Daniel Vallat DAD Editions Dons
Daniel Éditions Utopia Merci!
Vos questions Citations Festival LUMOVIVO Abonnement
FAQ Citations Festival Abonné?
LUMOVIVO
ArabicChinese (Simplified)EnglishFrançaisDeutschHebrewHindiItalianoJapaneseNederlandsPortuguêsRussianEspañol
Dyslexia ?


Blog ⇒ Archives...
Les livres de Daniel Vallat sont connus pour inspirer la foi... Découvrez-les !

Pousse

*JOUR 3*


Météo Ère Universelle

Soutenir la croissance de cette pensée – 20 mai - 6 juin 2011



Notre Père céleste parfait et juste, guide et dirige aujourd'hui notre voyage. Sanctifie nos pas et coordonne nos pensées. Conduis-nous toujours dans les voies du progrès éternel. Remplis-nous de sagesse jusqu'à la plénitude du pouvoir et vivifie-nous de ton énergie infinie. Inspire-nous par la conscience divine de la présence et de la gouverne des armées séraphiques. Guide-nous toujours plus haut dans le sentier de lumière; justifie-nous pleinement au jour du grand jugement. Rends-nous semblables à toi en gloire éternelle et reçois-nous à perpétuité dans ton service exalté.

51 – Le discernement, qu’il est sage de pratiquer fréquemment, est une qualité intrinsèque de la contemplation de soi dans l’expérience; il permet d’acquérir la sagesse et de pousser l’expansion plus loin. Les individus partageant la même expérience dimensionnelle choisissent la pensée harmonieuse pour permettre une expérience collective équilibrée.
Extrait du livre : "La Fraternité des Hommes, une nouvelle civilisation"


6 juin 2011

Justice et droiture

Dieu est droit et par conséquent il est juste. « Le Seigneur est droit dans toutes ses voies. » « Je n'ai pas fait sans cause tout ce que j'ai fait, dit le Seigneur. » « Les jugements du Seigneur sont entièrement vrais et droits. »

La justice du Père Universel ne peut être influencée par les actes et les accomplissements de ses créatures, « car il n'y a pas d'iniquité chez le Seigneur notre Dieu, ni acception de personnes, ni acceptation de cadeaux. » Combien il est futile et puéril d'en appeler à un tel Dieu pour qu'il modifie ses décrets immuables en vue de nous éviter les justes conséquences opératoires de ses sages lois naturelles et de ses justes commandements spirituels. « Ne vous y trompez pas. On ne se moque pas de Dieu, car ce qu'un être humain sème, cela aussi il le récoltera. » Il est vrai que, même lorsque cette justice fait récolter la moisson des mauvaises actions, cette justice divine est toujours tempérée de miséricorde. La sagesse infinie est l'arbitre éternel qui détermine les proportions de justice et de miséricorde qui seront dispensées dans des circonstances données. La plus grande punition (qui est en réalité une conséquence inévitable) pour les infractions à la loi et une rébellion délibérée contre le gouvernement de Dieu est la perte d'existence en tant que sujet individuel de ce gouvernement. Le résultat final du péché délibéré est l'annihilation. En dernière analyse, les individus qui se sont identifiés au péché se sont détruits eux-mêmes en devenant tout à fait irréels pour avoir embrassé l'iniquité. Toutefois, la disparition effective de ces créatures est toujours retardée jusqu'à ce que l'ordre de justice établi et courant dans l'univers intéressé ait été pleinement observé.

La cessation d'existence est habituellement décrétée lors du jugement du royaume ou des royaumes, qui a lieu à une époque de dispensation. Sur un monde comme la Terre, elle a lieu à la fin d'une dispensation planétaire. A de tels moments, la cessation d'existence peut être décrétée par l'action coordonnée de tous les tribunaux de juridiction allant du conseil planétaire, en passant par les cours du Fils Créateur, jusqu'aux tribunaux de jugement des Anciens des Jours. Le commandement de dissolution part des cours supérieures du superunivers à la suite d'une confirmation ininterrompue de l'accusation provenant de la sphère de résidence du délinquant. Alors, quand la sentence d'extinction a été confirmée en haut lieu, l'exécution a lieu par un acte direct des juges qui résident au siège du superunivers et qui opèrent de là. Lorsque cette sentence est définitivement confirmée, l'être identifié au péché devient instantanément comme s'il n'avait pas existé. Un tel sort ne comporte pas de résurrection, il est perpétuel et éternel. Les facteurs énergétiques vivants de l'identité se dissolvent, par les transformations du temps et les métamorphoses de l'espace, dans les potentiels cosmiques d'où ils avaient jadis émergé. Quant à la personnalité de l'être inique, elle se trouve privée d'un véhicule vital continu parce que cette créature n'a pas fait les choix ni pris les décisions finales qui lui auraient assuré la vie éternelle. Quand le mental associé s'est continuellement adonné au péché au point d'en arriver à une identification complète de soi avec l'iniquité, alors, après cessation de la vie et dissolution cosmique, cette personnalité isolée est absorbée dans la surâme de la création et devient une fraction de l'expérience évolutionnaire de l'Être Suprême. Jamais plus elle n'apparaît comme une personnalité. Son identité devient comme si elle n'avait jamais été. S'il s'agit d'une personnalité habitée par un Esprit intérieur, les valeurs spirituelles d'expérience survivent dans la réalité de l'esprit intérieur qui continue d'exister.

Lors de toute contestation dans l'univers entre des niveaux actuels de réalité, la personnalité du niveau supérieur finit par triompher de celle du niveau inférieur. Ce résultat inévitable des controverses d'univers est inhérent au fait que la divinité de qualité égale le degré de réalité ou d'actualité de toute créature douée de volonté. Le mal non dilué, l'erreur complète, le péché volontaire et l'iniquité sans mélange conduisent de manière inhérente et automatique au suicide. De telles attitudes d'irréalités cosmiques ne peuvent survivre dans l'univers qu'en raison d'une miséricordieuse tolérance provisoire, en attendant que les mécanismes des tribunaux universels de jugement en droiture aient opéré en fixant ce qui est juste et en découvrant ce qui est équitable. La règle des Fils Créateurs dans les univers locaux consiste à créer et à spiritualiser. Ces Fils se consacrent à exécuter effectivement le plan paradisiaque d'ascension progressive des mortels, à réhabiliter les rebelles et les penseurs à idées fausses. Mais, lorsque tous ces efforts affectueux ont été définitivement rejetés, le décret final de dissolution est exécuté par des forces agissant sous la juridiction des Anciens des Jours.

  • La miséricorde divine La miséricorde est simplement la justice tempérée par ce type de sagesse qui résulte de la parfaite connaissance et de la complète reconnaissance de la faiblesse naturelle des créatures finies et des handicaps dus à leur environnement. « Notre Dieu est plein de compassion, faisant grâce, longanime et prodigue de miséricorde. » C'est pourquoi « quiconque fera appel au Seigneur sera sauvé », « car il pardonnera abondamment ». « La miséricorde du Seigneur va d'éternité en éternité. » Oui, « sa miséricorde subsiste à toujours ». « Je suis le Seigneur qui pratique la bienveillance affectueuse, le jugement et la droiture sur terre, car en ces choses je prends plaisir. » « Je n'afflige pas volontiers et ne chagrine pas les enfants des êtres humains », car je suis « le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation ». Dieu est spontanément bienveillant, compatissant par nature et perpétuellement miséricordieux. Il n'est jamais nécessaire de faire appel à une influence pour obtenir sa bienveillance affectueuse. Le besoin des créatures est entièrement suffisant pour donner libre cours à sa tendre miséricorde et à sa grâce salvatrice. Puisque Dieu sait tout ce qui concerne ses enfants, il lui est facile de pardonner. Mieux l'être humain comprend son prochain, plus il lui est facile de lui pardonner et même de l'aimer.

    Seul le discernement d'une sagesse infinie permet à un Dieu de droiture de procurer en même temps la justice et la miséricorde dans n'importe quelle situation de l'univers. Le Père céleste n'est jamais déchiré par des conflits d'attitude envers ses enfants de l'univers. Dieu n'est jamais victime d'antagonismes dans sa manière de voir. L'omniscience de Dieu dirige infailliblement son libre arbitre dans le choix de sa conduite dans l'univers pour satisfaire parfaitement, simultanément et également les exigences de tous ses divins attributs et les qualités infinies de son éternelle nature. La miséricorde est la progéniture naturelle et inévitable de la bonté et de l'amour. Il serait impossible à la bonne nature d'un Père aimant de refuser le sage ministère de miséricorde qu'il accorde à chaque membre de chaque groupe de ses enfants dans l'univers. L'éternelle justice et la divine miséricorde réunies constituent ce qu'on appellerait l'équité dans l'expérience humaine.

    La miséricorde divine représente une technique d'équité pour ajuster les niveaux de perfection et d'imperfection de l'univers. La miséricorde est la justice de la Suprématie adaptée aux situations du fini en évolution, la droiture de l'éternité modifiée pour faire face aux intérêts supérieurs et au bien-être universel des enfants du temps. La miséricorde n'est pas une violation de la justice, mais plutôt une interprétation compréhensive des exigences de la justice suprême lorsqu'elle est appliquée en équité aux êtres spirituels subordonnés et aux créatures matérielles des univers évolutionnaires. La miséricorde est la justice de la Trinité du Paradis, appliquée avec sagesse et amour aux multiples intelligences des créations du temps et de l'espace, telle que cette justice est formulée par la sagesse divine et déterminée par le mental omniscient et le libre arbitre souverain du Père Universel et de tous ses Créateurs associés.

  • Lire la suite : Justice Divine

    5 juin 2011

    La nature de Dieu

    Dans la mesure où le concept humain le plus élevé possible de Dieu est contenu dans l'idée et l'idéal humains d'une personnalité primordiale et infinie, il est permis et il pourrait être utile d'étudier certaines caractéristiques de la nature divine qui constituent le caractère de la Déité.

    Le meilleur moyen de comprendre la nature de Dieu est la révélation du Père telle que Jésus-Christ Michael l'a développée dans ses multiples enseignements et sa magnifique vie humaine dans la chair. L'être humain peut aussi mieux comprendre la nature divine s'il se considère comme un enfant de Dieu et s'il vénère le Créateur du Paradis comme un vrai Père spirituel.

    On peut étudier la nature de Dieu dans une révélation d'idées suprêmes, on peut envisager le caractère divin comme un portrait d'idéaux célestes, mais, de toutes les révélations de la nature divine, on trouve la plus illuminante et la plus spirituellement édifiante en comprenant la vie religieuse de Jésus de Nazareth avant et après qu'il eut atteint la pleine conscience de sa divinité. Si l'on prend pour arrière-plan de la révélation de Dieu à l'être humain la vie incarnée de Jésus-Christ Michael, on peut essayer de formuler en symboles verbaux humains certaines idées et certains idéaux concernant la nature divine qui pourraient contribuer à éclairer davantage et à unifier le concept humain de la nature et du caractère de la personnalité du Père Universel.

    Dans tous nos efforts pour amplifier et spiritualiser le concept humain de Dieu, nous sommes extraordinairement handicapés par la capacité limitée du mental humain. Nous souffrons également d'un sérieux handicap dans l'exécution de notre mission du fait des limitations du langage et de la pauvreté des matériaux utilisables pour donner des exemples ou des comparaisons. Cela nous gêne dans nos efforts pour dépeindre des valeurs divines et présenter des significations spirituelles au mental fini et mortel des êtres humains. Toutes nos tentatives pour amplifier le concept humain de Dieu seraient à peu près futiles si le mental humain n'était pas habité par l'Esprit intérieur effusé par le Père Universel et s'il n'était pas pénétré par l'Esprit de Vérité du Fils Créateur. Comptant donc sur la présence de ces esprits divins dans le coeur de l'être humain pour aider à élargir le concept de Dieu, entreprenons allègrement d'exécuter notre mandat d'essayer de dépeindre plus complètement la nature de Dieu au mental humain.

  • L'infinité de Dieu « Touchant l'Infini, nous ne pouvons le découvrir. Les empreintes divines ne sont pas connues. » « L'entendement de Dieu est infini et sa grandeur est insondable. » La lumière aveuglante de la présence du Père est telle que, pour ses humbles créatures, il paraît « habiter dans d'épaisses ténèbres ». Non seulement ses pensées et ses plans sont insondables, mais « il fait d'innombrables choses grandes et merveilleuses. » « Dieu est grand. Nous ne le comprenons pas et nous ne pouvons pas évaluer le nombre de ses années. » « Dieu habitera-t-il vraiment sur la terre ? Voici, le ciel (l'univers) et le ciel des cieux (l'univers des univers) ne peuvent le contenir. » « Combien ses jugements sont insondables et ses voies indécouvrables ! »

    « " Il n'y a qu'un seul Dieu, le Père Infini, qui est aussi un Créateur fidèle. » « Le divin Créateur est également le Dispensateur Universel, la source et la destinée des âmes. Il est l'Âme Suprême, le Mental Primordial et l'Esprit Illimité de toute création. » « Le grand Contrôleur ne fait pas d'erreurs. Il resplendit de majesté et de gloire. » « Le Dieu Créateur est entièrement dépourvu de crainte et d'inimitié. Il est immortel, éternel, existant par soi, divin et généreux. » « Combien pur et beau, combien profond et insondable est l'Ancêtre céleste de toutes choses. » « L'Infini est très excellent du fait qu'il se fait connaître aux êtres humains. Il est le commencement et la fin, le Père de tout dessein bon et parfait. » « Avec Dieu, toutes choses sont possibles. L'éternel Créateur est la cause des causes. »

    Bien que sa personnalité éternelle et universelle se manifeste par une infinité de prodiges, le Père est inconditionnellement conscient de sa propre infinité et de son éternité. De même, il connaît pleinement sa perfection et son pouvoir. En dehors de ses divins coordonnés, il est le seul être dans l'univers qui s'évalue lui-même de façon parfaite, correcte et complète.

    Le Père fait constamment et infailliblement face aux besoins résultant des variations qui sont exigées de lui à mesure que des changements s'effectuent de temps à autre dans diverses sections de son maitre-univers. Le grand Dieu se connaît et se comprend. Il est infiniment conscient de tous ses attributs primordiaux de perfection. Dieu n'est ni un accident cosmique ni un expérimentateur d'univers. Les Souverains des Univers peuvent s'engager dans des aventures. Les Pères des Constellations peuvent faire des expériences. Les chefs des systèmes de mondes peuvent s'entrainer. Mais le Père Universel voit la fin depuis le commencement; son plan divin et son dessein éternel embrassent et comprennent effectivement toutes les expériences et aventures de tous ses subordonnés dans tous les mondes, systèmes et constellations de tous les univers de ses vastes domaines.

    Aucune chose n'est nouvelle pour Dieu et nul évènement cosmique n'arrive par surprise; Dieu habite le cercle de l'éternité. Ses jours n'ont ni commencement ni fin. Pour Dieu, il n'y a ni passé, ni présent, ni futur. La totalité du temps est présente à tout instant. Il est le grand et seul JE SUIS. Le Père Universel est infini dans tous ses attributs, d'une manière absolue et inconditionnelle. Ce fait en lui-même et de lui-même le coupe de toute communication personnelle directe avec des êtres matériels finis et d'autres intelligences inférieures créées.

    Les contacts et les communications avec les multiples créatures nécessitent donc des dispositifs qui ont été classés en trois catégories. Premièrement, la personnalité des Fils Paradisiaques de Dieu, qui, bien que parfaits en divinité, participent souvent de la nature de la chair et du sang mêmes des races planétaires, devenant l'un de vous et un avec vous. C'est ainsi que Dieu devient pour ainsi dire être humain, comme cela est arrivé dans l'effusion de Jésus-Christ Michael, qui fut appelé alternativement Fils de Dieu et Fils de l'Homme. Et deuxièmement, il y a les personnalités de l'Esprit Infini, les divers ordres des armées séraphiques et d'autres intelligences célestes qui approchent les êtres matériels d'humble origine, leur apportent leur ministère et les servent de tant de manières. Et troisièmement, il y a les Moniteurs impersonnels de Mystère, les Esprits intérieurs, le don effectif du grand Dieu lui-même, envoyés pour habiter des êtres tels que les humains de la Terre, et cela sans avertissement ni explication. Depuis les altitudes de gloire, ils descendent en profusion intarissable pour honorer et habiter l'humble mental des mortels qui possèdent en fait ou en potentiel la capacité d'être conscients de Dieu. De cette manière et de beaucoup d'autres, par des moyens qui nous sont inconnus et dépassent entièrement la compréhension finie, le Père du Paradis abaisse volontairement son infinité avec amour, la modifie, la dilue et l'atténue en vue de pouvoir se rapprocher du mental fini de ses enfants créés. Ainsi, par une série de répartitions de personnalités de moins en moins absolues, le Père infini peut jouir d'un contact étroit avec les diverses intelligences des nombreux royaumes de son vaste univers.

