Daniel Vallat DAD Éditions Dons Amis LUMOVIVO Questions Contact
Daniel Éditions Utopia Merci! Amitié  FAQ's  Contact
LUMOVIVO.org


Accueil Blog Archives...
Les livres de Daniel Vallat sont fameux pour inspirer la foi... Partagez-le ! Partager sur Facebook Tweetez à propos de cette page sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Whatsapp Partager cette page à vos amis

BLOG Achives

Énergie Libre

*TRANSGRESSION*


Free

Le syncrétisme (le mélange des religions) a mauvaise presse.

Les Églises le condamnent, les organisations interreligieuses se défendent énergiquement de le favoriser. On n’aime pas qu’un chrétien emprunte une pratique au bouddhisme ou une croyance à l’Islam. On parle alors d’une spiritualité de supermarché où chacun prend sur les rayons des produits hétéroclites pour les mixer dans une salade indigeste.

Si je dis : « Aime ton prochain comme toi-même », je n'ajoute pas que cette phrase vient de Jésus, inspiré par le Christ, ni qu'il n'a fait que répéter les enseignements des Esséniens, ni que d'autres maîtres l'avaient déjà révélée maintes fois à de nombreux et anciens peuples, et qu'ils s'inspiraient tous du Rouleau de Thot (Egypte), ou de la Sagesse d'Adapa (Assyrie), ou encore du Livre d'Enoch (Sumer).

Culturellement, la religion hébraïque a fait de larges emprunts à la religion, à la moralité et à la philosophie de tout le Levant. C'est par la religion hébraïque qu'une grande partie de la moralité et de la pensée religieuse de l'Égypte, de la Mésopotamie et de l'Iran fut transmise aux peuples occidentaux. Bien que la religion hébraïque soit fondée sur l’alliance entre Abraham et Melchizedek, les Hébreux adoptèrent ensemble la religion de Salem qui provient de l’Evangile de Melchizedek, les enseignements moraux des égyptiens, et ensuite la pensée théologique babylonienne et, enfin, les conceptions iranienne du bien et du mal. Il faudrait aussi que nous reconnaissions les sources sumériennes de l'Ancien et du Nouveau Testament biblique, desquelles les histoires telles que l'Eden et du déluge furent inspirées. Depuis que de plus anciens manuscrits sont découverts, il est clair qu’une quantité énorme d’informations ne fut pas prise en compte dans la rédaction originale, et ensuite dans les nombreuses copies et traductions de la Bible.

Imaginez par exemple qu'on ait demandé à quatre personnes différentes d'écrire un livre sur le même sujet, puis de prendre ces quatre différentes versions et de les découper afin de les assembler en une seule et longue version, puis de dire qu'elle a été écrite par un seul auteur. Puis imaginez que vous donnez ce livre à une équipe de détectives et que vous les laisser établir :
1) que ce livre n'a pas été écrit par une seule personne,
2) que c'était par quatre,
3) qui elles étaient,
4) et qui a rassemblé leurs textes.

C'est ainsi que le livre des Psaumes est en réalité un vaste composite de nombreux auteurs de plusieurs origines, de même un bon tiers du livres des Proverbes, et qu'en réalité il n'eut pas un Isaïe, mais deux. En ayant à coeur de sauvegarder leur peuple, les prêtres hébraïques, lors de leur séjour à Babylone 900 ans avant J.-C., n'ont eu de cesse d'ajouter, de retirer, de modifier jusqu'à rendre l'histoire religieuse des Hébreux aussi magique que falsifiée, s'en oublier de soigneusement détruire les nombreux écrits de leur véritable histoire, tels que les chroniques laïques. Et comme s’il n’était pas suffisant, vous ne trouverez en effet aucune preuve d’une quelconque civilisation telle que contée dans l’Ancien Testament dans tout le territoire israëlien.

