur d'autres valeurs, hélas, que la justice humaine (sauf si c'était le Dalaï Lama, ou n'importe quel autre descendeur, qui en fixait les règles). Cette Justice humaine est de loin à la traîne, car la divine fait preuve d'un maximum de discernement et de compassion dans son exercice alors que l'humaine n'en montre seulement qu'un soupçon dans le meilleur des cas, selon la disposition mentale et spirituelle du moment des juges et des jurés. Quand votre Garde des Sceaux refuse la moindre libération conditionnelle pour des criminels ayant largement eu le temps de se repentir et de se transformer en futur citoyen respectueux des Lois une fois libéré, et que tout le personnel l'encadrant depuis de nombreuses années, y compris l'aumônier, en témoigne, ce Garde des Sceaux ne fait pas son devoir et ne montre pas l'exemple que devrait montrer au plus haut niveau un pays comme la France.

    Une justice sans compassion est à la portée du moindre imbécile, par contre une justice compatissante, quand se fera-t-elle jour ?

    Le nombre d'innocents en prison, plus élevé qu'on ne le pense généralement, (car beaucoup de suicides en milieu carcéral scellent la bouche de ceux qui clament en vain leur innocence et qui craquent après quelques mois ou quelques années d'incarcération abusive) montre à quel point ce système est injuste et engendre la perversion. Les gens vont en masse en prison sans avoir rien fait de mal aux yeux de Dieu, ce, qui est particulièrement dramatique en France et certaines autres Démocraties se gargarisant avec le terme “avancées”. L'affaire du “Omar m'a tuer” devrait hanter la conscience des jurés qui ont envoyé ce pauvre jardinier en prison pour tant d'années, simplement parce qu'il s'appelle Omar et qu'il travaillait dans la maison du crime. Or beaucoup de gens du coin connaissaient son prénom, y compris le véritable assassin qui court toujours...

    Dieu étant à la fois le grand rédempteur à l'intérieur de chacun et tenant, entre autres, le rôle de magnétoscope enregistrant toute pensée, toute parole et toute action de Son protégé, la justice divine demande et ne demande seulement qu'une réalisation et une compréhension des faits reprochés et, bien sûr, un engagement à changer ce qui doit être changé pour que ces décisions litigieuses ne se reproduisent plus. Le laps de temps pour les gens d'admettre et comprendre leurs fautes étant parfois très long à cause d'une résistance profonde de l'ego à admettre habituellement ses torts, les planètes purgatoires sont là pour accueillir les réfractaires du mea culpa.

    De plus, une justice expéditive n'est qu'une nouvelle insulte aux victimes. Ainsi, la seule peine à purger pour ces réfractaires est la peine qu'ils s'imposent temporellement eux-mêmes, par leur propre entêtement, car dés lors que le juge céleste a constaté qu'ils ont vraiment compris la ou les fautes commises, ils sont instantanément autorisés à rejoindre leur tuteur angélique pour explorer l'avenir. Sur votre monde, il arrive que des individus condamnés à une lourde peine réalisent à mi-chemin de leur détention toute l'étendue de leur faute, regrettent sincèrement et prennent en leur for intérieur la ferme résolution de ne jamais recommencer leurs erreurs.

    Il serait parfaitement possible, grâce au détecteur de mensonge qui fonctionne bien, de déceler les simulateurs du repentir. Malheureusement, ces repentis resteront quand même en prison, ou seront exécutés, selon les pays.

    Une solution pour améliorer le système : chaque trois ans, par exemple, un examen approfondi, assisté d'un détecteur de mensonge devrait être opéré sur chaque détenu qui en fait la demande, afin que soient allégées les longues peines, si longues qu'elles ne peuvent plus être efficace pour une réinsertion. Certains libérés sur parole récidivent et l'opinion alors fait pression pour qu'aucun laxisme ne vienne jamais atténuer les traitements carcéraux. Donc, une majorité de désormais innocents à nos yeux angéliques (car ayant reconnu et compris leurs fautes) ne bénéficieront d'aucune clémence parce qu'une minorité d'irréductibles insensibles aura décidé de gâcher la chance de rédemption qui leur était donnée; ce n'est pas juste.