    Tout ceci, il l'a fait, il le fait et il continuera indéfiniment à le faire, sans porter le moins du monde atteinte au fait et à la réalité de son infinité, de son éternité et de sa primauté. Et toutes ces choses sont absolument vraies malgré la difficulté qu'il y a à les comprendre, malgré le mystère qui les voile et malgré l'impossibilité pour des créatures semblables aux habitants de la Terre de les saisir pleinement.

    Du fait que le Père Premier est infini dans ses plans et éternel dans ses desseins, il y a impossibilité inhérente chez tout être fini de jamais saisir ou comprendre dans leur plénitude ces plans et desseins divins. L'être humain mortel ne peut entrevoir les buts du Père que çà et là, de temps à autre, à mesure qu'ils sont révélés en rapport avec l'exécution du plan d'ascension des créatures sur ses niveaux successifs de progression dans l'univers. Bien que l'être humain ne puisse comprendre dans sa totalité ce que signifie l'infinité, il est tout à fait certain que le Père infini comprend pleinement et enveloppe d'amour toute la nature finie de tous ses enfants dans tous les univers. Le Père partage la divinité et l'éternité avec un grand nombre d'êtres supérieurs du Paradis, mais nous nous demandons s'il partage pleinement l'infinité et la primauté universelle qu'elle comporte, avec d'autres que ses associés coordonnés de la Trinité du Paradis. L'infinité de la personnalité doit nécessairement englober toute finitude de la personnalité; d'où la vérité – une vérité littérale – de l'enseignement proclamant " qu'en Lui nous vivons, nous nous mouvons et nous avons notre existence ". Le fragment de pure Déité du Père Universel qui habite l'être humain mortel est une partie de l'infinité de la Grande Source-Centre Première, le Père des Pères.

  • La perfection éternelle de Dieu Même nos anciens prophètes comprenaient l'éternelle nature circulaire, sans commencement ni fin, du Père Universel. Dieu est littéralement et éternellement présent dans son univers des univers. Il habite le moment présent avec toute sa majesté absolue et son éternelle grandeur. « Le Père a la vie en lui-même et cette vie est la vie éternelle. » Tout au long de l'éternité des âges, ce fut le Père « qui donne la vie à tous ». Il y a perfection infinie dans l'intégrité divine. « Je suis le Seigneur, je ne change pas. » Notre connaissance de l'univers des univers révèle non seulement qu'il est le Père des lumières, mais aussi que, dans sa conduite des affaires interplanétaires « il n'y a ni variation ni ombre de changement ». « Il proclame la fin depuis le commencement ». Il dit : « Mon dessein subsistera. J'accomplirai tout ce qui me plaît » « selon le dessein éternel que j'ai établi dans mon Fils. » Ainsi, les plans et desseins de la Source-Centre Première sont comme elle-même éternels, parfaits et invariants pour toujours.

    Il y a complétude finale et parfaite plénitude dans les commandements du Père. « Tout ce que Dieu fait subsistera toujours. Rien ne peut y être ajouté et rien ne peut en être retranché. » Le Père Universel ne revient pas sur ses desseins originels de sagesse et de perfection. Ses plans sont fermes, son intention est immuable, en même temps que ses actes sont divins et infaillibles. « Mille ans à sa vue sont comme le jour d'hier quand il est passé et comme une veille dans la nuit. » La perfection de la divinité et la grandeur de l'éternité sont pour toujours impossibles à saisir pleinement par le mental circonscrit des mortels. Les réactions d'un Dieu immuable dans l'exécution de son dessein éternel peuvent paraître varier selon le comportement changeant et le mental mouvant des intelligences qu'il a créées. Autrement dit, ces réactions peuvent varier en apparence et superficiellement. Mais, sous la surface et au-dessous de toute manifestation extérieure, le dessein invariant, le plan perpétuel de l'éternel Dieu, reste toujours présent.

    A l'extérieur, dans les univers, il faut bien que la perfection soit un terme relatif, mais, dans l'univers central et spécialement au Paradis, la perfection est indivise; dans certaines phases, elle est même absolue. Les manifestations de la Trinité varient le spectacle de la perfection divine, mais sans atténuer cette perfection. La perfection primordiale de Dieu ne consiste pas en une droiture présumée, mais plutôt en la perfection inhérente à la bonté de sa nature divine. Dieu est final, complet et parfait. Rien ne manque à la beauté et à la perfection de son caractère droit. Et tout l'agencement des existences vivantes sur les mondes de l'espace est axé sur le dessein divin d'élever toutes les créatures douées de volonté jusqu'à une haute destinée, l'expérience de partager la perfection paradisiaque du Père. Dieu n'est ni centré sur soi ni contenu en soi. Il ne cesse jamais de s'effuser sur toutes les créatures conscientes d'elles-mêmes dans le vaste univers des univers. Dieu est éternellement et infiniment parfait. Il ne peut personnellement connaître l'imperfection sous forme d'expérience propre, mais il partage la conscience de toute l'expérience d'imperfection chez toutes les créatures qui luttent dans les univers évolutionnaires de tous les Fils Créateurs du Paradis. Le contact personnel et libérateur du Dieu de perfection couvre de son ombre le coeur de tous les mortels qui se sont élevés jusqu'au niveau universel de discernement moral et met en circuit leur nature. De cette manière, aussi bien que par les contacts de sa présence divine, le Père Universel participe effectivement aux expériences que tous les êtres moraux de l'ensemble de l'univers font avec l'immaturité et l'imperfection au long de leur carrière évolutionnaire.

    Les limitations humaines, le mal potentiel, ne font pas partie de la nature divine. Mais l'expérience mortelle avec le mal et toutes les relations humaines avec lui font certainement partie chez Dieu d'une réalisation de soi toujours plus étendue au travers des enfants du temps – les créatures douées de responsabilité morale qui ont été créées ou développées par chacun des Fils Créateurs sortant du Paradis.

  • Lire la suite : Père Universel

    4 juin 2011

    Personnalité dans l'univers

    La personnalité humaine est l'ombre-image projetée dans l'espace-temps par la personnalité du divin Créateur. Or, nulle actualité ne saurait être comprise convenablement par l'examen de son ombre. Il faudrait interpréter les ombres en fonction de la vraie substance.

    Pour la science, Dieu est une cause, pour la philosophie, il est une idée et, pour la religion, il est une personne, précisément le Père céleste et aimant. Pour les savants, Dieu est une force primordiale, pour les philosophes, une hypothèse d'unité, pour les personnes religieuses, une vivante expérience spirituelle. L'être humain a un concept inadéquat de la personnalité du Père Universel, et ce concept ne peut être amélioré que par le progrès spirituel des êtres humains dans l'univers. Il ne deviendra vraiment adéquat qu'au moment où les pèlerins du temps et de l'espace atteindront finalement au Paradis le divin embrassement du Dieu vivant.

    N'oubliez jamais que les points de vue de la personnalité conçus par Dieu et par l'être humain sont aux antipodes l'un de l'autre. L'être humain considère et comprend la personnalité en regardant du fini vers l'infini, alors que Dieu regarde de l'infini vers le fini. La personnalité de l'être humain est du type le plus bas. Celle de Dieu est la plus élevée. Elle est même suprême, ultime et absolue. Il a donc fallu que les concepts améliorés de la personnalité divine attendent patiemment l'apparition d'idées meilleures sur la personnalité humaine, et en particulier une révélation supérieure de la personnalité à la fois divine et humaine dans la vie d'effusion sur Terre de Jésus-Christ Michael, le Fils Créateur.

    L'esprit divin prépersonnel qui habite le mental humain apporte par sa seule présence la preuve valable de son existence réelle, mais le concept de personnalité divine ne peut être saisi que par la clairvoyance spirituelle résultant d'une expérience religieuse personnelle et authentique. Toute personne, humaine ou divine, est susceptible d'être connue et comprise entièrement en dehors des réactions externes ou de la présence matérielle de cette personne.

    Pour une amitié entre deux personnes, un certain degré d'affinité morale et d'harmonie spirituelle est essentielle. Une personnalité aimante ne peut guère se révéler à une personne dépourvue d'amour. Même, pour qu'un être humain approche la connaissance d'une personnalité divine, il faut qu'il consacre totalement à cet effort tous les dons de personnalité dont il est nanti. Une dévotion partielle et sans enthousiasme sera inefficace.

    Mieux un être humain se comprend complètement lui-même, et apprécie les valeurs de personnalité de ses compagnons, plus il aura soif de connaître la Personnalité Originelle, et plus ardemment cet être humain connaissant Dieu s'efforcera de devenir semblable à la Personnalité Originelle. On peut discuter des opinions sur Dieu, mais l'expérience en lui et avec lui existe au-dessus et au delà de toute controverse humaine et de la simple logique intellectuelle. L'être humain qui connaît Dieu décrit ses expériences spirituelles non pas pour convaincre les incroyants, mais pour édifier et satisfaire mutuellement les croyants.

    Admettre que l'univers peut être connu et qu'il est intelligible, c'est admettre qu'il est construit par un mental et dirigé par une personnalité. Le mental de l'être humain ne peut que percevoir les phénomènes mentaux dans un autre mental, qu'il soit humain ou suprahumain. Si la personnalité de l'être humain peut faire l'expérience de l'univers, c'est qu'il y a un mental divin et une personnalité actuelle recélés quelque part dans cet univers.

    Dieu est esprit-personnalité spirituelle. L'être humain est également un esprit-personnalité spirituelle potentielle. Jésus de Nazareth atteignit la pleine réalisation de ce potentiel de la personnalité spirituelle dans l'expérience humaine. C'est pourquoi la vie où il a accompli la volonté du Père est devenue pour l'être humain la révélation la plus complète et la plus idéale de la personnalité de Dieu. Bien que l'on ne puisse saisir la personnalité du Père Universel que dans une expérience religieuse effective, la vie terrestre de Jésus nous inspire par la démonstration parfaite d'une telle réalisation et d'une telle révélation de la personnalité de Dieu dans une expérience vraiment humaine.

    Ni mathématiques, ni logique, ni philosophie ne peuvent saisir la réalité ultime de l'univers, seule peut y parvenir l'expérience personnelle se conformant progressivement à la volonté divine d'un Dieu personnel. Ni science, ni philosophie, ni théologie ne peuvent valider la personnalité de Dieu. Seule l'expérience personnelle des fils du Père céleste par la foi peut amener la réalisation actuelle et spirituelle de la personnalité de Dieu.

  • Lire la suite : Vous Êtes Dieu !

    3 juin 2011

    Personnalité du Père Universel

    Ne permettez pas à la grandeur de Dieu, à son infinité, d'obscurcir ou d'éclipser sa personnalité.

    « Celui qui a dessiné l'oreille n'entendra-t-il pas ? Celui qui a formé l'oeil ne verra-t-il pas ? » Le Père Universel est le summum de la personnalité divine. Il est l'origine et la destinée de la personnalité à travers toute la création. Dieu est à la fois infini et personnel, il est une personnalité infinie. Le Père est vraiment une personnalité, bien que l'infinité de sa personne le place pour toujours au delà de la pleine compréhension des êtres matériels et finis.

    Dieu est bien plus qu'une personnalité telle que le comprend le mental humain. Il dépasse même largement tout concept d'une superpersonnalité. Mais il est absolument futile de discuter ces concepts incompréhensibles de la personnalité divine avec le mental des créatures matérielles dont le concept le plus élevé de la réalité d'être consiste en l'idée et l'idéal de personnalité. Le plus haut concept possible du Créateur Universel par une créature matérielle est englobé dans les idéaux spirituels de l'idée exaltée de la personnalité divine. Donc, bien que nous puissions savoir que Dieu doit être beaucoup plus que la conception humaine de la personnalité, nous savons bien aussi que le Père Universel ne peut pas être moins qu'une personnalité éternelle, infinie, véritable, bonne et belle.

    Dieu ne se dissimule à aucune de ses créatures. Il est inapprochable par de si nombreux ordres d'êtres seulement parce qu'il « demeure dans une lumière que nulle créature matérielle ne peut approcher ». L'immensité et la grandeur de la personnalité divine dépassent la portée du mental imparfait des mortels évolutionnaires. Dieu « mesure les eaux dans le creux de sa main, et un univers avec l'empan de sa main. C'est lui qui est assis sur l'orbite de la terre, lui qui étend les cieux comme un rideau et les déploie comme un univers pour qu'on l'habite ». « Levez les yeux au ciel et voyez qui a créé toutes ces choses, qui fait sortir par nombre leurs mondes, et les appelle tous par leur nom ». C'est ainsi en vérité que les « choses invisibles de Dieu se comprennent partiellement par les choses qui sont faites ». Aujourd'hui et tels que nous sommes, il nous faut discerner l'Artisan invisible à travers sa création multiple et diverse, ainsi que par la révélation et le ministère de ses Fils et de leurs nombreux subordonnés.

    Bien que les mortels matériels ne puissent voir la personne de Dieu, ils devraient se réjouir dans l'assurance qu'il est une personne. Acceptez par la foi la vérité dépeignant le Père Universel comme ayant tant aimé le monde qu'il a pourvu à l'éternelle progression spirituelle de ses humbles habitants. « Il trouve sa joie dans ses enfants ». Dieu n'est dépourvu d'aucun de ces attributs suprahumains et divins qui constituent une personnalité de Créateur parfaite, éternelle, aimante et infinie.

    Dans les créations locales, (à l'exclusion du personnel des superunivers), Dieu n'a pas de manifestation personnelle ou résidentielle, sauf par les Fils Créateurs du Paradis, qui sont les pères des mondes habités et les souverains des univers locaux. Si un être créé avait une foi parfaite, il saurait assurément qu'en ayant vu un Fils Créateur il a vu le Père Universel. En cherchant le Père, il ne demanderait ni ne s'attendrait à voir autre chose que le Fils. Purement et simplement, l'être humain mortel ne peut voir Dieu avant d'avoir achevé une transformation spirituelle complète et effectivement atteint le Paradis.

    La nature des Fils Créateurs du Paradis n'englobe pas tous les potentiels non qualifiés de l'absoluité universelle de la nature infinie de la Source-Centre Première, mais le Père Universel est divinement présent de toutes les manières chez les Fils Créateurs. Le Père et ses Fils sont un. Ces Fils paradisiaques de l'ordre des Michaels sont des personnalités parfaites et sont même le modèle de toutes les personnalités d'un univers local, depuis la Radieuse Étoile du Matin (Gabriel) jusqu'aux créatures humaines les plus humbles de l'évolution animale progressive.

    Sans Dieu, et à défaut de sa personne grandiose et centrale, il n'y aurait aucune personnalité dans la totalité du vaste univers des univers. Dieu est personnalité.

    Bien que Dieu soit un pouvoir éternel, une présence majestueuse, un idéal transcendant et un esprit glorieux, bien qu'il soit tout cela et infiniment plus, il est néanmoins éternellement et vraiment une parfaite personnalité de Créateur, une personne qui peut « connaître et être connue », qui peut « aimer et être aimée », et qui peut nous témoigner de l'amitié; en même temps nous pouvons être connu comme l'ami de Dieu, ainsi que d'autres humains l'ont été. Il est un esprit réel et une réalité spirituelle.

    Tandis que nous voyons le Père Universel révélé partout dans son univers, tandis que nous le discernons habitant ses myriades de créatures, tandis que nous le contemplons dans la personne de ses Fils Souverains, tandis que nous continuons de ressentir sa divine présence ici et là, proche et lointaine, ne mettons pas en doute et ne contestons pas la primauté de sa personnalité. Malgré l'immensité de toutes ces distributions, Dieu reste une vraie personne et maintient perpétuellement une liaison personnelle avec la multitude innombrable de ses créatures dispersées d'un bout à l'autre de l'univers des univers.

    L'idée de la personnalité du Père Universel est un concept de Dieu agrandi et plus vrai, qui est parvenu à l'humanité principalement par révélation. La raison, la sagesse et l'expérience religieuse infèrent et impliquent toutes la personnalité de Dieu, mais ne la valident pas entièrement. Même l'esprit intérieur est prépersonnel. La vérité et la maturité d'une religion sont directement proportionnelles à son concept de la personnalité infinie de Dieu, et à son degré de compréhension de l'unité absolue de la Déité. L'idée d'une Déité personnelle mesure alors la maturité religieuse, après que la religion a formulé au préalable le concept de l'unité de Dieu.

    La religion primitive avait de multiples dieux personnels, et ils étaient façonnés à l'image de l'être humain. La révélation affirme la validité du concept de personnalité de Dieu, ce qui n'est qu'une simple possibilité dans le postulat scientifique d'une Cause Première et n'est suggérée que sous condition dans l'idée philosophique de l'Unité Universelle. C'est seulement par la voie de la personnalité qu'une personne peut commencer à comprendre l'unité de Dieu. Si l'on nie la personnalité de la Source-Centre Première, il ne reste qu'une alternative philosophique : matérialisme ou panthéisme.