Quant au christianisme, il s’est largement inspirée de la philosophie grecque qui lui a fournit les concepts des valeurs éthiques, du mithracisme qui lui apporta les rites d'observance du culte, et du christianisme comme tel qui lui donna la technique pour conserver les valeurs morales et sociales. En tant que système de croyance, la religion chrétienne a grandi par l'amalgamation des enseignements, influences, croyances, cultes et attitudes individuelles suivantes :
  • Les enseignements de Melchizedek, facteur fondamental dans toutes les religions d'Orient et d'Occident qui ont pris corps depuis quatre-mille ans.
  • Le système hébraïque de moralité, d'éthique, de théologie et de croyance simultanées en la Providence et en Yahweh le suprême.
  • La conception zoroastrienne de lutte entre le bien cosmique et le mal cosmique, conception qui avait déjà laissé son empreinte sur le judaïsme et le mithracisme. À travers un contact prolongé accompagnant les luttes entre mithracisme et christianisme, les doctrines du prophète iranien devinrent un facteur puissant dans la mise en forme et la structure théologique et philosophique des dogmes, des doctrines et de la cosmologie des versions hellénisées et latinisées des enseignements de Jésus.
  • Les cultes des mystères, spécialement le mithracisme, mais aussi l'adoration de la Grande Mère dans le culte phrygien. Même les légendes au sujet de la naissance de Jésus sur Terre furent viciées par la version romaine de la naissance miraculeuse du sauveur-héros iranien Mithra, dont la venue sur terre était censée n'avoir eu pour témoins qu'un petit groupe de bergers porteurs de présents, qui avaient été informés de l'évènement imminent par des anges.
  • Le fait historique de la vie humaine de Joshua ben Joseph, la réalité de Jésus de Nazareth en tant que Christ glorifié, le Fils de Dieu.
  • Le point de vue personnel de Paul de Tarse. Et il faut noter que le mithracisme était la religion dominante à Tarse pendant son adolescence. Paul ne songeait guère que ses lettres bien intentionnées à ses convertis seraient plus tard considérées par des chrétiens comme la " parole de Dieu ". Des éducateurs de bonne volonté comme lui ne doivent pas être tenus pour responsables de l'usage que des successeurs venus bien plus tard auront fait de leurs écrits.
  • La pensée philosophique des Hellénistes depuis Alexandrie et Antioche, en passant par la Grèce, jusqu'à Syracuse et Rome. La philosophie des Grecs était plus en harmonie avec la version paulinienne du christianisme qu'avec aucun autre système religieux courant. Elle devint un facteur important du succès du christianisme en Occident. La philosophie grecque, doublée de la théologie de Paul, forme encore la base de l'éthique européenne.

  • Il n’y a rien de nouveau sous le soleil... C'est ainsi que la Bible a été rédigée jusqu’au Nouveau Testament y compris. La règle qui établirait que Dieu a écrit la Bible ou que nous puissions être les propriétaires de messages soutenant notre évolution spirituelle doit être dépassée. Nous faisons tous, d'une manière ou d'une autre, du syncrétisme, et au mieux nous sommes directement inspirés par effet d’effusion planétaire.

    Yahweh est le Dieu conçu d'après les révélations de Melchizedek et l'alliance d'Abraham. Les Juifs étaient les descendants d'Abraham et occupèrent ultérieurement le pays dans lequel Melchizedek avait vécu et enseigné, et d'où il envoya des éducateurs au monde entier. En fin de compte, leur religion dépeignit le Seigneur Dieu d'Israël en le reconnaissant comme Père céleste Universel plus clairement que toute autre religion du monde avant la naissance du christianisme.

    Le but de la transmission spirituelle et de toute religion révélée est d’offrir une conscience plus élevée de soi et de notre réalité divine, et de la vérité concernant le Père Universel, le Fils Originel et l’Esprit Infini, sans perdre une once de notre personnalité et de notre pouvoir personnel, notre libre arbitre et notre discernement. Toutes les sources d’informations sont donc utiles pour démêler le vrai du faux, et c’est par une recherche patiente et sérieuse que l’on découvre que la vérité se tient comme une perle au milieu d’une foison de mensonges et de manipulations, prête à être découverte par celui qui sincèrement aura transformé sa perception pour entendre selon le coeur. Et il entendra la voix divine lui souffler que nul humain n’a encore vu de ses propres yeux la création dans son ensemble.

    De plus en plus nous ôtons notre attention et nos pensées des schémas auto-limitatifs du passé qui se dissolvent graduellement et deviennent inefficaces. L'empressement à adopter la vérité, quelles que soient les sources dont elle provient, est en vérité une tendance recommandable.