    La justice anglo-saxonne a d'autres qualités et aussi d'autres défauts que la justice latine. Ainsi, le monde peut constater avec tristesse que ce phare, quasi officiel, de démocratie qu'est l'Amérique du Nord persiste à produire de graves dérapages en ce qui concerne les droits de l'Homme. J'ai déjà évoqué ailleurs le dernier scandale en date : Guantanamo. Jusque dans les années 60, la justice américaine a systématiquement bafouée les droits des noirs, des sympathisants d'extrême gauche et autres minorités peu argentées. Ceci s'étant quelque peu rééquilibré, une autre minorité subit maintenant le joug aveugle ou presque de la justice yankee : celle des toxicomanes.

    Les grands dealers de poudres diverses s'en tirent en général très bien, mais le petit consommateur revendeur est celui qui prend sur son dos tout l'attirail répressif du narcotic bureau et il est lourd, à voir les milliards de dollars et les centaines de milliers de fonctionnaires variés utilisés pour synchroniser cette répression fédérale sans pitié.

    "Sans pitié" est d'autant plus l'expression correcte, que cette lubie du couple Reagan de se lancer dans une lutte acharnée contre ce qu'ils considéraient comme de la drogue (en excluant bizarrement de leur courroux le tabac et l'alcool qui tuent à eux deux bien plus que toutes les autres drogues réunies, celles qui sont farouchement combattues par leur chère Amérique puritaine et intolérante) fait plonger dans le malheur des dizaines de milliers de familles, la plupart basanées ou franchement noires, sans discernement ni compassion pour leur situation. Des millions de jeunes croupissent en prison et gâchent leur vie pour toujours. Même après leur libération, les repris de justice sont soumis à des possibilités de contrôle dans tous les domaines de leur vie, mettant gravement en cause leur libre arbitre pendant des années. Beaucoup de ces êtres humains et de ces femmes n'ont jamais fait de mal spécifique à personne et n'ont enfreint aucune loi divine. Pourtant, les voilà gravement et parfois irrémédiablement déstabilisés dans leur vie au nom de la "Justice". L'utilisation de la Bible dans leur cérémonial rend d'autant plus graves ces répressions aveugles et sans coeur. Au lieu d'inspirer aux jurés une certaine clémence (qui pourrait éventuellement avoir un impact favorable sur le futur libéré) la Bible ne semble avoir aucune influence, à voir le nombre de verdicts iniques, aberrants dans leur flagrante iniquité et qui provoquent l'émission de toutes ces prières désespérées de protection qui affluent tous les jours sur les téléscripteurs séraphiques en provenance de ces pauvres victimes des caprices des Sénateurs faiseurs de lois débiles.

    Reagan était d'autant plus mal placé pour prendre la tête de cette croisade onéreuse qu'il a été lui-même et au plus haut niveau grand trafiquant illégal de drogues et d'armes, notamment avec les iraniens et irakiens, comme ses prédécesseurs l'avaient été à l'occasion du Vietnam. Seul Carter répugna à appliquer cette politique suggérée par les huiles de la CIA, ce qui ne lui porta pas chance apparemment, mais qui, en fait, lui permit de ne pas être assassiné pendant son deuxième mandat, puisqu'il perdit les élections à cause de ses décisions visionnaires mais impopulaires, notamment dans le domaine de l'écologie.

    La Justice ou des justices ?

    En Suisse, en Allemagne, en Belgique, en Hollande, en Espagne, en Italie, dans certaines villes du Royaume-Uni, des expériences concluantes sont en cours afin de limiter les dégâts criminels provoqués par le sida et les drogues dures, d'une part et à l'incarcération inutile et antifamiliale, d'autre part. Il serait bon qu'un jour des juristes internationaux prennent le temps d'étudier chaque système juridique national, puisse en extraire le meilleur, en rejette le pire et finalement arrive à un code civil et pénal simplifié et mondial, utilisant un métissage des meilleurs systèmes et un écrémage des lois scélérates engendrant l'iniquité.

    Plus vite vous vous occuperez avec amour d'un jeune en perdition morale, moins vous aurez à vous en occuper une fois qu'il sera devenu un adulte incontrôlable.