    En contemplant la Déité, il faut dépouiller le concept de personnalité de l'idée de corporéité. Ni chez l'être humain ni chez Dieu, un corps matériel n'est indispensable pour une personnalité. L'erreur de la corporéité apparaît dans les deux extrêmes de la philosophie humaine. Dans le matérialisme, l'être humain cesse d'exister en tant que personnalité puisqu'il perd son corps à son décès. Dans le panthéisme, Dieu n'est pas une personne puisqu'il n'a pas de corps. Le type suprahumain de personnalité progressive fonctionne dans une union de mental et d'esprit.

    La personnalité n'est pas simplement un attribut de Dieu. Elle représente plutôt la totalité de la nature infinie coordonnée et de la volonté divine unifiée, parfaitement exprimée en éternité et universalité. Au sens suprême, la personnalité est la révélation de Dieu à l'univers des univers.

    Dieu, étant éternel, universel, absolu et infini, ne grandit pas en connaissance et n'augmente pas en sagesse. Dieu n'acquiert pas d'expérience comme l'être humain fini pourrait le conjecturer ou le comprendre. Mais, dans les royaumes de sa propre personnalité éternelle, il goute vraiment ces expansions continues de réalisation de soi qui sont dans une certaine mesure comparables et analogues à l'acquisition d'une expérience nouvelle par les créatures finies des mondes évolutionnaires.

    La perfection absolue du Dieu infini le conduirait à souffrir les affreuses limitations de la finalité non qualifiée de la perfection s'il n'y avait pas le fait que le Père Universel participe directement à la lutte de la personnalité de toutes les âmes imparfaites du vaste univers qui cherchent, avec l'aide divine, à faire l'ascension des mondes d'en haut spirituellement parfaits. Cette expérience progressive de chaque être spirituel et de chaque créature mortelle dans tout l'univers des univers fait partie de la conscience de Déité toujours croissante du Père concernant le cercle divin et sans fin de la réalisation perpétuelle de soi.

    Il est littéralement vrai que : « Dans toutes nos afflictions, il est affligé. » « Dans tous nos triomphes, il triomphe en nous et avec nous. » Son divin esprit prépersonnel est réellement une partie de nous. L'Ile du Paradis répond à toutes les métamorphoses physiques de l'univers des univers. Le Fils Éternel inclut toutes les impulsions d'esprit de toute la création. L'Esprit Infini englobe toutes les expressions mentales du cosmos en expansion. Le Père Universel réalise dans la plénitude de la conscience divine toute l'expérience individuelle gagnée au cours des luttes progressives soutenues par les forces mentales croissantes et les esprits ascendants de chaque entité, être et personnalité de l'ensemble de la création évolutionnaire du temps et de l'espace. Et tout ceci est littéralement vrai, car « en Lui nous vivons tous, nous nous mouvons et nous avons notre existence ».

  • Lire la suite : Programme Personnel

    2 juin 2011

    Fais-moi toujours confiance

    Je ne soupçonne jamais rien. Je connais les choses. Je ne peux jamais soupçonner des choses te concernant, parce que je te connais, et je connais tout de toi.

    Lorsque tu penses quelque chose, ou que tu dis quelque chose, je suis en mesure de savoir très exactement jusqu’où va ta sincérité concernant cette affirmation particulière, ou cette pensée. Je ne peux pas être trompé, que ce soit intentionnellement, ou pas. A cause de tes limitations présentes, tes intentions ne sont, par moment, pas ce que tu dis ou ce que tu penses. De telles contradictions, qui impliquent ta volonté, ta pensée et tes actions, peuvent être diminuées dans ta vie proportionnellement au renforcement de la consécration de ta volonté à faire la volonté du Père.

    Ne sois pas découragé si tu sens que tu n’es pas prêt. Tu as déjà affirmé que je puis employer tout ce qui est nécessaire pour t’amener vers une meilleure consécration de ta volonté à faire la volonté du Père. Je connais aussi tes préoccupations de ce que cela peut être, et encore une fois, je te dis que je t’aime, et que je ne te ferai jamais de mal. Considérant le chemin que tu vas parcourir, tu n’es encore qu’un enfant, qui ne fait que se lancer sur la route menant vers la perfection. Ainsi, mon enfant, fais-moi toujours confiance, et je vais t’y amener. Je sais que par moments tu ne peux pas être certain de tes actions, mais ne sois pas inquiet. Je comprends toujours ce qui se passe chez toi.

    Il y a toujours des récurrences non désirées dans ta vie que tu as abandonnées en t’en occupant. Tu sembles croire que c’est inutile de les surmonter. Aussi, certaines choses ne sont pas destinées à être surmontées. Elles font partie de ta nature humaine et, de certaines façons, ce qu’elles sont supposées accomplir en toi, sera tien pour toujours. Tout ce qui est mal devrait être supprimé, mais tout ce qui fait partie inhérente de ton humanité, doit simplement être équilibré.

    La seule chose qui pourrait mettre une barrière entre nous, serait que consciemment et volontairement tu embrasses le mal dans tes pensées ou dans tes actions. Quoi que tu fasses, même si ce n’est pas le meilleur choix, assure-toi que cela ne cause aucun mal à autrui intentionnellement, y compris à toi-même, et plus que tout, ne pas y prendre plaisir. La meilleure qualité qui assure ta croissance permanente, est ton sens de la loyauté. Ainsi, mon enfant, continue de rester loyal envers ton choix de faire la volonté du Père, et tes besoins du lendemain se résoudront d’eux-mêmes.

  • Lire la suite : Mensonges et Mystifications

    1er juin 2011

    Dieu est un esprit universel

    « Dieu est esprit. » Il est une présence spirituelle universelle. Le Père Universel est une réalité spirituelle infinie. Il est « le seul vrai Dieu souverain, éternel, immortel et invisible. »

    Bien que nous soyons « la progéniture de Dieu », il ne faut pas croire que le Père nous ressemble par la forme et le physique parce qu'on a dit que nous avions été « créés à son image » – habités par des Esprits intérieurs dépêchés de la résidence centrale de sa présence éternelle. Les êtres d'esprit sont réels, bien qu'ils soient invisibles aux yeux humains et n'aient ni chair ni sang.

    Un voyant des anciens temps a dit : « Voici, il marche auprès de moi, et je ne le vois pas. Il continue aussi son chemin, mais je ne le perçois pas. » Nous pouvons observer constamment les oeuvres de Dieu, nous pouvons être hautement conscients des preuves matérielles de sa conduite majestueuse, mais il est rare que nous puissions contempler la manifestation visible de sa divinité, pas même pour apercevoir la présence de l'esprit qu'il a délégué pour habiter l'être humain.

    Si le Père Universel est invisible, ce n'est pas parce qu'il se cache des créatures inférieures ayant des handicaps matériels et des dons spirituels limités. La situation est plutôt la suivante : « Vous ne pouvez voir ma face, car aucun mortel ne peut me voir et vivre. » Nul être humain matériel ne saurait contempler l'esprit de Dieu et préserver son existence de mortel. Il est impossible aux groupes inférieurs d'êtres spirituels et à tous les ordres de personnalités matérielles d'approcher la gloire et l'éclat spirituel de la présence de la personnalité divine. La luminosité spirituelle de la présence personnelle du Père est « une lumière que nul être humain mortel ne peut approcher, que nulle créature matérielle n'a vue et ne peut voir ». Mais il n'est pas nécessaire de voir Dieu avec les yeux de la chair pour le discerner avec la vision-foi du mental spiritualisé.

    Le Père Universel partage pleinement sa nature spirituelle avec son moi coexistant, le Fils Éternel du Paradis. De la même manière, le Père et le Fils partagent tous deux, pleinement et sans réserve, l'esprit universel et éternel avec leur coordonné de personnalité conjoint, l'Esprit Infini. En lui-même et de par lui-même, l'esprit de Dieu est absolu. Dans le Fils, il est non qualifié. Chez l'Esprit, il est universel. Chez eux tous et par eux tous, il est infini.

    Dieu est un esprit universel. Dieu est la personne universelle. La réalité personnelle suprême de la création finie est esprit. La réalité ultime du cosmos personnel est esprit absonite. Seuls sont absolus les niveaux de l'infinité, et c'est seulement sur ces niveaux qu'il y a finalité d'unité entre matière, mental et esprit.

    Dans les univers, Dieu le Père est potentiellement le supercontrôleur de la matière, du mental et de l'esprit. Dans l'immensité de sa création, Dieu ne traite directement avec les personnalités douées de volonté qu'au moyen de son vaste circuit de personnalité. Mais, en dehors du Paradis, on ne peut le contacter que dans les présences de ses entités fragmentées, la volonté de Dieu au loin dans les univers. Cet esprit du Paradis, qui habite le mental des mortels du temps et y développe l'évolution de l'âme immortelle de la créature survivante, a la même nature et la même divinité que le Père Universel. Mais le mental de ces créatures évolutionnaires a son origine dans les univers locaux et il doit atteindre la perfection divine en accomplissant les transformations expérientielles d'aboutissement spirituel. Celles-ci se produisent inévitablement lorsqu'une créature a choisi de faire la volonté du Père qui est au cieux.

    Dans l'expérience intérieure de l'être humain, le mental est joint à la matière. Un tel mental lié à la matière ne peut survivre au décès du mortel. Pour embrasser la technique de la survie, il faut effectuer les ajustements de la volonté humaine et les transformations du mental mortel par lesquels un intellect conscient de Dieu se fait enseigner graduellement, et finalement conduire par l'esprit. De cette évolution du mental humain allant de l'association avec la matière à l'union avec l'esprit, il résulte une transmutation des phases potentiellement spirituelles du mental mortel en réalités morontielles de l'âme immortelle. Le mental humain soumis à la matière est destiné à devenir de plus en plus matériel et en conséquence à subir finalement l'extinction de la personnalité. Le mental qui s'est laissé dominer par l'esprit est destiné à devenir de plus en plus spirituel et à finalement atteindre l'unité ultime avec l'esprit divin qui survit et le guide, et de cette manière à atteindre la survie et l'éternité de l'existence de la personnalité.

  • Lire la suite : Esprit Infini

    31 mai 2011

    Fusion avec l’Esprit intérieur et plénitude de l’âme

    Oui, mon fils. Quand tu penses à fusionner et à devenir un avec la Présence de Dieu en toi, cela semble être quelque chose d’impossible – dans cette première étape de ta vie éternelle, en étant identifié avec ce corps et ce mental que tu utilises.

    C’est par le biais de ton âme que tu peux fusionner, cette possession qui est tienne et qui a été co-créée, comme un co-auteur, par la présence de Dieu en toi. Ton âme est très différente de ta mémoire, qui dépend de ton présent état mental. Pour toucher ton âme, ne serait-ce qu’un peu, tu dois t’asseoir et pas mal t’isoler du reste du monde, et quitter l’expérience pendant un moment, pour juste laisser monter à la surface quelques moments passés de ta vie, et être étonné de tout ce qui est toujours présent.

    Ainsi, cette âme qui est tienne est également une espèce d’enveloppe de ton moi conscient en ce moment même. Cette âme qui est tienne donne une signification et une valeur à tes aventures jour après jour. Elle a une part active dans ta vie, et est une part active de toi-même. Mais ta conscience, ce toi conscient à qui nous nous adressons, doit croître pour qu’un jour, en toute conscience, tu puisses te joindre à ce co-auteur de ta propre âme, cette présence de Dieu, en surpassant tes réactions de défense, en faisant confiance à quelque chose en toi qui est créatif car, littéralement tu co-crées ton chemin jour après jour.

    Fais le tour de la pièce du regard. Tu es le point de vue vivant de tout ce que tu perçois. C’est donc cela qui croît, mon fils – non seulement la conscience de toi-même, mais aussi de ce que tu es. Si tu prends de plus en plus de responsabilité, la capacité de répondre à la totalité de la situation augmente. Ta personnalité acquiert de véritables capacités. Tu peux voir ces capacités comme une sorte de richesse de l’âme. À mesure que ta conscience croît, ton âme devient de plus en plus remplie de la totalité de ton expérience. Ton âme devient de plus en plus consciente et ta personnalité de plus en plus capable de répondre. Ceci atteint un point où tu commences vraiment à approcher, en tant que personnalité, la Présence de Dieu en toi. Tu commences à prendre de plus en plus plaisir à cette totalité de toute ton expérience.

    Ainsi, tu peux voir combien ceci est une chose qui arrive rarement lorsque tu es tellement identifié avec ta vie, ton être physique, ou même au cours de nombreux états morontiels à venir. Ce ne sont pas seulement des étapes apportant plus de spiritualité – devenant de plus en plus spirituelles, ta conscience augmentant de plus en plus, ta créativité augmentant de plus en plus. Elles sont également appelées phases de dématérialisation. Car ce que tu es – pas seulement qui tu es – mais ce que tu es, change.

    Ceci atteint une proximité, proche, je pense – non pas égale, mais parallèle en quelque sorte. Tout d’un coup, toi et ton Esprit intérieur vous êtes simplement bien ensemble. C’est quelque chose que tu vas vraiment sentir arriver. Mais d’ici là, tu auras réalisé qu’il n’y a rien à craindre, bien que tu puisses le penser en ce moment. Ce que la présence même de Dieu en toi – en tant qu’être humain – t’encourage à faire, peut sembler rempli de frayeur à ton égo : tu peux ne pas vouloir le faire. Mais finalement tu réalises qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur, ni de Dieu, ni de la volonté de Dieu. Et tu choisiras de le faire. C’est le choix ultime. A ce moment, ta personnalité aura acquis la force de volonté pour accomplir cela. Ce n’est pas juste quelque chose qui se produit, mon fils. C’est le choix final et ultime, et le lâcher prise final envers cette vague notion que tu es entièrement seul, car la présence de Dieu était avec toi tout au long. Et ceci est juste une nouvelle réalisation finale de ce fait. Il est glorieux. La seule difficulté est que nous pourrions en discuter jusqu’à l’infini. Je veux seulement te donner une sensation de la façon dont tu es capable de croître vers ce moment.

  • Lire la suite : Éternelle Fusion

    30 mai 2011

    Le mystère de Dieu

    L'infinité de la perfection de Dieu est telle qu'elle fait de lui éternellement un mystère.

    Et le plus grand des mystères insondables de Dieu est le phénomène d'habitation divine dans le mental mortel. La manière dont le Père Universel séjourne chez les créatures du temps est le plus profond de tous les mystères de l'univers. La présence divine dans le mental de l'être humain est le mystère des mystères.

    Les corps physiques des mortels sont les "temples de Dieu". Bien que les Souverains Fils Créateurs approchent les créatures de leurs mondes habités et « attirent tous les êtres humains à eux »; bien qu'ils « se tiennent au seuil » de la conscience « et frappent » et se réjouissent d'entrer chez tous ceux qui acceptent « d'ouvrir les portes de leur coeur »; bien qu'existe cette communion personnelle intime entre les Fils Créateurs et leurs créatures mortelles, il n'en est pas moins vrai que les mortels ont quelque chose de Dieu lui-même qui habite effectivement en eux. Leur corps en est le temple.

    Quand nous en aurons fini ici-bas, quand nous aurons achevé notre parcours terrestre sous notre forme temporaire, quand nous aurons terminé notre voyage d'épreuve dans la chair, quand la poussière qui compose le tabernacle mortel sera « retournée à la terre d'où elle vient », alors, selon la révélation, « l'Esprit qui nous habite retournera à Dieu qui l'a donné ». Un fragment de Dieu, une partie intégrante de la divinité, séjourne en chaque être moral de cette planète. Ce fragment ne nous appartient pas encore par droit de possession, mais il est préparé intentionnellement pour ne faire qu'un avec nous si nous survivons à l'existence mortelle.

    Nous sommes constamment confrontés à ce mystère de Dieu. Nous sommes stupéfaits devant le déroulement croissant du panorama sans fin de la vérité concernant sa bonté infinie, sa miséricorde inépuisable, sa sagesse incomparable et son caractère superbe.

    Le mystère divin réside dans la différence inhérente qui existe entre le fini et l'infini, le temporel et l'éternel, la créature de l'espace-temps et le Créateur Universel, le matériel et le spirituel, l'imperfection de l'être humain et la perfection de la Déité du Paradis. Le Dieu d'amour universel se manifeste infailliblement à chacune de ses créatures dans la pleine mesure de la capacité de cette créature à saisir spirituellement les qualités de vérité, de beauté et de bonté divines.

    A tout être spirituel et à toute créature mortelle, dans chaque sphère et dans chaque monde de l'univers des univers, le Père Universel révèle tout ce qui peut être discerné ou compris de son moi gracieux et divin par ces êtres spirituels et ces créatures mortelles. Dieu ne fait pas acception de personnes, qu'elles soient spirituelles ou matérielles. La divine présence dont tout enfant de l'univers jouit à un moment donné n'est limité que par la capacité de cette créature de recevoir et de discerner les actualités spirituelles du monde supramatériel.