    L'évolution morale ne dépend pas entièrement de la révélation. L'être humain peut tirer de sa propre expérience des concepts moraux élevés. L'être humain peut même faire apparaître des valeurs spirituelles et tirer une clairvoyance cosmique de son expérience de vie personnelle parce qu'un esprit divin l'habite. L'état humain idéal est celui où la philosophie, la religion et la science sont soudées en une unité pleine de sens par l'action conjointe de la sagesse, de la foi et de l'expérience. L'orgueil de l'érudition non spirituelle est un traquenard dans l'expérience humaine. Le vrai maitre maintient son intégrité intellectuelle en restant toujours un élève.

    À mesure que les enseignements originels de Jésus pénétrèrent l'Occident, ils furent occidentalisés et, à mesure qu'ils furent occidentalisés, ils commencèrent à perdre leur potentiel d'attrait universel pour toutes les races et toutes les sortes d'êtres humains. Aujourd'hui, le christianisme est devenu une religion bien adaptée aux moeurs sociales, économiques et politiques des races blanches. Il a cessé, depuis longtemps, d'être la religion de Jésus, bien qu'il dépeigne toujours vaillament une belle religion à propos de Jésus aux personnes qui cherchent sincèrement à suivre la voie de son enseignement. Le christianisme a glorifié Jésus en tant que Christ, l'oint messianique de Dieu, mais il a grandement oublié l'évangile personnel du Maitre : la Paternité de Dieu et la fraternité universelle de tous les êtres humains.

    A présent, toute la Terre attend que l'on proclame le message ennoblissant de Michael, le Fils Créateur de notre univers, le Fils de l’Homme, débarrassé des dogmes et doctrines accumulés au cours de vingt siècles de contact avec les religions d'origine évolutionnaire. L'heure a sonné de présenter à l'hindouisme, au bouddhisme, au judaïsme, au christianisme, à l'islam, et même aux peuples de toutes les religions, non pas l'évangile à propos de Jésus, mais la réalité vivante et spirituelle de l'évangile de Jésus.

    Daniel
    Il ne faut pas voir les Écritures sous le même jour que les religions actuelles. Les paroles de la loi de Moïse et les leçons des Écritures n'existaient pas avant Abraham. C'est dans la période qui a précédé la naissance de Jésus que l'Ancien Testament a été rassemblé sous la forme où nous le possédons aujourd'hui. Il contient ce qu'il y a de meilleur dans les idées les plus élevées et les désirs ardents du peuple juif, mais aussi nombre d'éléments qui sont loin de représenter le caractère et les enseignements du Père qui est aux cieux; c'est pourquoi il faut choisir, parmi les meilleurs enseignements, les vérités destinées à être glanées pour l'évangile du royaume.

    Ces écrits sont des oeuvres d'êtres humains, dont certains étaient saints, et d'autres moins saints. Les enseignements de ces livres représentent les vues et le degré d'illumination de l'époque d'où ils tirent leur origine. En tant que révélation de la vérité, on peut davantage se fier aux derniers livres qu'aux premiers. Les Écritures sont erronées, et leur origine est entièrement humaine, mais, ne vous y trompez pas, elles constituent le meilleur recueil de sagesse religieuse et de vérités spirituelles que l'on ait pu trouver dans le monde entier avant que n'apparaisse un plus récent livre de révélation.

    Beaucoup de ces livres n'ont pas été écrits par les personnes dont ils portent le nom, mais cela n'infirme aucunement la valeur des vérités qu'ils contiennent. Si l'histoire de Jonas n'était pas réelle, et même si Jonas n'avait jamais vécu, les profondes vérités de ce récit – l'amour de Dieu pour Ninive et pour les soi-disant païens – n'en seraient pas moins précieuses aux yeux de tous ceux qui aiment leurs semblables. Les Écritures sont sacrées parce qu'elle relatent les pensées et les actes d'êtres humains qui recherchaient Dieu et qui ont laissé dans ces écrits leurs conceptions les plus élevées de la droiture, de la vérité et de la sainteté. Les Écritures contiennent un grand, un très grand nombre de choses vraies, mais, à la lumière de l'enseignement disponible aujourd'hui, vous savez également que trop souvent elles présentent sous un faux jour le Père qui est aux cieux, le Dieu aimant que Jésus est venu révéler à tous les mondes.