    Est-ce si difficile à comprendre ? Ce sera donc beaucoup plus économique de procéder ainsi.

    J'espère que cet argument final réussira à vous convaincre de faire pression sur les pouvoirs publics, (qu'un certain désordre social arrange toujours pour mieux se rendre indispensable) afin de faire une vraie réforme, à l'échelle européenne, d'abord, puis mondiale, dans un vaste élan de remise à niveau des grands idéaux des Pères et Mères fondateurs des grandes démocraties-phares, de tous les systèmes de justice (sinon cela ne servirait à rien d'autre qu'à envenimer la situation internationale et l'inégalité entre les peuples, ce qui est le sens inverse de vos intérêts les plus primordiaux) de tous les règlements et lois qui de plus en plus rognent votre liberté individuelle.

    La tentation totalitaire n'est jamais loin quand des crapules sans foi président à vos destinées. Ils n'ont pas besoin de grands prétextes pour envoyer leurs nervis étouffer vos cris et vos demandes légitimes de respect et de sécurité; ce ne sera pas en ruinant la vie de milliers de pauvres travailleurs immigrés, mais en éduquant les jeunes, que réside la solution; c'est en n'aidant plus les jeunes à se marier ou à divorcer comme si cette opération était aussi banale que de faire le plein d'essence, que les juges pourront faire un travail utile et non en participant allégrement à la désagrégation du tissu social en envoyant en prison pour les raisons les plus futiles des jeunes qui appelaient plutôt au secours par leur comportement violent, et du tissu familial en se prêtant aux simagrées féminines actuelles, grandes consommatrices de séparation familiale, il faut avoir l'honnêteté de l'admettre. À cette occasion, au lieu d'accorder le divorce pour des raisons souvent non justifiées en ce qui concerne l'annulation d'un serment contracté et signé dans l'amour et le respect théorique des autres, les juges seraient mieux inspirés de profiter de leur autorité pour appeler leur population à revenir à des valeurs voltairiennes et rousseauistes puisque visiblement, les messages idéologiques symbolisant le Siècle des Lumières vous interpellent de moins en moins.

    Les juges aux affaires familiales ne sont pas toujours à la hauteur de leurs missions de protection juvénile. Chaque erreur et mauvaise décision se traduit par des drames sans fin. Ils ont tellement d'affaires à trancher pour le petit nombre qu'ils sont qu'il serait vain d'espérer que la possibilité qu'ils aient de passer assez de temps sur chaque dossier pour rendre une décision juste, puisse un jour arriver. De toute façon, tant qu'il n'y aura pas assez de juges humains pour rendre une vraie justice, c'est-à-dire une justice qui ne traite pas une victime en coupable, une justice qui aurait un discernement supérieur (celui qui va chercher les choses derrière les choses et ne s'arrête donc pas au premier rideau des apparences visibles), la Justice sera un mot dénué de sens authentique pour vous; vous serez toujours dans un système de justice approximative, chargée d'appliquer aveuglément des lois votées par des députés plus ou moins corrompus ou ignorants.

    Rares, trop rares sont les juges qui ont le courage de ne pas faire appliquer des lois allant à l'encontre de la grandeur morale et internationale du pays qu'ils sont supposés servir en tant que fonctionnaires. La carrière, n'est ce pas, est trop importante pour être sacrifiée à des "points de détail", comme dirait l'un de vos plus grotesques chefs de partis politiciens. Rares, trop rares, sont les juges courageux comme les juges Fayard et Simon pour la France, ou les juges Falcone ou Borsalino, tous morts au champ d'honneur, les uns tués par les chefs du SAC, les autres par la cosa nostra du clan Corleone, qui, eux, furent tous arrêtés, alors que la plupart des véritables assassins (les commanditaires) de juges, de députés ou de journalistes français, courent toujours. Il faut vous dire que les mafieux italiens n'avaient pas seulement les carabiniers sur le dos, ils avaient des carabinieri inspirés par des anges, car le juge Falcone était fortement protégé angéliquement, et sans cette stupide idée qu'il eut de conduire lui-même la voiture le jour de l'attentat, il aurait été à la place de son chauffeur, seul survivant des 600 kilos d'explosifs qui souffla la Mercedes blindée du juge à cause du mafieux Bruscha qui poussa sur le bouton, sur ordre de Salvatore Riina, alias Toto, n°1 de la cosa nostra de Palerme.