    En tant que réalité dans l'expérience spirituelle humaine, Dieu n'est pas un mystère. Mais, lorsqu'on essaye d'expliquer les réalités du monde de l'esprit au mental mortel d'ordre matériel, le mystère apparaît. Ces mystères sont si subtils et profonds que c'est seulement en les saisissant par la foi qu'un mortel connaissant Dieu peut réussir le miracle philosophique de la reconnaissance de l'Infini par le fini, et que les mortels évoluant sur les mondes matériels du temps et de l'espace peuvent discerner le Dieu éternel.

  • Lire la suite : Clé des Mystères

    29 mai 2011

    La paix de Jésus

    Avez-vous déjà laissé tomber un verre et regardé, impuissant, le verre heurter le sol ?

    Le verre a glissé de vos mains, et vous n’avez pas pu le rattraper. Vous pouviez tenter en y mettant tous vos efforts, mais vous n’auriez pas été capables de ressouder ces éclats de verre cassés. Car, une fois qu’un verre se brise, le mal est fait. Tout ce que vous pouvez faire désormais, c’est de prendre un balai et une pelle. Vous balayez les éclats dans la pelle et vous jetez les morceaux de verre dans la poubelle.

    Mais cette méthode n’est pas possible quand il est question de votre vie qui se retrouve brisée. Vous ne pouvez pas de façon parfaite ramasser les morceaux cassés de votre vie et les ramasser avant de les jeter à la poubelle. Car certains d’entre vous, pouvez le ressentir de cette façon. Votre vie est comme un verre que vous regardez alors qu’il heurte le sol. Vous essayez d’arrêter l’écrasement inévitable au sol, mais il y a un fracas révoltant et les morceaux de votre vie volent en éclat sur l’ensemble du plancher. Quand votre vie a été brisée, les éclats peuvent-ils être ressoudés à nouveau ensemble ? Est-ce qu’une vie, une fois brisée, peut être à nouveau ressoudée ? Le verre de votre vie qui gît sur le plancher, brisé et cassé, peut-il être recollé, lisse et homogène ?

    Une telle chose semble impossible, n’est-ce pas ? Comment les morceaux brisés de votre vie peuvent-ils être reconstitués ensemble ? Ne savez-vous pas que Jésus est la résurrection et la vie ? Ne savez-vous pas qu’Il a le pouvoir sur la mort ? S’Il a ces pouvoirs, croyez-vous qu’Il puisse vous aider à réparer les morceaux cassés de vos vies brisées ? Il est prêt à vous aider. Il a hâte de rassembler les morceaux de votre vie, avec vous. Car ensemble avec Lui, rien n’est impossible.

    Quand votre vie gît brisée en morceaux sur le sol, venez à Lui. Il est un gentil et humble berger. Quand Il voit une brebis perdue et toute seule, bêlant plaintivement, Il charge cette dernière sur Ses épaules, et la ramène dans Son coeur. Car chaque larme que vous verserez Lui est précieuse. Il les compte toutes et les place dans le confinement de Son coeur. Quand votre vie est brisée, venez à Lui. Car, quand vous venez à Jésus, là vous trouverez une paix profonde et durable. En effet, n’est-ce pas ce dont vous avez tous besoin ?

    Car cela est un de Ses nombreux titres : Il est le Prince de la Paix. Il accorde cette paix librement. Il ne cherche pas de paiement ou de rémunération. En effet, une telle chose est liée à Sa personne même. Imaginez combien différent pourrait être le monde, si cette paix était quelque chose que possèderaient tous les peuples. La paix est si précieuse, si indispensable, et pourtant la paix manque tant dans le monde d’aujourd’hui. Il y a tellement de colère, tant de chagrin de coeur, tant de sang versé, tant de violence. Nous tous en bénéficierions tellement, si Sa paix pénétrait notre coeur et y demeurait tel un compagnon permanent.

    Il y a tellement de choses qui peuvent vous causer angoisse et douleur. Vous pouvez penser que les décisions que vous avez prises dans cette vie, vous ont conduits à la catastrophe. Maintenant vous vous tenez au milieu du verre brisé, seul et saignant. Nul n’est en mesure de comprendre. Personne d’autre n’a vécu ce que vous avez traversé. Pourtant, Jésus vous assure que vous n’êtes pas seul. Il vous assure que les choses dont vous souffrez sont très fréquentes. Mais quand vous souffrez de ces choses, cela donne vraiment l’impression de se sentir bien seul. Vous ne savez pas ce qui vous a conduit à ce point. Cela ressemble à une série de dominos mis en place : un domino en frappe un autre, et tous se mettent à s’écrouler. La vie peut être comme cela, vous pleurez parce que vous ne connaissez pas le moyen de vous en sortir. Vous pleurez parce que vos malheurs se sont accumulés à tel point que continuer semble vain.

    Jésus est la résurrection et la vie. S’Il a le pouvoir sur la mort, alors nous avons assurément le pouvoir sur les émotions perturbantes qui se sont accumulées au fil du temps. Si nous habitons Son coeur, alors Il séchera nos yeux. Il essuiera nos larmes. La paix qui vit en Lui, vivra en nous. Il n’y a rien qui vienne à notre rencontre pour troubler notre paix. Ces choses dont nous souffrons sont temporaires. Lorsque nous souffrons de détresse profonde et apparemment permanente, venons à Lui. Car Il ouvrira Son coeur, et nous fera entrer. Ne pleurez plus. Ne versez plus de larmes. Car ici, Il est le Prince de la paix, venu à votre secours, avec l’amour dans Son coeur. Car ici, Il est le Prince de la paix, venu à votre secours avec la paix qui est une partie même de Lui.

    En effet, vous pensez que lorsque un verre tombe de vos mains, et se brise au sol, qu’il n’y a rien à faire. Mais quand le verre de votre vie tombe de vos mains et frappe le sol avec une force révoltante, venez à Jésus. Car, en une fois, vous avez été dispersés, anéantis ou brisés en morceaux. Mais alors, Sa paix vous entoure et l’impossible devient possible. Un verre, une fois brisé, est désormais ressoudé. Un verre une fois brisé est homogène. Un verre une fois brisé, se retrouve à nouveau entier.

    Il peut faire ce qui semble impossible. Car une vie une fois anéantie et brisée au sol peut se retrouver reconstituée encore une fois. Il vous relèvera du sol et Il recollera les morceaux de votre vie. Alors que vous étiez en morceaux, gisant sur le sol, vous êtes maintenant restaurés, rajeunis, entiers. Car Jésus est la résurrection et la vie. Il prend les morceaux brisés de votre vie et Il en fait à nouveau un tout. Vous vous tenez devant Lui entier et parfait. Une vie restaurée à partir de la colle qu’Il possède dans sa pleine mesure.

    Oh, ne savez-vous pas que la colle qui maintient ensemble les morceaux de votre vie, c’est la paix de Jésus ? Lorsque vous êtes couchés sur le sol, anéantis et en morceaux, venez à Lui. Quand vous pleurez parce que la pression et la douleur sont devenues insupportables, venez à Lui. Quand vous sentez que vous ne pouvez pas continuer, venez à Lui. Quand vous sentez que cette vie ne sert à rien, venez à Lui. Venez à Jésus quand vous êtes abattus. Chaque fois que vous vous allongez sur le sol parmi les fragments de votre vie brisée, venez à Lui. Venez à Jésus, et Il vous entourera de Sa paix intarissable. Lorsque vous recevez cette paix, vous lèverez les yeux au ciel et direz : «Je suis complet, je suis entier, je suis entier à nouveau ! » Celui qui une fois a été anéanti et cassé sur le sol, est entier une fois de plus parce que la colle de la paix de Jésus a ressoudé une vie de nouveau en un tout.

    Nous sommes ses chers et précieux enfants. Venons à Jésus chaque fois que nous sommes brisés, et Il va nous rendre à la vie, encore une fois. Toujours, soyons dans la paix de Jésus.

  • Lire la suite : Heureux les Doux

    28 mai 2011

    Le but de la vie

    Les myriades de systèmes planétaires ont tous été faits pour être finalement habités par de nombreux types différents de créatures intelligentes, d'êtres qui peuvent connaître Dieu, recevoir l'affection divine et aimer Dieu en retour.

    L'univers des univers est l'oeuvre de Dieu et le lieu de résidence de ses diverses créatures. « Dieu a créé les cieux et formé la Terre. Il a établi l'univers et n'a pas créé ce monde en vain, il l'a formé pour être habité. »

    Tous les mondes illuminés reconnaissent et adorent le Père universel, l'auteur éternel et le soutien infini de toute la création. Dans les innombrables univers, les créatures douées de volonté ont entrepris le long, long voyage vers le Paradis, la lutte fascinante de l'aventure éternelle pour atteindre Dieu le Père. Le but transcendant des enfants du temps est de trouver le Dieu éternel, de comprendre la nature divine, de reconnaître le Père Universel. Les créatures qui connaissent Dieu n'ont qu'une ambition suprême, un seul désir brûlant, c'est d'être semblable dans leur propre sphère à ce qu'il est dans sa perfection paradisiaque de personnalité et dans sa sphère universelle de juste suprématie. Du Père Universel qui habite l'éternité est issu le commandement suprême : « Soyez parfaits comme moi-même je suis parfait. »

    En amour et miséricorde, les messagers du Paradis ont transmis cette divine exhortation à travers les âges et les univers, même jusqu'à des créatures d'origine animale aussi humbles que les races humaines de la Terre.

    Cette magnifique et universelle injonction de s'efforcer d'atteindre la perfection de la divinité est le premier devoir et devrait être la plus haute ambition de toutes les créatures qui se débattent dans la création du Dieu de perfection. Cette possibilité d'atteindre la perfection divine est la destinée finale et certaine de tout l'éternel progrès spirituel de l'être humain.

    Les mortels de la Terre ne peuvent guère espérer être parfaits au sens infini, mais il est entièrement possible à des êtres humains, débutant comme il le font sur cette planète, d'atteindre le but céleste et divin que le Dieu infini a fixé pour les mortels; et, lorsqu'ils auront accompli cette destinée, ils seront, en ce qui touche la réalisation du moi et l'aboutissement mental, tout aussi complets dans leur sphère de perfection divine que Dieu lui-même dans sa sphère d'infinité et d'éternité. Une telle perfection peut n'être pas universelle au sens matériel, ni sans limites en compréhension intellectuelle, ni finale en expérience spirituelle, mais elle est finale et complète sous tous les aspects finis concernant la divinité de la volonté, la perfection de motivation de la personnalité, et la conscience de Dieu.

    Tel est le véritable sens du commandement divin « Soyez parfaits comme moi-même je suis parfait » qui pousse toujours l'être humain mortel en avant et l'appelle vers l'intérieur dans cette longue et fascinante lutte pour atteindre des niveaux de valeurs spirituelles de plus en plus élevés et les véritables significations de l'univers. Cette recherche sublime du Dieu des univers est l'aventure suprême des habitants de tous les mondes du temps et de l'espace.

  • Lire la suite : Ile Centrale

    27 mai 2011

    L’amour s’accomplit dans la voie de la faiblesse

    L'amour est rendu parfait dans la faiblesse. Cela devrait être notre motivation pour continuer. Nous sommes les personnes les plus bénies dans tout l'univers. Nous devenons parfaits grâce à nos propres combats incessants.

    Vous vous demandez souvent pourquoi les choses sont si difficiles ici. Vous vous demandez souvent, pourquoi les choses doivent être si difficiles. Vous vous demandez souvent quelle est la finalité de tout cela. Il vous semble que les choses sont tellement vaines. Pourquoi la lutte sans fin ? Pourquoi l’anxiété et le regret perpétuels ? « Je ne comprends pas », dites-vous.

    C’est tellement vrai. Dans les mondes du temps et de l’espace, où vous avancez grâce au processus évolutionnaire, l’amour s’accomplit dans la faiblesse. Croyez-vous que l’amour pouvait être rendu parfait dans l’imperfection ? Eh bien, il existe une myriade d’êtres vivants qui ont été créés dans la perfection. Ils possèdent un amour qui est céleste. Ils ont des idéaux qui sont légendaires. Ils ont une moralité et une éthique irréprochables. Mais ils ont été conçus de cette manière. Ce n’est pas une critique, c’est tout simplement la façon dont ils ont été conçus.

    Mais vous n’avez pas commencé votre vie de cette façon. Vous êtes nés dans l’imperfection et l’immaturité. Tout ce que vous avez réalisé, vous l’avez gagné grâce à votre travail acharné et votre détermination. Vous avez combattu pour chaque parcelle. Vous avez lutté pour chaque miette. Vous avez souvent avancé, couchés sur la terre, vous lamentant sur votre sort. Vous êtes les plus bénis dans l’ensemble de l’univers, car vous faites l’acquisition de toutes ces choses grâce à vos propres efforts. Vous le gagnez, oui ! vraiment vous le gagnez.

    Ces choses que vous traversez sont responsables de la croissance de Dieu le Suprême, le dieu de votre expérience, dans cette époque de l’univers. Ce dieu limité tire profit de la totalité de votre travail acharné et de votre détermination. Oh, vos frères et soeurs, créés dans la perfection, n’ont pas à lutter comme vous tous vous luttez. Mais combien ils aspirent à être là où vous tous vous êtes. Combien ils aspirent à vivre l’expérience de la longue lutte des époques pour trouver l’Éternel. Combien ils aspirent à gagner leur perfection.

    Ce sont des êtres d’amour. Ce sont des êtres attentionnés. Ce sont des êtres de compréhension. Mais ils ne savent pas ce que c’est que d’être emprisonnés et de travailler en voie de la perfection, alors que croupissant dans les trous de prison de votre propre mental. Ils ne comprennent pas comment aimer, quand il y a tant de haine alentour. Ils ne connaissent pas la haine. Ils ne connaissent que l’amour. Mais vous savez ce que c’est que d’aimer tout en étant cerné par le bourbier de la colère, du désespoir, du mépris et de l’angoisse. Il y a une poésie poignante à propos de tout cela. Pendant que vous êtes totalement cerné par de telles choses telles, vous refusez la haine, vous apprenez à aimer. Vous expérimentez l’amour depuis le dedans de vous-mêmes et vous luttez pour distribuer cet amour.

    Comprenez-vous ? La sagesse de l’Éternel est exposée de nouveau. En effet, l’Éternel savait que de telles créatures vivantes, essayées et testées, seraient tellement remplies de Son amour divin, que toute angoisse temporaire sur vos parties, en vaudrait bien la peine. Il y a de quoi dire concernant la lutte implacable. Il y a de quoi dire à propos de votre esprit infatigable, face aux obstacles innombrables. Peu importe combien de fois vous tombez au sol, vous vous relèverez une fois de plus. Vous êtes déterminés à essayer de nouveau. Vous n’échouerez pas. Vous le sentez dans votre coeur. Il y a une sorte d’effronterie dans votre coeur. Il y a un entêtement né d’un monde plongé dans la rébellion. « Ha ! qui a dit que je ne peux pas être comme le Père ? » Alors, vous vous levez à nouveau. Personne ne vous dira que vous ne pouvez pas le faire. Ce sont des paroles de défi, direz-vous. Mais ce sont ces choses que construisent en vous des matériaux résistants au feu. Cette expérience est la construction en vous d’un coeur indestructible. Pensez-vous que vous faillirez jamais après être passé par ceci ? Vous deviendrez comme le rocher de Gibraltar. Votre force sera légendaire. Ceci se produira parce que vous êtes nés de cette façon. Vous êtes nés d’une manière qui vous oblige à gagner tout ce que vous avez.

    Chaque fois que vous essayez d’abandonner, rappelez-vous que l’amour s’accomplit dans la faiblesse. Il y a une sorte de beauté, une grâce en mouvement qui ne peut jamais être arrêtée. Il y a de la grâce et de la beauté dans la faiblesse, car dans une telle faiblesse, l’amour véritable est né. Cet amour véritable ne pouvait pas naître dans toute autre circonstance, sauf pour la circonstance de l’expérience sur un monde évolutionnaire. Oh, combien vos frères et soeurs parfaits souhaitent avoir votre expérience. Oh, combien vos frères et soeurs parfaits désirent gagner l’amour que vous avez acquis. Oh, ils se suspendent avec empressement à chacun de vos mots lorsque vous décrivez l’incessante lutte.

    Chacun de vos frères et soeurs le voit. Ils voient l’amour qui se développe en vous. Quel hymne à la beauté ! Quel don précieux vous représentez tous. Les enfants de l’imperfection atteignant cet amour parfait qui est juste à leur portée. Gardez la main tendue. Continuez à vous y agripper. Car vous vous y accrocherez et cet amour parfait sera le vôtre. La lutte en apparence perpétuelle en vaut la peine. Parce que l’amour naquit sur les rives de la rébellion. L’amour naquit dans le coeur de ceux imparfaits en quête de perfection. Votre amour fut rendu parfait dans la faiblesse. Et maintenant, cet amour est indestructible. Désormais, cet amour est quelque chose que tous vos frères et soeurs aspirent à avoir. Car aux tréfonds de votre coeur l’amour naquit dans la faiblesse et l’imperfection. Une histoire d’amour pour les siècles a été conçue sur le creuset de la faiblesse née dans vos coeurs. Et au coeur d’une pareille faiblesse, l’amour est né pour ne plus jamais mourir.