    Ne vous laissez jamais aller, même un instant, à croire les récits des Écritures qui vous disent que le Dieu d'amour a ordonné à nos ancêtres de livrer bataille pour massacrer tous leurs ennemis – êtres humains, femmes et enfants. De tels récits sont des paroles d'êtres humains, d'êtres humains dont la sainteté est douteuse; ils ne sont pas la parole de Dieu. Les Écritures ont toujours reflété et reflèteront toujours le statut intellectuel, moral et spirituel de leurs auteurs. N'avez-vous pas remarqué que les concepts de Yahweh croissent en beauté et en gloire dans le cours des écrits prophétiques de Samuel à Isaïe ? N'oubliez pas que les Écritures sont destinées à l'instruction religieuse et à la gouverne spirituelle, elles ne sont pas l'oeuvre d'historiens ni de philosophes.

    La chose la plus déplorable n'est pas simplement cette idée erronée que les récits des Écritures sont absolument parfaits et leur enseignement infaillible, mais plutôt la confusion due à leur mauvaise interprétation par les enseignants esclaves de la tradition. Dans leur effort résolu pour résister aux nouveaux enseignements de l'évangile du royaume, ceux-ci vont maintenant prôner simultanément la doctrine que les Écritures sont inspirées, et la fausse interprétation qu'ils en donnent. N'oubliez jamais que la révélation de la vérité par le Père ne se limite ni à une génération ni à un peuple. Nombre de personnes qui recherchent sincèrement la vérité ont été troublées et découragées, et continueront de l'être, par ces doctrines de la perfection des Écritures.

    L'autorité de la vérité réside dans l'esprit même qui imprègne ses manifestations vivantes, et non dans les paroles mortes des êtres humains d'une autre génération, moins éclairés et soi-disant inspirés. Même si les saints de jadis ont vécu des vies inspirées et spirituellement remplies, cela ne signifie pas que leurs paroles aient également été inspirées par l'esprit.

    Prenez bien note de ceci : rien de ce que la nature humaine a touché ne peut être considéré comme infaillible. Certes, la vérité divine peut briller à travers le mental humain, mais toujours avec une pureté relative et une divinité partielle. La créature peut ardemment désirer l'infaillibilité, mais seuls les Créateurs la possèdent.

    Mais la plus grande erreur de l'enseignement concernant les Écritures est la doctrine les présentant comme des livres occultes de mystère et de sagesse, que seuls osent interpréter les sages de la nation. Les révélations de la vérité divine ne sont pas scellées, si ce n'est par l'ignorance humaine, la bigoterie et l'intolérance sectaire. La lumière des Écritures n'est affaiblie que par les préjugés et assombrie que par les superstitions. Une fausse peur du sacré a empêché le bon sens de sauvegarder la religion. La peur de l'autorité des écritures sacrées du passé empêche efficacement les âmes honnêtes d'aujourd'hui d'accepter la nouvelle lumière de l'évangile – la lumière que, dans une génération précédente, ces mêmes êtres humains connaissant Dieu désiraient si intensément voir briller.

    Le plus triste de tout cela est le fait que certains éducateurs enseignent le caractère sacré de ce traditionalisme tout en connaissant la vérité à son sujet. Ils comprennent plus ou moins complètement les limitations des Écritures, mais sont moralement lâches et intellectuellement malhonnêtes. Ils connaissent la vérité au sujet des écrits sacrés, mais préfèrent laisser le peuple dans l'ignorance de ces faits troublants. Ils pervertissent et déforment ainsi les Écritures; ils en font un guide pour les détails serviles de la vie quotidienne et une autorité sur les questions non spirituelles, au lieu de faire appel aux écrits sacrés en tant que répertoire de la sagesse morale, de l'inspiration religieuse et de l'enseignement spirituel des êtres humains qui connaissaient Dieu au cours des générations précédentes.


    À lire aussi :

    Les messages du Blog




    Participez de toutes les manières possibles à la réussite du plan "Nouvelle Civilisation" de LUMOVIVO. L’utilité d’un individu pour la société ne se mesure pas aux tâches qu’il peut faire dans ou hors du groupe social. Passez le mot en faveur du plan "Nouvelle Civilisation".


    Toutes les religions du monde