    Il faut dire que le juge allait atteindre le sommet de la pyramide noire, ce qui dérangeait par trop les lucifériens italo-américains, d'où les moyens exceptionnels qu'ils utilisèrent. La seule consolation est qu'après une enquête d'une intelligence exceptionnelle, tous ces assassins compulsifs furent finalement capturés. Les anges firent même en sorte que la police italienne vienne justement arrêter l'assassin Bruscha alors qu'il était en train de regarder une émission de télévision sur... l'attentat du juge Falcone. J'ai eu l'occasion de rencontrer les anges qui travaillèrent avec les carabinieri sur son arrestation et ils étaient d'accord pour dire que la vision de la tête de Bruscha lorsque les carabiniers firent brusquement irruption dans son living room les avait bien récompensés de leurs efforts !

    Qualités comparatives des justices WASP et latines

    Après le système latin, voyons ce que les White Anglo-Saxons Protestants ont adopté : la présomption d'innocence est certainement plus prisée et favorisées par les lois dites "habeas corpus", qui rendent l'utilisation de la prison préventive exceptionnelle, pour peu que l'inculpé puisse payer une caution.

    Il y a donc ici un net progrès vis-à-vis du système latin. Progrès aussi dans le domaine de l'assistance juridique. Chez les latins, le prévenu peut rester un certain temps au secret avec la police, et celle-ci peut obtenir des aveux "spontanés" à travers de nombreuses techniques de torture physique ou/et mentale, aveux qui seront utilisés à charge, même après rétractation de la victime de ces pratiques policières bien rodées. La présomption d'innocence dans les pays latins est donc un attrape-nigauds et une escroquerie constitutionnelle. Chez les Anglo-saxons, vous aurez droit à l'assistance immédiate d'un avocat, la police vous dit que vous avez le droit de garder le silence, etc., démarche donc totalement inverse et qui a notre préférence, puisque plus juste. De plus, il existe chez eux un pré-procès, très rapidement organisé, où seront étudiées sans concession les preuves ou présomptions policières à l'encontre du citoyen accusé. Il n'y a là-bas que peu de collusion entre les juges et les procureurs. La défense est vraiment mise sur un pied d'égalité. La police et les procureurs sont, en revanche, plus en symbiose, rendant les enquêtes et leurs conclusions plus précises et crédibles, les procureurs étant très soucieux d'éviter toute violation à la procédure légale sous peine d'êtres systématiquement déboutés en cas de faute (officiellement en tout cas...).

    Si ces preuves ne paraissent pas suffisantes ou irréfutables, le prévenu sera en général libéré sans autre forme de procès. Ainsi, grâce à ce système, moins de présumés innocents seront exposés au milieu criminogène de la prison, même si quelques coupables s'en tirent à bon compte. Ils seront souvent repris plus tard pour un autre acte délictueux. Malheureusement la perfection n'ayant pas de limites et aucun système humain de Justice n'ayant encore été essayé et mis au point, il existe, même chez les anglo-saxons, d'anormales organisations, j'ai nommé le pouvoir absolu des jurés populaires. Quand l'Amérique, à travers ses jurés, condamne des enfants de dix-sept ans à la chaise électrique, ce pays n'est pas digne de ses Pères fondateurs et je ne comprends pas ce qu'ils attendent pour changer ce système de jury populaire rendant une justice sans appel, avec tous les abus, les chantages, les erreurs judiciaires, les pressions médiatiques de plus en plus ridicules par leur outrance, la justice raciste et la corruption que ce système permet, voire favorise.