  • Lire la suite : Les Maitres du Monde

    26 mai 2011

    L'évolution de la religion

    Il est fort malheureux que ceux qui ont été amenés à vénérer le Christ divin et ressuscité aient négligé l'être humain – le vaillant et courageux héros – Joshua ben Joseph.

    Les êtres humains modernes ont en eux-mêmes une conscience suffisante de la religion, mais leurs coutumes d'adoration sont rendues confuses et sont discréditées par leur métamorphose sociale accélérée et leur développement scientifique sans précédent. Les hommes et les femmes qui pensent veulent que la religion soit définie à nouveau, et cette exigence obligera la religion à se réévaluer.

    L'être humain moderne est confronté à la tâche de faire en une seule génération plus de rajustements dans les valeurs humaines qu'il n'en a été fait en deux-mille ans. Et tout cela influence l'attitude sociale envers la religion, car la religion est une manière de vivre aussi bien qu'une technique mentale.

    La vraie religion doit toujours être simultanément l'éternel fondement et l'étoile directrice de toutes les civilisations durables.

    L'empressement à adopter la vérité, quelles que soient les sources dont elle provient, est en vérité une tendance recommandable qui apparaît parmi les croyants religieux pendant la première moitié du vingtième siècle après le Christ.

    Toute la Terre attend que l'on proclame le message ennoblissant de Jésus-Christ Michael, débarrassé des dogmes et doctrines accumulés au cours de vingt siècles de contact avec les religions d'origine évolutionnaire. L'heure a sonné de présenter au bouddhisme, au christianisme, à l'hindouisme et même aux peuples de toutes les religions, non pas l'évangile à propos de Jésus, mais la réalité vivante et spirituelle de l'évangile de Jésus.

  • Lire la suite : Vie Exemplaire

    25 mai 2011

    Le don de la révélation

    La révélation est évolutionnaire, mais toujours progressive. Au long des âges de l'histoire d'un monde, les révélations successives sont toujours en expansion et plus éclairantes.

    La mission de la révélation consiste à sélectionner et à censurer les religions évolutionnaires qui se succèdent; mais, si la révélation doit exalter et élever par étapes les religions d'évolution, il faut que ces visitations divines décrivent des enseignements qui ne soient pas trop éloignés des idées et des réactions de l'âge où ils sont présentés. La révélation doit donc toujours garder contact avec l'évolution, et elle le fait. La religion de révélation se voit toujours limitée par la capacité des êtres humains à la recevoir.

    Mais, indépendamment de leurs connexions ou de leurs dérivations apparentées, les religions de révélation sont toujours caractérisées par une croyance à une Déité de valeur finale et à un concept de la survie de l'identité de la personnalité après la mort.

    La religion évolutionnaire est sentimentale, mais non logique. Elle est la réaction des êtres humains envers la croyance à un monde hypothétique d'esprit-fantômes – le réflexe humain de croyance excité par la réalisation et la peur de l'inconnu. La religion révélée est proposée par le vrai monde spirituel; elle est la réponse du cosmos superintellectuel à la soif qu'ont les mortels de croire aux Déités universelles et de dépendre d'elles. La religion évolutionnaire décrit les tâtonnements de l'humanité qui tourne en rond à la recherche de la vérité; la religion révélée est cette vérité même.

    La religion de révélation a comporté de nombreux évènements, dont cinq seulement ont marqué une époque. Ce furent les suivants :

  • Les enseignements dalamatiens. Le véritable concept de la Première Source-Centre fut promulgué, pour la première fois sur Terre, par les cent membres corporels de l'état-major du Prince Caligastia. Cette révélation croissante de la Déité se poursuivit pendant plus de trois-cent-mille ans, jusqu'au moment où elle fut brusquement interrompue par la sécession planétaire et la dislocation du régime éducatif. A part le travail de Van, l'influence de la révélation dalamatienne fut pratiquement perdue pour le monde entier. Même les Nodites en avaient oublié les vérités à l'époque de l'arrivée d'Adam. Parmi tous ceux qui reçurent les enseignements des cent, ce furent les êtres humains rouges qui les conservèrent le plus longtemps, mais, dans la religion amérindienne, l'idée du Grand Esprit n'était qu'un concept vague quand le contact avec le christianisme le clarifia et le renforça considérablement.

  • Les enseignements édéniques. Adam et Ève décrivirent de nouveau le concept du Père de tous aux peuples évolutionnaires. La dislocation du premier Éden arrêta le cours de la révélation adamique avant qu'elle eût vraiment pris son essor, mais les enseignements avortés d'Adam furent repris par les prêtres séthites, et certaines de ces vérités n'ont jamais été entièrement perdues pour le monde. La tendance tout entière de l'évolution religieuse levantine fut modifiée par les enseignements des Séthites, mais, vers l'an 2.500 avant l'ère chrétienne, l'humanité avait largement perdu de vue ce qu'avaient offert les révélateurs à l'époque d'Éden.

  • Melchizédek de Salem. Ce fils de l’univers envoyé au secours de la planète inaugura la troisième révélation de la vérité sur Terre. Les préceptes cardinaux de ses enseignements étaient la confiance et la foi. Il enseigna la confiance en l'omnipotente bienfaisance de Dieu et proclama que la foi était l'acte par lequel les êtres humains gagnaient la faveur de Dieu. Ses enseignements s'entremêlèrent graduellement avec les croyances et pratiques de diverses religions évolutionnaires et donnèrent finalement les systèmes théologiques en vigueur sur Terre au début du premier millénaire après le Christ.

  • Jésus de Nazareth. Jésus-Christ Michael présenta, pour la quatrième fois à la Terre, le concept de Dieu en tant que Père Universel, et en général cet enseignement a toujours subsisté depuis lors. L'essence de son enseignement était l'amour et le service, l'adoration aimante qu'un fils créé donne de son plein gré en reconnaissance du ministère affectueux de Dieu son Père et en réponse à ce ministère; c'est le service que les fils créés offrent de plein gré à leurs frères dans la joie de la réalisation que, par ce service, ils servent également Dieu le Père.

  • La Révélation. Ces exposés constituent la plus récente présentation de la vérité aux mortels de la Terre. Ils diffèrent de toutes les révélations antérieures, car ils ne sont pas l'oeuvre d'une seule personnalité de l'univers, mais une présentation composite par de nombreux êtres. Toutefois, jamais aucune révélation ne peut être complète avant d'atteindre le Père Universel. Tous les autres ministères célestes ne sont que partiels, transitoires et pratiquement adaptés aux conditions locales dans le temps et l'espace. Il est possible qu'en admettant cela, on amoindrisse la force et l'autorité immédiates de toutes les révélations, mais l'heure est arrivée sur Terre où il est opportun de faire ces franches déclarations, même au risque d'affaiblir l'influence et l'autorité de cette annonce qui représente la révélation la plus récente de la vérité aux races mortelles de la Terre.

    L'avenir de la Terre sera indubitablement caractérisé par l'apparition d'instructeurs de la vérité religieuse – la Paternité de Dieu et la fraternité de toutes les créatures. Mais il faut espérer que les ardents et sincères efforts de ces futurs prophètes seront moins dirigés vers le renforcement des barrières entre religions, et davantage vers l'accroissement d'une fraternité religieuse d'adoration spirituelle parmi les nombreux fidèles des théologies intellectuelles différentes si caractéristiques de la planète Terre.

  • Lire la suite : Accoucheur de Rêves

    24 mai 2011

    Les dangers de la satisfaction du moi

    La grande menace contre la vie de famille est l'inquiétante marée montante de la poursuite de la satisfaction du moi, la manie moderne des plaisirs.

    Autrefois, la principale raison du mariage était économique, et l'attraction sexuelle, secondaire. Le mariage fondé sur la préservation de soi conduisait à la perpétuation de soi et procurait en même temps l'une des formes les plus désirables de la satisfaction du moi. Dans la société humaine, c'est la seule institution qui englobe les trois grandes raisons de vivre.

    A l'origine, la propriété était l'institution fondamentale pour s'entretenir, tandis que le mariage fonctionnait comme institution unique pour se perpétuer. Bien que les satisfactions alimentaires, les jeux et l'humour, ainsi que les rapports sexuels périodiques, étaient des moyens de se satisfaire, il n'en reste pas moins que l'évolution des moeurs n'a pas réussi à bâtir une institution distincte pour la satisfaction du moi. A cause de cet échec dans la mise au point de techniques spécialisées pour des jouissances agréables, toutes les institutions humaines sont complètement imprégnées de cette recherche du plaisir. L'accumulation des biens devient un instrument pour accroitre toutes les formes de satisfaction du moi, tandis que l'on se borne souvent à considérer le mariage comme un moyen de plaisir. Et ce laisser-aller, cette manie du plaisir largement répandue constituent la plus grande menace qui ait jamais été dirigée contre l'institution évolutionnaire sociale de la vie de famille, le foyer.

    Les plaisirs physiques ne peuvent satisfaire la soif de l'âme; la poursuite malavisée du plaisir n'augmente pas l'amour du foyer et des enfants. Même en épuisant les ressources de l'art, des couleurs, des sons, du rythme, de la musique et de la parure, on ne peut entretenir ainsi l'espoir d'élever l'âme ou de nourrir l'esprit. La vanité et la mode ne peuvent servir ni à l'édification des foyers ni à la culture des enfants; l'orgueil et la rivalité sont impuissants à rehausser les qualités de survie des générations successives.

    Tous les êtres célestes qui progressent jouissent de périodes de repos et du ministère des directeurs de la rétrospection. Tous les efforts pour obtenir des diversions saines et pratiquer des jeux qui élèvent sont salubres. Il vaut la peine de se livrer à un sommeil réparateur, à des repos, à des récréations et à tous les passe-temps qui empêchent la monotonie de faire naître l'ennui. Les jeux de compétition, les narrations d'histoires et même le goût de la bonne nourriture peuvent servir de formes de satisfaction du moi. (Quand vous employez du sel pour ajouter de la saveur à vos aliments, souvenez-vous que, pendant près d'un million d'années, les êtres humains n'ont pu obtenir du sel qu'en plongeant leurs aliments dans de la cendre.)

    Que les êtres humains jouissent de la vie; que la race humaine trouve du plaisir de mille et une manières; que l'humanité évolutionnaire explore toutes les formes légitimes de satisfaction du moi, les fruits de la longue lutte biologique pour s'élever. L'être humain a bien mérité certains de ses plaisirs et joies d'aujourd'hui. Mais faites bien attention au but de la destinée ! Les plaisirs sont véritablement des suicides s'ils parviennent à détruire la propriété, qui est devenue l'institution de la préservation du moi; et la satisfaction du moi aura vraiment couté un prix funeste si elle provoque l'effondrement du mariage, la décadence de la vie de famille et la destruction du foyer – acquisition évolutionnaire suprême des êtres humains et seul espoir de survie de la civilisation.

    L'évolution biologique et la civilisation culturelle ne sont pas nécessairement liées; au cours d'un âge quelconque, l'évolution organique peut poursuivre son cours sans obstacle, même au milieu d'une décadence culturelle. Mais, quand on passe en revue de longues périodes de l'histoire humaine, on constate finalement que l'évolution et la culture ont un lien de cause à effet. L'évolution peut progresser en l'absence de culture, mais la civilisation culturelle ne fleurit pas sans un arrière-plan approprié de progrès racial antérieur. Adam et Ève n'introduisirent aucun art de la civilisation étranger au progrès de la société humaine, mais le sang adamique accrut les aptitudes inhérentes aux races et accéléra le développement économique et le progrès industriel. L'effusion d'Adam améliora le pouvoir cérébral des races, ce qui hâta considérablement les processus d'évolution naturelle.

    Par l'agriculture, la domestication des animaux et une meilleure architecture, l'humanité échappa graduellement aux pires phases de la lutte incessante pour vivre et commença à rechercher le moyen d'adoucir la manière de vivre; ce fut le début de ses efforts pour parvenir à un niveau de plus en plus élevé de confort matériel. Par la manufacture et l'industrie, les êtres humains augmentent graduellement la somme des plaisirs de la vie de mortel.

    Cependant, la société culturelle n'est pas un grand club bienfaisant de privilèges hérités dans lequel tous les êtres humains sont nés membres sans droits d'entrée, et entièrement égaux. Elle est plutôt une haute corporation, toujours en progrès, d'artisans terrestres, n'admettant dans ses rangs que les plus nobles des travailleurs qui s'efforcent de faire du monde un cadre meilleur, dans lequel leurs enfants et les enfants de leurs enfants pourront vivre et progresser au cours des âges à venir. Et cette corporation de la civilisation exige des droits d'admission couteux, impose des disciplines strictes et rigoureuses, inflige de lourdes amendes à tous les dissidents et non conformistes, tandis qu'elle confère peu de licences ou de privilèges personnels en dehors d'une sécurité accrue contre les dangers communs et les périls raciaux.

    L'association sociale est une forme d'assurance pour la survie, et les êtres humains ont appris qu'elle était profitable; c'est pourquoi la plupart des individus sont disposés à payer les primes de sacrifice de soi et de restrictions des libertés personnelles que la société extorque à ses membres comme rançon de cette protection collective accrue. Bref, le mécanisme social d'aujourd'hui est un plan d'assurance par tâtonnements destiné à fournir un certain degré de protection contre un retour aux terribles conditions antisociales caractéristiques des premières expériences de la race humaine.

    La société devient ainsi un plan coopératif pour obtenir la libération civile par des institutions, la libération économique par le capital et les inventions, la liberté sociale par la culture, et la protection contre les violences par des règlements de police.

    La force ne crée pas le droit, mais elle fait respecter les droits communément reconnus de chaque génération successive. La mission majeure du gouvernement consiste à définir le droit, la réglementation juste et équitable des différences de classes, et l'obligation d'une égalité de chances devant la loi. Chaque droit humain est associé à un devoir social; un privilège de groupe est un mécanisme d'assurance qui exige infailliblement le paiement total des primes astreignantes de service au groupe. Et les droits collectifs, aussi bien que ceux des individus, doivent être protégés, y compris la réglementation des penchants sexuels.

    La liberté soumise à des règles collectives est le but légitime de l'évolution sociale. La liberté sans restrictions est le rêve chimérique et vain du mental d'humains instables et superficiels.

  • Lire la suite : Étudiant de Passage

    23 mai 2011

    La prière éthique

    Nulle prière ne peut être éthique si le suppliant recherche un avantage égoïste sur ses semblables.

    La prière égoïste et matérialiste est incompatible avec les religions éthiques qui sont fondées sur l'amour divin et désintéressé. Un telle prière aussi dépourvue d'éthique retourne aux niveaux primitifs de pseudomagie, elle est indigne d'une civilisation en marche et des religions éclairées. La prière égoïste transgresse l'esprit de toutes les éthiques fondées sur une justice aimante.

    La prière ne doit jamais être prostituée au point de devenir un substitut à l'action. Toute prière éthique est un stimulant pour l'action et un guide pour les efforts progressifs vers les buts idéalistes d'aboutissement au moi supérieur.

    Dans toutes vos prières, soyez équitables. Ne vous attendez pas que Dieu montre de la partialité, qu'il vous aime plus que ses autres enfants, vos amis, vos voisins et même vos ennemis. Toute prière, qu'elle soit individuelle ou communautaire, peut être soit égoïste soit altruiste, c'est-à-dire que l'on peut centrer la prière sur soi-même ou sur autrui. Quand la prière ne recherche rien pour celui qui prie ni pour ses compagnons, alors une telle attitude de l'âme tend vers les niveaux de la véritable adoration. Les prières égoïstes impliquent des confessions et des suppliques, et consistent souvent en requêtes pour des faveurs matérielles. La prière est un peu plus éthique quand elle s'occupe du pardon et recherche la sagesse pour accroitre la maitrise de soi.

    La prière du type non égoïste apporte des forces et des consolations, tandis que la prière matérialiste est vouée à désappointer et à désillusionner ses auteurs au fur et à mesure que le progrès des découvertes scientifiques démontre que l'être humain vit dans un univers physique de loi et d'ordre. L'enfance d'un individu ou d'une race est caractérisée par des prières primitives égoïstes et matérialistes. Et, dans une certaine mesure, toutes ces suppliques sont efficaces en ce sens qu'elles conduisent invariablement aux efforts qui contribuent à obtenir les réponses à de telles prières. La prière réelle de la foi contribue toujours à faire progresser la technique de la vie, même si de telles demandes ne sont pas dignes de récognition spirituelle. Mais les personnes spirituelles évoluées doivent prendre de grandes précautions quand elles essayent de dissuader les penseurs primitifs, ou manquant de maturité, de formuler ce genre de prières.

    Rappelez-vous que, même si la prière ne change pas Dieu, elle effectue très souvent des changements importants et durables chez celui qui prie avec foi et dans une expectative confiante. La prière a engendré beaucoup de paix mentale, d'allégresse, de calme, de courage, de maitrise de soi et d'équité chez les hommes et les femmes des races en évolution.

    Si vous désirez vraiment vaincre l'habitude de critiquer un ami, la manière la plus rapide et la plus sûre d'effectuer ce changement d'attitude consiste à établir l'habitude de prier pour cette personne chaque jour de votre vie. Mais les répercussions sociales de ces prières dépendent largement de deux conditions :
  • 1. La personne pour qui l'on prie doit savoir que l'on prie pour elle.
  • 2. La personne qui prie devrait entrer en contact social étroit avec la personne pour qui elle prie.

    Si difficile qu'il puisse être de concilier les doutes scientifiques au sujet de l'efficacité de la prière avec le besoin toujours présent de rechercher aide et gouverne auprès de sources divines, n'oubliez jamais que la prière sincère de la foi est une force puissante pour promouvoir le bonheur personnel, la maitrise de soi de l'individu, l'harmonie sociale, le progrès moral et l'accomplissement spirituel.

    Ne soyez pas paresseux au point de demander à Dieu de résoudre vos difficultés, mais n'hésitez jamais à lui demander sagesse et force spirituelle pour vous guider et vous soutenir pendant que vous attaquez résolument et courageusement les problèmes à traiter.

    Mais l'efficacité de la prière, dans l'expérience spirituelle personnelle de celui qui prie, ne dépend en aucune manière de la compréhension intellectuelle de l'adorateur, ni de sa finesse philosophique, de son niveau social, de son statut culturel ou de ses autres acquisitions humaines. Les accompagnements psychiques et spirituels de la prière de la foi sont immédiats, personnels et expérientiels. Il n'existe aucune autre technique permettant à chaque être humain, indépendamment de tous autres accomplissements terrestres, d'approcher si efficacement et si immédiatement du seuil du royaume où il peut communiquer avec son Auteur, où la créature prend contact avec la réalité du Créateur, avec l'Esprit intérieur.

    La vraie prière est la communication sincère et confiante entre la nature spirituelle de la créature et la présence ubiquitaire de l'esprit du Créateur. Les êtres humains modernes sont troublés à l'idée de s'entretenir de leurs questions avec Dieu d'une manière purement personnelle. Beaucoup ont abandonné la prière régulière; ils ne prient plus que sous l'empire d'une pression inhabituelle – en cas d'urgence. L'être humain ne devrait pas avoir peur de parler à Dieu, mais il serait spirituellement enfantin d'entreprendre de persuader Dieu ou de prétendre le changer.

    La véritable prière atteint bel et bien la réalité. Même quand les courants aériens sont ascendants, nul oiseau ne peut prendre son essor sans déployer ses ailes. La prière élève l'être humain parce qu'elle est une technique de progrès par utilisation des courants spirituels ascendants de l'univers.

    La prière authentique contribue à la croissance spirituelle, modifie les attitudes et procure la satisfaction qui vient de la communion avec la divinité. Elle est un débordement spontané de conscience de Dieu.

    Dieu répond à la prière de l'être humain en lui donnant une révélation accrue de la vérité, une appréciation rehaussée de la beauté et un concept élargi de la bonté. La prière est un geste subjectif, mais elle établit le contact avec de puissantes réalités objectives sur les niveaux spirituels de l'expérience humaine; elle est un essai significatif de l'humain pour atteindre des valeurs suprahumaines. Elle est le plus puissant stimulant de la croissance spirituelle.

    Les mots n'ont pas d'importance dans la prière; ils sont simplement le chenal intellectuel dans lequel la rivière des supplications spirituelles se trouve couler par hasard. La valeur verbale d'une prière est purement autosuggestive dans les dévotions individuelles, et sociosuggestives dans les dévotions collectives. Dieu répond à l'attitude de l'âme et non aux paroles.

    La prière n'est pas une technique pour échapper à des conflits, mais plutôt un stimulant pour croitre en face du conflit. Ne priez que pour des valeurs, non pour des choses; pour la croissance, et non pour la satisfaction.

    Si vous voulez arriver à prier efficacement, il faut avoir présentes à la pensée les lois des requêtes auxquelles il est fait droit :
  • 1. Il faut vous qualifier comme prieur efficace en affrontant sincèrement et courageusement les problèmes de la réalité universelle. Il faut avoir de la vigueur cosmique.
  • 2. Il faut avoir honnêtement épuisé toute les possibilités humaines d'ajustement. Il faut avoir été industrieux.
  • 3. Il faut abandonner tous les souhaits du mental et tous les désirs de l'âme à l'emprise transformatrice de la croissance spirituelle. Il faut que vous ayez expérimenté un rehaussement des significations et une élévation des valeurs.
  • 4. Il faut choisir de tout coeur la volonté divine. Il faut anéantir le centre inerte de l'indécision.
  • 5. Non seulement vous reconnaissez la volonté du Père et vous choisissez de la faire, mais vous vous êtes consacré sans réserve et voué dynamiquement à exécuter cette volonté d'une manière effective.
  • 6. Votre prière cherchera exclusivement à obtenir la sagesse divine permettant de résoudre les problèmes humains spécifiques rencontrés au cours de l'ascension vers le Paradis – l'aboutissement à la perfection divine.
  • 7. Et il faut avoir la foi – une foi vivante.

  • Lire la suite : La Prière

    22 mai 2011

    Le mystère insondable de la personnalité

    C’est Jésus-Christ Michael. La Divine Ministre et moi-même, nous apprécions votre bienvenue, et nous vous la retournons. Nous vous souhaitons également la bienvenue. Nous vous souhaitons la bienvenue pour nous accompagner dans votre mental, au plus profond de l’endroit où nous sommes également en compagnie de notre Père. Ces influences spirituelles dans votre vie, nous vous invitons à les accueillir, et à en être autant que possible conscients. Et même, nous vous titillons avec la notion que la plus grande difficulté pour nous ressentir et nous expérimenter comme étant quelque chose de distinct de vous, est que fondamentalement nous avons toujours été présents en cet endroit.

    Nous avons toujours été une partie de vous, surtout votre Fragment du Père, le Moniteur de Mystère personnel de Dieu prenant le relais de votre vie. Il pourrait bien avoir été à l’origine, et il a très certainement été à l’origine, de quelques-unes de vos plus grandes idées. Aussi est-il bien de reconnaître cela, d’en être conscients et remplis de gratitude, d’appréciation et d’adoration envers ce dont le Père a contribué à votre vie, lorsque ces grandes idées que vous aviez sont sorties de nulle part – parfois lorsque vous en aviez un besoin désespéré. Finalement, vous êtes devenus capables de vous ouvrir et dire avec tout votre coeur, comme nous vous l’avions suggéré : « Cher Père, que dois-je faire à présent ? »

    J’aimerais commencer par un réel mystère, un vrai mystère sans fond, un mystère insondable et qui est votre essence – qui vous êtes et ce que vous êtes. Nous appelons ce mystère la personnalité, car elle provient d’un Être personnel, ultime, infini, et absolu qui sera toujours si infiniment plus que ce que nous pouvons conceptualiser ou expérimenter, même si nous disposions de l’infinité du temps, de l’éternité devant nous. Nous ne pourrons jamais englober – personnellement – Celui qui nous englobe et nous soutient. Nous ne serons jamais pareil, ni même approximativement, à cette Source de toute personnalité, de centaines et de centaines d’ordres différents éparpillés à travers toute la création.

    Un des mystères de la personnalité, la réalité de la personnalité, est sa qualité d’être unique. Nous savons que c’est difficile pour vous de saisir comment ce caractère unique de chaque personnalité est distinct de chaque autre identité que vous pouvez y ajouter. Comment quelque chose peut-il être unique, et pourtant n’avoir pas d’identité ? Cette identité est celle que vous assumez. En d’autres termes, elle n’est pas au repos, et ne sera jamais entièrement vous, vous qui êtes cette personne unique qui englobe cette qualité que vous partagez avec Dieu seulement. La Divine Ministre et moi, pouvons la percevoir, la détecter, mais c’est quelque chose que vous partagez à un certain degré, avec votre Père seulement. Il est l’Être essentiel unique comme aucun autre, et cette qualité, cette essence il vous en gratifie en tant que partie de votre être. Et vous avez une habileté innée d’un être spirituel créatif, qui a la capacité d’organiser, d’unifier et d’amener à l’unité de perception et de réalisation tout ce que vous rencontrez.

    Donc, commencez. Tout d’abord vous n’êtes qu’un petit bout de vie piaillant qui sait comment se blottir, sentir la différence de température et ressentir la faim. Puis, très rapidement vous pouvez vous servir de vos yeux et apercevoir des objets. Assez rapidement, vous avez des petites mains qui peuvent attraper les choses pour les porter à votre bouche, de façon à ce que pendant un temps vous êtes une sorte d’être qui voit, saisit et mange. Puis arrive cette expérience existentielle énorme qu’est l’expérience traumatisante de la séparation, séparation d’avec votre mère. Peu de temps après, vient le sentiment de qui vous êtes. Tout d’un coup il y a un "moi" qui existe. Peu après il y a un "à moi" – toutes ces choses que vos petites mains peuvent saisir : elles sont "à moi". Ainsi un égo, un sentiment de vous-mêmes vient à l’existence, quand vous acquérez cette faculté de vous unifier.

    La faim pour l’identité. Mais avec cela – appelons-le la faim pour l’identité – vous acquérez aussi cette autre habileté à vous identifier avec quelque chose. D’abord c’est juste ce qui est bon à manger et ce que vous pouvez voir, puis ce que vos mains peuvent saisir. Votre personnalité a la capacité de réunir tout ceci en une unité de perception, une vision du monde. Je passe simplement tout ceci en revue pour vous rappeler que chacun d’entre vous a passé par tous ces stades personnellement. C’est comme si votre personnalité avait faim de pouvoir se servir de sa capacité d’unifier des choses, et cette faim se transforme en bonté, un sentiment de bonté de pouvoir s’identifier avec quelque chose. Ainsi vous vous identifiez à vos parents, vous vous identifiez à votre famille, vous vous identifiez à toutes ces choses que vous dites "miennes". Puis vous partez dans le monde, et rapidement, en tant qu’adolescent, vous vous identifiez avec une petite ville, ou avec une partie du voisinage d’une grande ville. Vous vous identifiez à un sexe particulier, peut-être à une certaine activité. Vous devenez footballeur, ou Reine du retour au foyer, vous devenez érudit ou simplement membre du gang qui traîne dehors – toutes ces identités avec tant de ce que vous pourriez mettre en question en termes de société, de politique ou d’économique. Vous vous identifiez automatiquement et naturellement avec ce en quoi vous avez été élevés.

    Mais à présent nous nous engageons dans une Renaissance. Nous sommes dans un monde sens dessus dessous dû à une explosion de communications. Cela fait que pour la première fois dans l’histoire, nous voyons des individus communiquer directement tellement plus les uns avec les autres. Le marché des idées a soudainement explosée dans le monde entier. La Divine Ministre aime à penser aux diverses organisations politiques dans le monde entier, comme des petites îles ayant des habitudes quelque peu rigides, des petites îles dans le courant des informations qui à présent circulent tout autour d’elles et les défient. Ceci est bien, ceci est nécessaire, cela représente juste une autre étape dans l’évolution planétaire, simplement avec ces machines électroniques que votre mental aime créer, une étape qui vient sur tous les mondes à un certain stade de développement technologique; c’est aussi fondamental que cela.

    J’aimerais demander à chacun de vous comment cela vous affecte-t-il personnellement en considérant tout ce à quoi vous vous êtes vous-mêmes identifiés jusqu’à aujourd’hui. Cela fait partie de votre structure de l’ego propre – de qui vous pensez et sentez être. C’est cela qui vous donne une identité à un degré qui est particulier : vous faites partie d’un sexe, vous êtes un être appartenant à une certaine culture qui dépend de l’endroit au monde où vous avez grandi, même de l’endroit d’une nation, d’un état, ou d’une ville, et dans quelle famille. Toutes ces choses auxquelles vous vous identifiez, et qui donnent à votre vie un sens, peuvent dans le même temps devenir des facteurs limitatifs. Presque tout ce à quoi vous pouvez penser et vous identifier, a un opposé. Si vous êtes un mâle, vous verrez toutes ces femmes vous tourner autour, et vice versa. Si vous avez été élevé dans une ferme, il y a tous ces gens de la grande ville, et vice versa. Si vous êtes Américain, il y a tous ces Chinois et ces Japonais qui en ce moment passent par tous ces problèmes. Le Moyen-Orient connaît des troubles, et il y a les Russes. Il y a les Sud-africains aussi. Tout cela vous est accessible en ce moment. Comment alors votre propre identification est-elle une limite ?

    Permettez-moi de vous demander d’être très honnêtes avec vous-mêmes, et de penser au moment où vous allumez votre téléviseur et vous arrêter sur un commentateur qui exprime quelque chose qui est presque aux antipodes de ce que vous croyez être la vraie histoire, ou la bonne façon de considérer les choses. C’est là que j’aimerais suggérer que, derrière le cynisme ou la valeur du divertissement que tous les commentateurs doivent avoir de nos jours pour être écoutés ou regardés, je pense que la plupart d’entre vous êtes conscients que leurs commentaires représentent largement une certaine façon de voir les choses, surtout dans les lignes socialement ou politiquement querelleuses lorsqu’il s’agit de savoir que faire avec l’actuelle situation économique. Vous êtes conscients que ce panel complet, allant de l’extrême gauche, à la gauche, au centre, à la droite, à l’extrême droite, représente le spectre entier de perception de la situation. Ainsi, au delà de tout cynisme, ou de toute valeur de divertissement, ces gens voient en fait les choses différemment.

    J’attire votre attention sur une chose très commune. Lorsque votre attention est attirée par quelqu’un qui n’a pas votre propre optique de vision des choses, vous pouvez immédiatement ressentir dans votre mental une confrontation avec chaque point qui est développé. C’est un mécanisme de défense naturelle qui opère automatiquement. C’est vraiment une chose que je vous défie de remettre en question et, si vous le pouvez, de passer par-dessus. Car pour avoir un mental indépendant, pour être vraiment vous-mêmes, pour écarter toutes les identifications automatiques dans lesquelles vous avez été élevés et que vous avez acquises depuis, il faut vraiment savoir ce que la partie de l’autre côté pense des choses, et vous devez acquérir la faculté de vous divertir et de véritablement vouloir comprendre comment quelqu’un d’autre – surtout la partie adverse – pense au sujet des choses : comment voient-ils les choses ?

    Mécanismes automatiques de défense. Lorsque vous êtes exposés à un avis contraire ou distinct du vôtre, cela provoque une grande anxiété. Cela fait surgir d’énormes mécanismes de défense. Mais là, mes enfants, vous devez faire confiance qu’il y a en vous, si vous voulez bien la lui accorder, une capacité de vous élever à un niveau plus grand que ce qu’apporte cette discorde. Ceci n’est pas un compromis, c’est une synthèse, c’est un acte créatif que votre mental est capable de produire lorsqu’il connaît pleinement les deux aspects d’un argument, d’une dispute, ou même d’une perception de ses aspects. Votre mental est capable de s’élever au-dessus de cela, de réaliser les faits impliqués, la vraie information, sans tenir compte de la vrille, ou de la torsion. Vous arrivez ainsi à quelque chose qui a vraiment une réalité plus grande que chacune de ces deux opinions discordantes, et cette réalité c’est vous. Ce sera votre réalisation irremplaçable.

    Ceci est la chose ayant le plus de valeur que vous puissiez offrir, d’abord à vous-mêmes, puis à ceux autour de vous, à ceux que vous aimez. Vous devez être cette synthèse. Vous devez être cet acte créatif qui consiste à résoudre certains de ces points de vue de discorde. Vous devez vous-mêmes résoudre cette polarité qui surgit. Pour faire cela, vous devez être en contact avec tous les aspects, toutes les façons de considérer les choses. Ainsi, ceci est quasiment un défi, mais c’est la seule solution, pas seulement avec un individu, mais avec chaque ensemble d’individus. Tous ces collectifs, toutes ces diverses sociétés : c’est ce dont elles dépendent. Elles dépendent des individus qu’elles comportent, car c’est la seule origine créative. C’est de là que tout provient : des pensées individuels.