    Heureux les assoiffés de Justice

    Ce n'est pas tout d'avoir un idéal élevé, il faut après se donner les moyens de l'appliquer. Du fait de l'élément "Dieu" absent de votre déclaration humaniste française, vos bonnes intentions restent dans le domaine du potentiel et non du réel; conséquence : votre justice, votre système scolaire, votre médecine et votre politique de la Cité sont à plusieurs vitesses, beaucoup plus que les deux vitesses qu'on évoque usuellement en tout cas; les prisons regorgent de prisonniers qui n'ont rien à y faire par rapport à ce dont on les accuse; la présomption d'innocence, pourtant une judicieuse idée, est quotidiennement bafouée par la détention provisoire abusive. La lutte des classes ne peut disparaître dans un climat social si mal géré, je pense donc que le moment est venu pour vous d'exiger l'application dans la vie quotidienne des citoyens français de la formule inscrite sur tous vos frontons et imprimée sur tous vos billets de banque.

    C'est le prix à payer si vous voulez rester dans le peloton de tête des démocraties et continuer de faire office de phare politique sur cette planète sans cesse menacée d'obscurantisme par les affairistes maffieux et la corruption aux plus hauts niveaux internationaux qu'ils stimulent sans répit. Cela fait maintenant plus de deux cents ans que vous pourriez le faire, puisque le but a été fixé à cette époque. Bien que nous ne puissions rien finaliser sans votre active participation, l'équipe angélique responsable de l'évolution du peuple français aida bien des citoyens obscurs à devenir des tribuns respectés et adulés en ces temps historiques.

    Ce sont bien sûr les premiers dont les têtes tombèrent lorsque les lucifériens reprirent la révolution en main grâce à une attaque en règle sur l'ego des principaux chefs révolutionnaires, (dont l'un devint même empereur), attaque qui aboutit à la période de la Terreur qui renia toutes les avancées humanistes de la décennie précédente et ruina presque tous les efforts angéliques. Mais après un nouveau siècle de batailles spirituelles et de barricades populaires et avec l'appui de génies tels que Zola ou Victor Hugo, ils parvinrent à sauver vos valeurs républico-chrétiennes en remplacement de la disparition de la scène politique du Clergé et de la Noblesse. À nos yeux, la religion et ses fastes contre-nature avaient tellement décrédibilisé le message de Jésus : "Heureux les pauvres en esprit car le royaume des cieux leur appartiendra" qu'elle ne pouvait plus jouer son rôle d'exemple. J'ouvre une parenthèse au sujet de cette phrase du Maître qui est parfois mal comprise; certains, en effet, croient que Jésus disait "Heureux les pauvres d'esprit", autrement dit "les faibles d'esprit". En vérité, il voulait dire par là :" Heureux ceux qui trouvent leur bonheur même lorsqu'ils décident d'être pauvres matériellement".

    Saint François d'Assise reçut ce message cinq sur cinq et agit en concordance parfaite puisque absolue. Il voulait être heureux et il le fut, comme promis.

    Comme dernier argument pour clore, en ce qui me concerne, cette polémique que je me suis permis de mettre sur le tapis (vert, comme l'espoir) au sujet de la justice humaine, voici ma dernière phrase en guise de conclusion sur le sujet : Tant que les lois humaines ne seront pas calquées sur la justice divine et que certaines seront même scélérates, il est souhaitable et encourageant qu'il y ait des humains, à l'instar de Gandhi ou dans une moindre mesure, José Bové, qui acceptent de s'opposer à ces lois humaines, tant qu'ils lient cette courageuse décision avec la notion de discernement, bien sûr.





    Merci pour votre soutien !
    En faisant un don, vous nous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire.
    Avec tout notre Amour... DAD

    Laissez un commentaire

    *obligatoire
    Vous êtes nombreux à nous écrire tous les jours pour partager votre vision de la spiritualité, vos commentaires ou vos encouragements : merci ! Nous avons besoin de cette relation avec vous pour continuer de vous offrir les informations que vous recherchez. Écrivez-nous en utilisant ce formulaire. Régulièrement, nous publions une sélection de vos messages sur notre Livre d'Or.


    Participez de toutes les manières possibles à la réussite du plan "Nouvelle Civilisation" de LUMOVIVO. L'utilité d'un individu pour la société ne se mesure pas aux tâches qu'il peut faire dans ou hors du groupe social. Passez le mot en faveur du plan "Nouvelle Civilisation".


    Toutes les religions du monde


    Influencer logo