    Ainsi vous avez votre tâche devant vous. Ce n’est pas seulement votre devoir en tant que citoyen – d’être bien informés de tous les points de vues qui sont à présent à votre disposition, avec la capacité d’avoir un mental orienté vers l’indépendance – d’avoir votre propre et unique point de vue, et d’être capables d’apporter une contribution dont le besoin se fait tellement sentir en ces moments : c’est également votre récompense. C’est votre récompense en tant qu’enfant de Dieu, car c’est ce qui est intégré par votre âme. Ceci est l’habileté de votre personnalité de pouvoir se présenter avec sa propre et unique unité de toutes ces choses très précisément identifiées.

    Capacité sans limites. Vous n’avez pas besoin de vous en faire. Il n’y a pas de limites à ce que votre mental peut contenir. Il n’y a pas de limites à ce que vous pouvez réaliser. Vous avez simplement besoin d’exercer cette faculté, car c’est cela la signification d’être entièrement ouvert d’esprit. Ainsi, chaque fois que vous rencontrez quelque chose et que vous ressentez cette défense intérieure entrer en conflit immédiat avec ce que vous percevez, élevez-vous au-dessus de cette défensive. Allez vraiment vers la vérité pour vous orienter vers cette synthèse plus large, vers cette habileté créative en vous. Car c’est là que je chevauche en votre compagnie. C’est là que la Divine Ministre et moi sentons un large sourire sur nos visages lorsque nous voyons un autre de nos enfants s’épanouir dans le potentiel qu’il porte de naissance : être leur propre personne, réaliser le caractère unique de qui ils sont et de ce qu’ils sont.

    Et une fois encore : il n’y a rien de plus dont le groupe, la société ont besoin, sinon que les individus qui les composent soient mentalement indépendants. De cette créativité, de cette synthèse, provient l’habileté de regarder autour de soi, et de commencer à intégrer le caractère unique des autres individus et de tous. Car, au moment où vous allez au-delà de la catégorisation, de la généralisation et du préjugé, vous réalisez de plus en plus le vieux dicton suivant : « Ce que Paul dit de Pierre en dit plus long de Paul que de Pierre ». Vous devenez de plus en plus familiers avec les différentes sortes de points de vues. C’est cela qu’il est nécessaire d’évaluer, de vraiment évaluer ce qu’ils ont en réserve pour vous. Vous commencez à voir l’humanité en chacun.

    Voilà mon défi : être larges d’esprit, être sensibles lorsque cette réaction de défense monte en vous pour être mise au défi, et même intégrer quelque chose en vous. C’est vers là que vous devez vous diriger. C’est ce dont vous avez besoin pour dépasser vos propres limitations de clocher étriquées. Car viendra le jour où vous aurez non seulement à intégrer les points de vue de tout un monde, mais vous commencerez à avoir des contacts avec d’autres ordres d’êtres personnels, et à avoir leurs points de vue, à rencontrer et intégrer leurs vues de la réalité. C’est toujours maintenant. C’est le moment de commencer, et je vous remercie d’ouvrir votre mental et de m’ouvrir votre coeur, et de relever ce défi.

  • Lire la suite : Sois Paysagiste !

    21 mai 2011

    États de conscience transitoires

    Par nature, les Noeuds Chaotiques tendent à générer des états de conscience transitoires. Ceux-ci émergent quand les marqueurs perceptuels disparaissent. Cela arrive lorsque vous pénétrez une zone vide quand votre ancienne réalité n’existe plus, ou a changé radicalement, alors que la nouvelle réalité n’est pas encore parvenue à l’existence.

    Puisque vous êtes entrés dans une phase encore plus intense du Noeud Chaotique, nous souhaitons partager avec vous notre point de vue sur les états transitoires, dans l’espoir que vous pourrez utiliser cette connaissance pour votre propre bien. Pour cela, nous allons diviser les états transitoires en trois catégories principales : 1. États transitoires personnels, 2. États transitoires collectifs, 3. Mort physique.

  • 1. États transitoires personnels

    Portons d’abord notre attention sur les états transitoires personnels, car votre perception personnelle est le pivot autour duquel se manifeste votre réalité perçue. Votre perception de la réalité est foncièrement une création individuelle. Elle est influencée par la perception collective de votre culture, époque, région et situation, mais fondamentalement votre perception de ce qui est réel ou non est une création – votre création. Votre perception de la réalité dépend d’habitudes de perception si vous êtes comme la plupart des gens. Vous êtes habitués à expérimenter certaines réalités dans vos vies et celles-ci vous indiquent où vous êtes pour ainsi dire. Vous vous réveillez le matin, regardez l’heure et la perception collective du temps vous apparaît instantanément. Votre choix de vous impliquer dans cette illusion, ou pas, est personnel. En fait l’un des signes de maîtrise spirituelle est la capacité de naviguer avec aisance au travers des illusions culturelles tout en comprenant clairement leur nature. Quand une situation de votre vie personnelle bascule radicalement, les marqueurs perceptuels ont tendance à disparaître ou à se réorganiser.

    Voyons maintenant un scénario possible. Si vous avez travaillé dans le même emploi pendant des années, vous avez construit votre vie autour des contraintes de votre situation. Vous prenez votre déjeuner à une certaine heure. Vous rentrez à la maison à une certaine heure. Vous interagissez avec les autres d’une certaine façon, de manière à vous adapter aux exigences de votre métier. Si vous perdiez cet emploi subitement, ces marqueurs perceptuels disparaîtraient. Il ne serait plus nécessaire de se lever à une certaine heure, de manger à une certaine heure, de rentrer à la maison à une certaine heure, et les gens avec lesquels vous interagissiez dans la journée ne vous seraient plus accessibles. La situation en soi désoriente la plupart des gens. A nouveau, les marqueurs perceptuels ont disparu. Le même phénomène se produit quand un changement radical arrive dans votre vie personnelle. Si une relation importante pour vous s’achève soudainement, les marqueurs perceptuels de cette relation disparaissent et vous entrez dans un état de conscience transitoire. En cas de problème grave de santé affectant profondément votre existence, les marqueurs perceptuels disparaissent et cela peut être déstabilisant. Vous entrez dans un état de conscience transitoire.

    Alors que le Noeud Chaotique croît en intensité, davantage de personnes vont éprouver les ondes de choc de leur ancienne réalité s’effondrant devant eux. Ce qui était évident devient incertain. Ce qui était une base solide semble ne plus être consistant. Au sens propre comme au sens figuré. Une autre vague d’états transitoires est en train d’émerger de ce Noeud Chaotique. Il affecte déjà beaucoup de monde mais ses effets vont se répandre dans la conscience à peu près comme un tsunami. Cet état transitoire particulier est lié à l’effondrement des mensonges collectifs de votre culture. Vous serez toujours plus nombreux à voir derrière le rideau, vous allez percevoir les montreurs de marionnettes même si leurs identités vous restent cachées, vous verrez de plus en plus clairement que des pans de votre culture ne sont que manipulation, limitation et bien souvent de fieffés mensonges. Le mensonge dont nous parlons n’est pas le mensonge de l’économie, celui des guerres ou celui des religions limitantes, mais le mensonge sur votre identité – ce qui consolide votre emprisonnement. Ce mensonge est la croyance et l’affirmation culturelle que vous n’êtes rien de plus qu’un être humain physique et qu’il n’y a en réalité aucun autre domaine d’existence au delà de votre expérience terrestre. La reconnaissance de ce mensonge est annonciatrice de votre liberté personnelle, mais au début elle peut être totalement déstabilisante parce que les expériences multidimensionnelles sont extrêmement différentes de vos expériences quotidiennes. Si vous vous sentez perdu entre vie multidimensionnelle et vie terrestre, vous êtes entré dans un état transitoire de conscience.

    En vous donnant cette information, notre propos est de suggérer une ligne de conduite pratique pendant les états de conscience transitoire. Entrer dans un état transitoire puissant peut vous laisser personnellement bloqué par l’accablement comme beaucoup d’êtres humains. De nombreuses personnes sont profondément perturbées par le choc de réaliser que leurs marqueurs perceptuels ont disparu avec la réalité qu’ils prenaient pour vraie. Par le fait que le temps s’accélère – nous entendons par là plus d’évènements survenant en moins de temps – rester en état de choc ou de saturation est une complaisance psychologique que vous ne pouvez pas vous permettre. Le point essentiel auquel nous vous amenons ici est que, quelle que soit la nature de votre état transitoire, qu’il soit personnel, en relation avec votre vie personnelle, ou dû à la découverte de votre manipulation culturelle, vous êtes créateur de votre réalité. Vous pouvez vous raconter des histoires expliquant pourquoi soudainement votre vie est désespérante, mais ce ne sont que des histoires. Vous pouvez accuser d’autres personnes, la situation ou les institutions, mais cela brouille les responsabilités. Vos histoires peuvent être vraies, il peut y avoir d’autres personnes, situations ou institutions à blâmer, mais quand vous êtes entré en état transitoire de conscience, vous êtes le vortex central d’un processus créatif puissant. Il n’y a aucune raison ou besoin de pleurer sur le "lait renversé" comme dans une de vos chansons traditionnelles. Ce qui est perdu est perdu. Ce qui s’en est allé est parti.

    Maintenant la question essentielle devient : « Qu’allez-vous faire ? » Allez-vous rester assommé, choqué, submergé, irrité et triste ? Ou bien allez-vous assumer votre identité de créateur de votre vie ? Pour ceux qui ont choisi de rester dans des états inférieurs de conscience, nous n’avons pas de commentaire. Nos commentaires sont pour ceux d’entre vous assez courageux et audacieux pour accéder à votre identité de créateur. Si vous êtes l’un de ceux-là, voici ce que nous proposons.

    Quand tout disparaît, c’est-à-dire les marqueurs perceptuels de votre précédente réalité, comprenez que vous êtes parvenu à un point vide. Un point vide est une transition critique entre ancienne et nouvelle réalité. Ce qui était est achevé. Au lieu de regretter la perte, vous acceptez le vide. C’est une entreprise éprouvante pour de nombreuses personnes, parce que rien ne peut être fait dans le point vide. Vous devez simplement être témoin de cela, et de vous-mêmes, car dans ce no man's land il n’y a aucun marqueur perceptuel. Soyez attentif aux nouveaux marqueurs que vous installez car ces idées et croyances seront les étoiles du nouveau ciel de votre esprit. Vous trouverez votre route dans ces temps nouveaux en suivant les étoiles (pensées et croyances) que vous avez placées aux cieux de votre propre conscience. Alors soyez avisé en créant les nouvelles étoiles, vos compagnes de navigation dans le Mystère.

  • 2. États de conscience transitoires collectifs

    Le collectif humain, de notre point de vue, est actuellement comme un immense serpent cosmique qui abandonne son ancienne peau, se tortille, se contorsionne et arrache ses vieilles entraves. Certaines d’entre elles prennent forme de crise économique. Certaines sont politiques par nature. D’autres sont l’effondrement et la transformation des institutions culturelles. Quelques unes de ces torsions et contorsions sont liées à l’activité sismique et volcanique aussi bien qu’aux extraordinaires phénomènes météo. Alors que les désastres naturels et d’origine humaine augmentent, vous serez de plus en plus nombreux à entrer en des états de conscience transitoires. Evidemment ceux qui vivent directement un séisme, une éruption volcanique ou une météo destructrice sont les plus enclins à entrer en état transitoire, mais si vous êtes empathique par nature vous pouvez éprouver le poids d’un désastre naturel ou humain comme si vous étiez physiquement présent. En réalité, alors que le voile séparant les consciences individuelles se dissout, vous serez toujours plus nombreux à ressentir viscéralement les transformations du monde.

    Nous souhaitons à présent aborder la question de la nouvelle création à ceux d’entre vous qui peuvent se trouver dans les retombées d’un désastre naturel ou humain tel qu’un séisme, une éruption volcanique ou des phénomènes climatiques destructeurs. Si la puissance destructive est assez forte, il se peut que les marqueurs perceptuels de votre réalité antérieure aient disparu. Votre maison ou votre lieu de travail peuvent ne plus exister. Vous pouvez être confronté à des restrictions de nourriture ou d’eau, un certain nombre de variables peuvent ensemble provoquer un état de choc ou d’accablement. Nous souhaitons être très clairs sur ce que nous allons vous dire. Choc et accablement face à des désastres sont une réponse mammalienne naturelle. Si vous avez à transcender et transformer ce moment, vous devez accéder à de plus hautes dimensions dans votre propre existence, votre propre être, vers ces domaines de conscience au delà de l’espace et du temps. Vous serez apte à relativiser le choc et l’accablement si vous êtes capable d’assimiler les aspects transcendants de votre être jusqu’à ce qu’ils deviennent partie intégrante de votre système de survie.

    La caractéristique principale à identifier au milieu du chaos, toutes formes de chaos, est le portail de l’opportunité. Cette capacité de survivance ou de nouvelle vie peut se manifester à vous sous des aspects inattendus. C’est parce que les marqueurs perceptuels ont disparu de votre conscience que vous pouvez découvrir une opportunité quand elle se présente. C’est une habitude, ou tendance humaine, profondément ancrée que de vouloir modeler les nouvelles réalités sur celles du passé. Il serait malencontreux d’appliquer un tel procédé à ces circonstances. Nous pourrions en dire beaucoup sur les réalités hyper-dimensionnelles impliquées dans les choix pris pendant des évènement chaotiques, mais nous voulons aller "droit au but" et donner ce qui sera le plus efficace. Peut-être qu’un autre jour nous pourrons partager avec vous nos rêveries philosophiques sur votre nature infinie et les possibilités infinies résidant en vous. Cela étant, pour le moment restons simples, nous allons vous donner une formule pour découvrir et créer les opportunités d’une nouvelle vie et d’une nouvelle destinée quand elles se présentent à vous.

    Sur le principe que vous êtes entré dans un état de conscience transitoire, que vous êtes familier du point vide et plus ou moins à l’aise avec la grande incertitude de votre situation, voilà ce que nous proposons.

    Soyez curieux et attendez des miracles. Quand vous entrez en état de curiosité, par cette attente vous impliquez un aspect de votre esprit qui est libre de se mouvoir sans entrave. Il se met à ressembler fort à l’esprit d’un enfant et c’est cette innocence – différente de l’infantilisme – qui vous permet d’entrer dans un état de conscience fluctuante qui vous sera d’un grand profit. En maintenant l’attente de miracles vous libérez le pouvoir de création en vous et, dans la mesure où vous l’avez réalisé, vous trouverez davantage d’heureux hasards, de coïncidences favorables et de trésors inattendus, qu’ils soient physiques par nature ou mentaux et émotionnels. Cette combinaison de curiosité face à ce qui arrive, jointe à l’attente de miracles, vous fera vite passer du point vide à une nouvelle vie, une nouvelle création, indépendamment de ce qui pourrait arriver à votre entourage.

    Pendant les états de conscience transitoires collectifs il est utile de se rappeler que chacun est créateur de sa propre réalité, au milieu du chaos les gens font des choix différents et entrent dans différentes réalités personnelles. Ne vous laissez pas émouvoir par ceux qui entrent dans les domaines vibratoires inférieurs. Vous ne pouvez pas les sauver d’eux-mêmes. Regardez vers le haut et vivez dans la hauteur avec la curiosité et l’attente de miracles, même dans les situations les plus dramatiques des miracles peuvent arriver, et ils vous arriveront.

  • 3. Mort physique

    L’une des plus grandes difficultés des êtres incarnés est l’état de conscience transitoire que vous appelez la mort. Cela est dû au fait que tous les marqueurs physiques, y compris les cinq sens, disparaissent. Si quelqu’un s’identifie seulement à son existence matérielle, il ou elle trouvera cet état de transition extrêmement difficile. C’est parce que ce à quoi il ou elle s’identifie n’existe plus. Bien que le monde physique continue, il n’y a plus d’apport des cinq sens dans la conscience. C’est comme si le monde s’était évanoui et le corps avec. Le grand JE SUIS, l’aspect fondamental de la conscience transcendante, ne reçoit plus d’informations du corps, des cinq sens, du monde extérieur. Cela peut être profondément perturbant et désorientant pour quelqu’un qui n’a pas expérimenté directement les autres domaines de son être.

    Métaphoriquement vous êtes comme un grand arbre, un Arbre de Vie, avec de nombreuses branches et beaucoup, beaucoup de feuilles et de fleurs, votre existence physique actuelle est juste l’une de ces feuilles et l’une de ces fleurs. Quand une personne traverse un état de conscience transitoire que vous appelez la mort, il y a plusieurs possibilités. Si vous êtes dans une tradition spirituelle dont la figure centrale est un maître, avatar ou sauveur, vous pouvez suivre la voie de cet être dans le domaine vibratoire de sa conscience. Dans certaines religions cela s’appelle le paradis. Si vous suivez la voie d’un maître, avatar ou sauveur, comprenez que vous entrez dans son paradis, sa réalisation vibratoire, nécessairement vous entrez également dans ses limitations de conscience.

    De notre point de vue l’univers est infini par nature, en cela nous n’évoquons pas l’espace extérieur mais les réalités inter-dimensionnelles de votre univers. Et dans l’existence, pas un seul être, d’après notre expérience, ne comprend ou embrasse tout cela. Si toutefois vous souhaitez rejoindre votre maître/avatar/sauveur dans les royaumes de la mort, nous avons quelques suggestions. L’une d’elles est de l’invoquer mentalement. Quand vous invoquez le nom d’un être spirituel, un de ses aspects est obligé de venir vers vous. Si au moment de la rencontre avec votre maître/avatar/sauveur, il ou elle vous en considère digne, il vous prendra dans son royaume céleste. Pour ceux d’entre vous qui êtes dans les traditions spirituelles orientales, des mantras connectent à des déités spécifiques. Réciter ces mantras mentalement au moment de la mort, ou dans le royaume de la mort, produit le même effet. Pour ceux qui ne font pas partie d’une tradition spirituelle suivant un maître/avatar/sauveur, l’état de conscience transitoire appelé la mort offre d’autres possibilités.

    Comme pour les deux autres états de conscience transitoires, le royaume de la mort est un point vide, sa caractéristique dominante est le calme (silence) et l’obscurité. Toutes les potentialités sont dans cette Vacuité mais aucune réalité n’existe encore. C’est comme le gland d’un chêne. Le chêne, l’arbre géant lui-même, est potentiellement à l’intérieur du gland mais n’existe pas encore. Alors si vous vous trouvez dans la Vacuité, vous la reconnaîtrez par le fait que vous êtes absolument seul dans l’obscurité et le calme absolu, sachez que vous êtes au coeur du réseau de vos pouvoirs créatifs. Ce que vous choisissez de créer par la suite déterminera le cours de votre destinée et dans quel monde vous habiterez ou dans quelle domaine d’existence vous résiderez. C’est une articulation critique.

    Beaucoup de gens effrayés par l’obscurité vont prématurément vers la lumière. Ils ne réalisent pas que, dans leur élan, ils créent la lumière. Un portail s’ouvre devant eux, comme un tunnel. Ils peuvent aller dans ce tunnel de lumière, rencontrer ceux qu’ils ont connus auparavant, et retourner ainsi s’incarner dans d’autre domaines vibratoires d’existence sans en avoir complètement compris les conséquences. C’est bien entendu une option qui vous est ouverte, l’une de celles qui est souvent prise. Une autre option cependant est de rester dans le point vide, de résider dans la Vacuité même, de devenir conscient de votre Soi comme pure conscience – transcendante à tout phénomène. Si vous restez dans cet état de conscience assez longtemps sans besoin de créer quelque chose, vous découvrirez votre identité, le grand JE SUIS. A partir de ce point de conscience, vous pouvez choisir les circonstances de votre incarnation. Vous pouvez choisir les mondes que vous habiterez ou les domaines de conscience où vous allez résider.

    La dernière méthode vous donne de larges opportunités, bien que ce soit la plus difficile pour la plupart des gens. La raison de sa difficulté est en relation avec le fait que la plupart des humains trouve inconfortable de ne pas avoir de corps. Souvent l’aspiration à un corps et à l’expérience du monde matériel attire prématurément un être hors de la Vacuité. En conclusion, à cause de l’intensification des phases du Noeud Chaotique, beaucoup d’entre vous se retrouveront dans des états de conscience transitoires. Indépendamment de votre degré d’implication, que ce soit dans votre vie personnelle, l’expérience collective ou l’état de transition que vous appelez la mort, sachez que vous êtes créateur de votre réalité.

  • Lire la suite : L'Instant Saint

    20 mai 2011

    Mon retour

    L'amour de notre Fils Créateur est légendaire. Il s'est volontairement soumis à la volonté parfaite de notre Père céleste.

    Une telle soumission à cet Un nous sera enseignée à tous, à un tel degré. Il nous a appris à aimer dans des circonstances apparemment impossibles. L'Amour a clamé dans son agonie, et nous en avons tous bénéficié. Nous avons appris à chanter la chanson parfaite de l'amour et de la beauté, par ce dernier. Comme davantage d'entre nous apprennent à chanter les mélodies de l'amour, nous ouvrons la voie au retour de notre bien-aimé Fils Créateur. Père qui est dans les hauteurs, s'il te plaît, qu'il en soit ainsi.

    Jésus-Christ Michael : « Chers enfants de la Terre, combien je vous aime. Vous avez toujours eu une place spéciale dans mon coeur. Je savais que, quand j’ai fait le choix de cette humble sphère pour mon effusion finale, que de grandes choses s’y dérouleraient. C’est ici l’endroit où je vous ai révélé à tous l’amour du Père Infini. En effet, c’était la volonté de cet Un que j’avais à vous démontrer à vous tous. Si vous tous, vraiment, connaissiez la volonté du Père, combien vous vous réjouiriez. Sa volonté est beauté. Sa volonté est merveille. Sa volonté est joie. Sa volonté est le remède pour tout ce qui vous inquiète.

    Lorsque je fus pendu sur la croix, pendant les derniers instants de ma vie, j’ai abandonné ma vie à l’Éternel. Tout ce que le Père attendait de moi, je l’avais accompli. « C’est fini », ai-je crié. C’est fini, mes chers enfants de la Terre. La volonté du Père vit désormais dans votre coeur. La volonté du Père vient sous la forme de Ses Fragments presque infinis de Lui-même. Ces Fragments trouvent de la joie à travailler avec vous tous. Ces Fragments ont le désir que vous vous sentiez comme cela fut mon cas, lorsque j’ai accompli ce que le Père attendait de moi. C’est si vrai, les enfants, vous accomplirez des oeuvres beaucoup plus grandes que ce que j’ai jamais accompli ici.

    C’est une leçon d’humilité que de se soumettre complètement à la guidance de l’Éternel. Il faut la foi d’un petit enfant. J’ai dû m’humilier à la manière dont un petit enfant s’humilie devant son père. Ce petit enfant sait que son père l’aime tellement. Ce petit enfant place sa pleine et entière confiance, et sa dévotion en son père. Mes chers enfants de la Terre, rendez-vous humbles devant l’Éternel. Mettez votre main dans la Sienne, et suivez Sa guidance. Il ne vous dirigera jamais à tort. Il a toujours à coeur votre meilleur intérêt. Ce qui peut sembler être une contrainte écrasante et des privations, sont mises sur votre chemin pour permettre la croissance de votre âme. Pensez-vous que je voulais vraiment mourir de la manière que je l’ai fait, les enfants ? Je ne le souhaitais pas, mais c’était la volonté du Père que je consente au libre arbitre de mes enfants terrestres. Ce consentement me conduisit à la mort sur la croix. A première vue, il peut sembler qu’une telle exigence était cruelle. Pourquoi le Père Infini exigerait-il que je me soumette à un tel test ? Pourquoi le Père Infini exigerait-il que je me soumette à de telles cruautés ? Parce que de cette façon, il pouvait être démontré que l’amour emporterait la victoire, dans la plus cruelle des circonstances.

    Ce jour-là sur la croix, c’était comme si l’amour chantait d’une belle façon. Avez-vous tous entendu les airs mélodieux de cette musique ? De telles tonalités musicales vous ont-elles émues ? Ce sont les touches mélodiques de la beauté. Ce sont les accents mélodiques de l’amour. Ce sont les airs mélodieux de la joie. Car, lorsque je fus pendu sur cette croix, languissant dans la douleur au cours de nombreuses heures, l’amour chantait une mélodie éternelle qui, même maintenant, atteint l’ensemble des coeurs de mes enfants de la Terre. Non seulement cela, mais ces accents mélodieux de l’amour se sont étendus à tout un univers local. Toutes les créatures, grandes et petites, ont entendu les airs mélodieux de cette musique. Ces créatures, grandes et petites, auraient-elles entendu ces airs si je ne m’étais pas soumis à la volonté du Père ? Toutes ces créature se seraient efforcées à entendre, mais elles n’auraient rien entendu qu’un silence saisissant. La soumission à la volonté du Père a entamé une nouvelle mélodie, une nouvelle création, qui peut prospérer même dans les environnements les plus âpres. Il y a tant de beauté en cela, mes enfants. Il y a un aspect si poignant en cela.

    Donc, mes enfants, que se passera t-il si vous vous soumettez à la volonté du Père ? Les accents de votre belle musique se feront-ils entendre à travers la Terre ? Les airs de votre musique se feront-ils entendre partout dans l’univers ? Je vous le dis, mes enfants, non seulement les accents de votre musique se feront entendre à travers votre sphère, ou même partout dans l’univers. Les airs de votre belle musique devront se faire entendre dans la capitale du superunivers. Les airs de votre belle musique devront être entendus à travers l’univers central. Alors s’élèvera une mélodie qui devra toucher même le coeur de l’Éternel. Il est tranquillement assis, et écoute passivement votre composition, car là, au Paradis, vos accents mélodieux devront atteindre les oreilles de l’Infini. Tout un univers, un univers entier, devra entendre votre musique, votre musique de beauté, qu’ils doivent entendre parce que vous avez choisi de vous soumettre à la volonté parfaite du Père Infini. Combien cela comble cet Un. Voici son petit enfant chantant à pleine voix, et chantant fort, alors qu’il est installé dans les ténèbres de la rébellion. L’amour a trouvé le coeur de ce petit enfant, et la chanson de ce dernier devient une mélodie qui restera à jamais dans les mémoires. Tout un univers se tait en écoutant les chansons de ce petit. Quelle beauté il y a dans cette chanson. Quelle joie il y a dans cette chanson. Quel amour il y a dans cette chanson. Et une telle beauté est née de la soumission à la volonté du Père Infini.

    En effet, que signifie cette soumission, mes enfants ? Cela signifie simplement que vous vous inclinez humblement devant l’Éternel, parce que Sa connaissance et Sa sagesse sont infiniment profondes. Vous ne comprenez pas, mais vous avez confiance que le Père céleste a vos meilleurs intérêts à coeur. IL veut que vous viviez éternellement. Vivre éternellement exige que vous deveniez à Son image. Est-ce dur à ce point mes enfants ? Non, ce n’est pas dur, parce que nous avons tous besoin d’apprendre la leçon de l’amour et de l’harmonie. Cela est si nécessaire dès lors qu’il existe d’innombrables êtres de milliers d’ordres avec qui vous allez finalement fraterniser. Ces leçons de l’amour sont nécessaires, ainsi allez-vous apprendre à vous entendre avec tous vos frères et soeurs. Et vous connaissez tous le chaos qui résulte quand l’amour ne règne pas en roi. Quand l’amour ne règne pas en roi, naît le conflit. Pour devenir parfaits comme le Père est parfait, il est nécessaire de tout connaître de son amour parfait et de manifester cet amour envers les autres.

    Je sais que vous vous demandez quand je reviendrai. Je ne peux pas le dire pour le moment, mes enfants. Mais quand je reviendrai vraiment, ce sera dans la puissance de ma présence spirituelle. Pourquoi est-ce que je partage avec vous tout ce qui précède ? Parce que je reviendrai ici quand tout sera préparé dans les règles. Ces Fragments du Père travaillent avec diligence pour vous aider tous à chanter la chanson d’amour que chante l’Éternel. Ces Fragments du Père vous fournissent à vous tous un environnement stimulant qui produira davantage de chanteurs mélodieux. Ces Fragments vous enseignent tous à faire la volonté de l’Éternel. Quand un nombre suffisant d’entre vous se tourneront en direction de votre Fragment du Père, mon retour sera imminent. Ceux-ci sont ceux qui ouvrent la voie à mon retour. Ils sont experts dans ce qu’ils font. Ils vous aident tous à devenir comme Un avec le Père. Ne vous rappelez-vous pas quand j’ai dit que moi et le Père sommes Un ? Vous aussi pouvez devenir Un avec le Père. Lorsque vous vous soumettez humblement à la guidance de votre Fragment du Père, vous apprendrez à aimer comme l’Éternel aime. Même lorsque l’obscurité vous entoure, vous chanterez les mélodies de l’amour, tout en étant cernés par les forces des ténèbres.

    Un jour, ce monde sera devenu le temple de mon Père Infini. Il sera devenu ce temple de Dieu parce que vous aurez répondu aux directives de votre esprit intérieur. Sur un haut sommet de montagne, vous chanterez à pleine voix et vous chanterez avec force. Vous chantez la chanson de l’amour. Vous chantez la chanson de la perfection. Sur mon trône, j’écouterai cette chanson toujours plus croissante en tonalité et en fréquence. Je me tairai tandis que j’écouterai vos tendres expressions d’amour. Viendra un moment où vos performances atteindront un crescendo. Cela sonnera l’heure de mon retour. Ouvrez la voie pour mon retour, les enfants, car vous êtes ceux qui provoqueront la chose. Vos mélodies traverseront tout l’univers et entreront dans mon coeur, mes enfants de la Terre qui perfectionnent la volonté du Père sur leur humble sphère.

    Quand je reviendrai vraiment, ce sera un moment de liesse et de reconnaissance. Ce ne sera pas un moment pour qu’un roi guerrier s’en revienne, une telle chose est un mythe. Quand je reviendrai, je reviendrai avec l’amour du Père. Quand je reviendrai, je reviendrai avec la paix pour l’éternité. Car je suis le Prince de la paix. Ne le suis-je pas, mes enfants ? Quand je reviendrai, je n’apporterai pas davantage des mêmes choses dont vous avez tous souffert pendant tant d’années. Ce sera un grand jubilé ! Un temps de joie et de reconnaissance inégalées. Je me réjouis de ce moment-là, quand je pourrai personnellement être avec vous tous, à nouveau. Vous me verrez tous avec les yeux de l’esprit, car il y aura une énergie spirituelle incontestable.

    Mes chers et bien-aimés enfants, écoutez les accents mélodieux de l’amour que les Fragments du Père vous enseignent. Ils vous apprennent comment chanter une nouvelle chanson, ils vous apprennent à chanter un chant de gloire, un chant d’amour que vous pouvez chanter même lorsque vous êtes dans les puits du désespoir, un chant d’amour que vous pouvez chanter quand vous pensez que vous n’êtes pas capables de continuer, un chant d’amour que vous pouvez chanter quand les lanières de la haine laissent des lacérations sur votre dos.

    Un jour, vous clamerez : « C’est fini ! » Car de même que j’ai accompli tout ce que le Père Infini attendait de moi, aussi le ferez-vous. Vos chansons de beauté se feront un chemin à travers l’univers, et elles devront parvenir aux oreilles de l’Éternel. Chut, chut, mes enfants, l’Éternel dira : « Une autre chanson m’est parvenue. Une chanson de beauté, et une chanson d’amour qui a été chantée sur un monde obscurci, en proie à la rébellion. Entendez-vous sa mélodie ? Laissons-nous être fascinés par la beauté de celle-ci. En effet, un autre enfant à moi a appris à chanter la chanson de la perfection et de l’amour. Puissent mes larmes couler sur mon visage en gratitude et reconnaissance. Car un autre enfant a appris à chanter, et sa mélodie sera chantée à jamais à mesure qu’elle trouve son chemin à travers mon vaste univers. »

    Mes chers enfants, frayez la voie pour mon retour. Découvrez la chanson parfaite de l’amour et de la perfection. Humblement, soumettez-vous au Père Infini, saisissez Sa main avec la confiance d’un petit enfant, chantez une chanson de beauté qui doit toucher mon coeur et mon âme, et abreuvez-vous de ma paix que je vous fournirai éternellement.

  • Lire la suite : Chaos Programmé

    * Ne reste pas seulement spectateur ! Distribue ces messages à tes amis ! Aie foi dans le processus ! Toutes choses concourent à la gloire de Dieu et au salut des êtres humains. Ceci représente mes efforts pour présenter la relation entre le Dieu vivant et les enfants du temps. Et, maintenant que tout a été dit et accompli, je ne peux rien faire de plus utile que de répéter que Dieu est notre Père dans l'univers, et que nous sommes tous ses enfants planétaires. Je vous offre mon assistance pour aider à sauver notre monde et pour faire progresser la carrière de mon âme.






  • À lire aussi :

    Les messages du Blog




    Merci pour votre soutien !
    En faisant un don, vous nous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l’élévation de la Conscience personnel et planétaire.
    Avec tout notre Amour... DAD

    Laissez un commentaire

    *obligatoire
    Vous êtes nombreux à nous écrire tous les jours pour partager votre vision de la spiritualité, vos commentaires ou vos encouragements : merci ! Nous avons besoin de cette relation avec vous pour continuer de vous offrir les informations que vous recherchez. Écrivez-nous en utilisant ce formulaire. Régulièrement, nous publions une sélection de vos messages sur notre Livre d'Or.


    Participez de toutes les manières possibles à la réussite du plan "Nouvelle Civilisation" de LUMOVIVO. L’utilité d’un individu pour la société ne se mesure pas aux tâches qu’il peut faire dans ou hors du groupe social. Passez le mot en faveur du plan "Nouvelle Civilisation".


    Toutes les religions du monde


    Influencer logo